Mannheim gagne la Coupe d'Allemagne

La finale de Coupe d'Allemagne a réussi à battre l'affluence de la finale de la Coupe de France à Bercy. 13 600 personnes ont assisté dans la SAP Arena de Mannheim à une finale à guichets fermés. À la différence de son homologue française, c'était une affiche très classique entre Mannheim et Cologne. Le vainqueur deviendrait la première équipe à soulever deux fois le trophée. Il y avait deux absents de marque dans les rangs locaux : Robert Müller, d'une part, qui était présent en tribune et envisage son retour au jeu avec son club pour vendredi prochain, mais aussi l'attaquant Eduard Lewandowski, ancien de Cologne, qui a dû quitter ses coéquipiers juste avant le coup d'envoi pour rejoindre à l'hôpital sa femme sur le point d'accoucher.

Comme d'habitude, il suffisait d'observer le tirage au sort du premier tour pour connaître le futur vainqueur : comme depuis quatre ans, c'est l'équipe qui a battu Bad Tölz d'entrée qui a remporté la Coupe ! Prévisible pour les superstitieux, le match a pourtant été en pratique indécis et palpitant. Ce n'était pas une rencontre parfaite, avec pas mal d'erreurs défensives et de buts chanceux, mais quel spectacle ! Et si cette compétition a parfois été décriée, tout le monde n'a pu qu'applaudir après cette soirée à émotions.

Après avoir pris de l'avance au premier tiers-temps grâce à son jeu de puissance, Mannheim s'est fait remonter de 2-0 à 2-4 en deuxième période. Mais son exemplaire capitaine René Corbet réplique aussitôt par son deuxième but personnel, puis Ronny Arendt égalise. On pense au troisième tiers que le but de François Méthot est synonyme de victoire, mais Cologne revient à hauteur à deux minutes de la fin sur une déviation du Suédois Daniel Rudslätt. Et c'est à trente-cinq secondes de la fin de la prolongation que Jason Jaspers a donné la victoire à Mannheim. L'entraîneur américain Greg Poss, ex-sélectionneur de l'Allemagne ayant vécu une relégation amère, pouvait ainsi jubiler comme rarement après ce premier titre personnel.