Top/flop européen de septembre 2007 : SKA Saint-Pétersbourg (top)

C'est vraiment un SKA newlook qui est sur la glace cette saison, et pas uniquement à cause de son nouveau logo "revival". A contrario de la saison passée, l'argent de Gazprom semble cette fois bien investi. Les Pétersbourgeois présentent ce qui leur manquait par-dessus tout, une équipe solidaire. Une réussite à mettre au crédit de Barry Smith, seul entraîneur nord-américain restant en Superliga puisque Gardner vient de se faire virer de Yaroslavl. Le vieux sage canadien, imprégné de culture scandinave, a amené des méthodes plus proches de ce qui se fait outre-Atlantique. Sur la glace, avec des entraînements plus courts et plus intenses, mais aussi hors glace, en demandant à ses joueurs le port du costume cravate.

En match, les hockeyeurs du SKA ne paraissent nullement endimanchés. Ils font la loi en ce début de saison avec huit victoires en dix journées. Et même si Smith refuse catégoriquement de considérer qu'il a une première ligne qui se distingue des autres dans son collectif, il est clair que la différence vient de ce que le club a désormais un premier trio de grand talent. Maksim Sushinsky, revenu à son meilleur niveau, a vite trouvé la bonne entente avec ses partenaires suédois : le vétéran de NHL et LNA Andreas Johansson, qui n'avait joué que 19 matches à Färjestad l'an dernier pour cause de problèmes de dos, a encore de beaux restes, et le champion olympique Mika Hannula a retrouvé le plaisir de jouer au point de s'imposer comme le boute-en-train de l'équipe. Cette formation n'a peur de rien, et elle l'a prouvé dans ses longs voyages aux quatre coins de la Russie : six victoires en six déplacements !