Antoine Roussel, la réussite québécoise

Antoine Roussel, qui a débuté le hockey à Amiens et a passé sept années à Nantes et une à Rouen, est parti à l'été 2005 au Québec. Après une année de Midget AA, il a débuté la saison en Midget AAA où, sans avoir jamais beaucoup fait parler de lui, il a été repéré par Pierre Parent pour le compte des Saguénéens de Chicoutimi. Invité pour une semaine au sein de cette équipe de la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec, il a alors réalisé des débuts époustouflants dans cette catégorie d'âge supérieure. Dès son deuxième match au plus haut calibre junior, il a été élu première étoile du match, sous l'ovation des partisans locaux, ravis de ce petit nouveau à l'énergie débordante.

Il a donc été conservé dans l'effectif, même si certains doutaient qu'il puisse se donner autant durant une saison entière. Outre ses coups d'épaule toujours appréciés d'un public amateur de jeu physique, Antoine Roussel fait surtout la différence par sa vitesse. Son patinage, un peu foufou au début, s'est canalisé. Son jeu souffre cependant d'une faiblesse qui l'avait déjà empêché d'affoler les compteurs en Midget : des difficultés à concrétiser que la volonté et le travail ne suffisent pas à masquer. Sa fiche est donc pour l'instant de 5 buts et 9 assists en 31 parties, ce qui est suffisant pour satisfaire tout le monde à Chicoutimi où l'ailier français est considéré comme la bonne trouvaille qui n'a rien coûté (en termes d'échange ou de repêchage). Il faut préciser qu'il a le temps de progresser, et son équipe avec lui. Les Saguénéens ont un effectif très jeune, puisque le leader David Desharnais est un des rares joueurs à être dans sa dernière année junior. Elle est donc supposée progresser dans les prochaines saisons.

Pour revoir Antoine Roussel chez d'autres "bleuets" que ceux de Chicoutimi, il faudra attendre l'an prochain : il fait partie des joueurs suspendus cette saison après l'affaire du Fayet, et il ne pourra donc pas retrouver l'équipe de France que chez les moins de 20 ans.