"Jewish Cup" à Metulla

L'histoire a commencé à la fin de l'année dernière quand un dirigeant de la fédération israélienne a contacté Antoine Amsellem et lui a demandé de rechercher des joueurs français d'origine juive pour constituer une équipe française pour un tournoi international, la Jewish Cup, qui se tiendrait en Israël à l'été 2007. L'association Maccabi Club de France, qui recense les athlètes juifs, a été chargée de l'organisation, et l'équipe s'est peu à peu mise sur pied, non sans difficultés. Le financement n'a été obtenu qu'un mois avant le départ, et la constitution de l'effectif a rencontré quelques problèmes. L'équipe était un moment sans gardien, si l'on veut bien écarter l'hypothèse que le manager d'Amnéville Patrick Partouche, finalement parti comme assistant-coach, ait rechaussé les patins. Ce sont finalement Grégory Bercovici et Olivier Courally, les deux gardiens formés à Cergy, qui ont été recrutés dans les cages.

Jewish CupLa sélection française : Grégory Bercovici (Cergy), Olivier Courally (La Haye, HOL), Yaniv Amiel (Aspen, USA, ex-ACBB), Nathan Amiel (ACBB juniors), Antoine Amsellem (Dijon), Ilan Bellulo (lycée en Floride, ex-Colmar), Warren Demirdjian (ACBB), Christophe Gaulmin (Brest), Brian Henderson (Amiens juniors), Aram Kevorkian (Chamonix), David Mabboux (ACBB juniors), Mathieu Moïse (Amnéville juniors), Emmanuel Oren (Montpellier II), François et Maurice Rozenthal (Morzine-Avoriaz), Jean-Christophe Rozenthal (Wasquehal), Frédéric Zermati (capitaine, ACBB juniors).

Pour ce séjour sportivo-touristique, l'équipe était coachée par le sélectionneur national Dave Henderson, qui avait ainsi son fils sous ses ordres, et avait évidemment pour vedettes les jumeaux Rozenthal, ravis d'avoir ainsi l'occasion de jouer avec leur grand frère. Cependant, le niveau était bien sûr hétéroclite et pas forcément idéalement réparti. Les Français disposaient d'un seul arrière ayant joué cette saison dans une division nationale senior, Demirdjian en D2 avec l'ACBB (deux si on compte la D3 puisqu'Oren y a joué avec la réserve montpelliéraine). L'attaquant brestois Gaulmin a donc dû jouer en défense. L'état de forme des joueurs était lui aussi extrêmement variable, surtout qu'ils n'ont pas réussi à trouver une glace d'entraînement en région parisienne avant leur départ.

On pouvait donc craindre le pire au premier match face à une sélection américaine bien plus dense, composée majoritairement de joueurs universitaires (y compris le seul attaquant de NCAA à avoir joué le championnat du monde cette année, Nathan Davis, lui aussi reconverti de force en défense d'où il a quand même marqué sept points) avec quelques éléments d'ECHL ou AHL. Les Français se sont inclinés honorablement 4-8. Ils ont ensuite perdu 4-7 contre l'équipe nationale d'Israël, emmenée par les frères Eizenman et au grand complet à l'exception de son pro évoluant en Grande-Bretagne, Max Birbraer. Le manque de condition et d'entraînement a rendu l'enchaînement des matches plus difficiles, même face à une équipe canadienne un peu moins forte que les autres adversaires sur le papier (4-10).

Hier, dans le match pour la troisième place, la sélection française a perdu 1-4 contre les Canadiens. En finale, ce sont les Américains entraînés par John Anderson (ancien international canadien et joueur des Toronto Maple Leafs, aujourd'hui coach en AHL) qui ont battu Israël 2-1. Le meilleur marqueur du tournoi est Oren Eizenman (Israël) avec six buts et quatre assistances.

Les marqueurs français : François Rozenthal 1+5, Maurice Rozenthal 4+1, Kevorkian 3+2, Henderson 0+4, Demirdjian 2+0, J.-C. Rozenthal et Amsellem 0+2, Gaulmin et Bellulo 1+0, Oren, Y. Amiel et Mabboux 0+1.

Les stats des gardiens français : Grégory Bercovici 86% (150 minutes), Olivier Courally 85% (89 minutes).