Champion d'Europe en détresse

Avec les résultats de la journée, Ak Bars Kazan ne fait plus partie des qualifiables pour les play-offs, qui concernent pourtant seize équipes sur vingt en Superliga russe ! Comment le puissant champion d'Europe en est arrivé là ? La première raison, c'est que l'absence du gardien Mika Noronen se révèle plus handicapante que prévu. Les Tatars peuvent regretter aujourd'hui d'avoir laissé partir leur autre gardien Eremenko, en tête du championnat avec Ufa. La recrue "double mètre" Vassili Koshechkin peine à convaincre ailleurs que chez lui à Togliatti, ce qu'on pouvait pressentir aux Mondiaux, et sa doublure Galimov manque de constance.

L'autre problème, c'est que rien ne va plus dans le trio magique, celui qui avait dominé Superliga, coupe d'Europe et championnats du monde. Tout le monde ne parle plus que du mal-être de Sergei Zinoviev, dont l'inimitié deviendrait de plus en plus flagrante avec ses collègues Morozov et Zaripov. Comme Bykov et Khomutov en leur temps, ils avaient peu de choses en commun mais s'entendaient parfaitement sur la glace. Or, cela n'a plus l'air d'être le cas. Zinoviev a même été placé sur la troisième ligne, remplacé par Shafigullin, mais sans résultat. Lundi, on pensait la fâcherie terminée : Sergei Zinoviev était de retour sur le premier trio, et c'est lui qui a marqué le but décisif permettant à Ak Bars Kazan de battre difficilement le MVD (4-2 avec un dernier but en cage vide). Quel soulagement après une série "intolérable" (les mots du vice-président) de six défaites d'affilée !

La réhabilitation passait hier soir par Omsk, autre géant mal en point. Kazan était la bête noire des Sibériens, battus lors des quatre dernières confrontations. En plus, ils devaient jouer à seulement trois lignes après la blessure de Pavel Rosa en première période. Malgré cela, l'Avangard, poussé par ses dix mille supporters, a enfoncé Ak Bars.

En comparaison, le Lokomotiv Yaroslavl ne va pas si mal que ça. Après son changement d'entraîneur, il est remonté à la huitième place. Il n'est pas exempt de soucis pour autant. Aleksei Yashin, qui a traversé une période de doute, a fait la une ce week-end pour... une bagarre avec le rugueux Belov du CSKA qui l'avait chargé dans le dos. Son nouvel entraîneur finlandais Kari Heikkilä a alors déclaré qu'il fallait un "protecteur" à sa star. Yashin ne figure pas dans la première sélection de Bykov pour le début de l'Euro Hockey Tour : pas encore assez en forme. Dans le même temps, Randy Robitaille, le joueur qui avait accompagné Yashin des New York Islanders vers l'Oural, est reparti au Canada, officiellement parce que sa femme enceinte est malade.