Russie : Yaroslavl enfonce Kazan

La Superliga russe est décidément précoce : nous ne sommes qu'en septembre et déjà deux entraîneurs ont quitté leurs fonctions. Yuri Novikov, l'ex-entraîneur des Krylia Sovietov, n'aura pas fait long feu au Lada Togliatti. Plus surprenant, Paul Gardner, auteur de débuts fantastiques avec le Lokomotiv Yaroslavl au début de l'année 2007, a été démis de ses fonctions dimanche dernier, au lendemain d'une défaite à domicile contre Togliatti. On considérait que Gardner manquait de poigne et que cela se reflétait sur le caractère de l'équipe, qui avait besoin d'une gouvernance plus stricte. Considéré comme un club stable, le Loko semble donc à son tour subir la pression du résultat. Avec l'arrivée d'Aleksei Yashin à l'intersaison, il attendait mieux qu'une place en milieu de tableau. Il a donc fait appel au Finlandais Kari Heikkilä, pas un inconnu puisqu'il avait déjà été son entraîneur en 2004/05.

Après un premier match comme "consultant" (le temps d'avoir son visa de travail), Heikkilä a joué son premier match comme entraîneur officiel ce soir. Son but - ramener de l'ordre - a apparemment été atteint puisque Yaroslavl a infligé 4-3 à Kazan, autre favori mal en point. On peut même dire que c'est la crise dans la maison Ak Bars Kazan. Le très décevant centre canadien Cory Larose, qui avait perdu sa place de titulaire, a été viré dans la semaine, et cela n'est sans doute qu'un début, car on annonce que ça va barder chez les champions d'Europe, seulement quinzièmes au classement !

Dans le même temps, un énième projet de nouvelle ligue russe vient d'être annoncé. Une ligue copiée sur le fonctionnement de la NHL - sans plus de précisions - et ouverte aux clubs étrangers et notamment européens. La Russie se rêve encore en creuset d'une ligue européenne majeure qui servirait de contre-pouvoir, mais on voit mal quel club occidental accepterait de quitter son championnat pour rejoindre les clubs russes. Le projet n'est cependant pas farfelu puisqu'il est porté par les plus hautes autorités fédérales (Tretiak), sportives (Fetisov), économiques (le sponsor Gazprom) et politiques : il a en effet été présenté après une conférence organisée par le vice-premier ministre russe Sergueï Narychkine. Celui-ci avait été appointé en février avec comme mission principale de renforcer les liens économiques avec les nations de la CEI. En fait de ligue internationale, cette ligue annoncée se résumera en effet à une Superliga additionnée de clubs du Kazakhstan, du Bélarus voire d'Ukraine (où les élections avaient lieu aujourd'hui...). Bref, la ligue "euro-asiatique" de Fetisov, vaguement sous une autre forme.