Ligue Magnus : il y a toujours un Thinel...

Marc-André ThinelQui pourrait faire trembler la hiérarchie et bousculer le carré qui a dominé la saison ? Peut-être Chamonix, à qui Grenoble réussit plutôt bien. Mais les Chamois n'ont pas rêvé longtemps au premier match à Pôle Sud. Une échappée en infériorité de Martin Paquet puis deux buts de Kévin Hecquefeuiille sur des assistances du maître créateur du powerplay ont tué le match dès le premier tiers-temps. Chamonix a ensuite fait bonne figure, sans pouvoir revenir (4-1).

Ou alors Villard-de-Lans, face à une équipe de Morzine-Avoriaz moins aguerrie aux play-offs ? Peine perdue, car les Pingouins ont été plus efficaces, surtout dans leurs supériorités numériques (6-1).

On aurait pu miser sur Amiens, une équipe qui a tout de même des joueurs aux capacités connues. Rarement à l'honneur cette saison, François Rozenthal a ainsi marqué deux buts en supériorité numérique pour égaliser deux fois à Briançon. Et ce n'est qu'à dix minutes de la fin que Cédric Boldron a marqué le but décisif d'une victoire 4-2.

Alors, il fallait miser sur le mieux placé, Angers, maintenant que ce club a appris à gagner, et maintenant que son gardien a élevé son niveau. Ville Koivula a repoussé une vingtaine de tirs rouennais au premier tiers, son équipe a pris confiance et pris trois fois l'avantage, ne laissant jamais Rouen égaliser très longtemps. Mais à la dernière minute, Alain Vogin a sorti son gardien pour jouer à six contre quatre, et Sébastien Thinel a égalisé une fois de plus. Rien ne saurait s'opposer à l'attirance des jumeaux canadiens pour le filet. Et même si Marc-André Thinel s'est vu refuser un but en prolongation, il a persévéré jusqu'à marquer le tir au but décisif.