Équipe-type de décembre de Ligue Magnus

Loïc SadounIl y a encore trois ans, la position d'ailier droit était la plus accessible de l'équipe-type. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. C'est bien simple, cinq des huit meilleurs marqueurs de Magnus jouent à l'aile droite ! Miroslav Kristin peut s'estimer heureux de s'y être fait une place en octobre à la faveur du bon mois dijonnais, avant de connaître depuis lors une baisse de générosité dans le jeu suspecte. D'authentiques joueurs majeurs de la Ligue Magnus comme Marc-André Thinel et Edo Terglav ont aussi eu leur nomination, mais il est bien difficile de bisser. Car cette fois, Jan Plch est vraiment incontournable. Moteur d'une équipe spinalienne à la très faible profondeur de banc, il a pourtant su maintenir des performances de haut niveau durant un mois très chargé. Malheureusement, il ne peut pas tout faire. Le buteur régulier Pierre-Luc Sleigher à Briançon ou le discret mais rapide faiseur de jeu Dan Welch à Morzine attendront leur tour, victimes d'une concurrence féroce, ce même qu'Yven Sadoun décisif dans le bon mois de Chamonix

Si ce n'est lui, c'est donc son frère. Amiens a eu la meilleure attaque en décembre et n'a pas toujours habitué ses supporters à pareille fête. Contrairement à certains de ses collègues, sa combativité n'a été mise en cause par personne, il se remue sur le jeu de puissance, et bien sûr, il marque. Les Gothiques, au classement discret du fait de leurs points de pénalité, commencent aussi à être performants défensivement, grâce à un Jean-Philippe Glaude de plus en plus présent. Sans avoir ni le gabarit ni le slap de son compatriote Gauthier, il est plus habile de ses mains et plus technique, sachant faite le geste défensif sûr sans perte d'énergie importante. Toujours à l'arrière, Petr Kratky a été un des joueurs les plus impressionnants du collectif briançonnais, très solide mais aussi assez mobile malgré son gabarit.

Au centre, l'apport d'Evan Cheverie est essentiel pour Morzine-Avoriaz, aussi bien aux engagements que quand il fait appliquer quelques mises en échecs régulières. Il sait brouiller les cartes en jouant savamment en accélération ou en rupture pour mieux varier le jeu de sa ligne.

Enfin, les gardiens n'ont pas été les plus en vue en décembre. Aucun d'entre eux n'a été vraiment régulier. Dans ces conditions, Stevie Lyle, pas réputé pour sa constance dans sa carrière, n'a aucune raison de rougir par rapport à ses collègues, d'autant qu'il a bien fini l'année en enchaînant de nouveau de bonnes prestations. Il devance ainsi Timo Kinnunen, qui a aidé Mont-Blanc à quasiment assurer son maintien durant ces semaines fatidiques, mais qui a "explosé" à Épinal.

Équipe-type de décembre : Stevie Lyle (Morzine-Avoriaz) ; Jean-Philippe Glaude (Amiens) - Petr Kratky (Briançon) ; Loïc Sadoun (Amiens) - Evan Cheverie (Morzine-Avoriaz) - Jan Plch (Épinal).