Allemagne : Lener viré

Après une saison noire, les Eisbären de Berlin sont revenus en tête de la DEL. Paradoxalement, les recrues sont plutôt décevantes, mais les joueurs déjà en place sont totalement libérés depuis l'éviction de leur entraîneur Pierre Pagé. La bonne série berlinoise s'est cependant arrêtée hier à Mannheim (5-4). C'est la troisième victoire de rang pour le tenant du titre qui voit enfin le bout du tunnel. Notons que son gardien Robert Müller, qui cirait le banc depuis qu'il a terminé sa chimiothérapie parce que le club n'avait pas vraiment anticipé son retour, a été envoyé chez la lanterne rouge Duisburg... où il devrait avoir beaucoup, beaucoup de travail.

En milieu de tableau, le champion Mannheim se retrouve à égalité de points avec... le finaliste de l'an passé Düsseldorf, qui n'arrive pas non plus à retrouver de la constance. Après la piètre prestation à domicile devant Krefeld vendredi (4-6) puis la défaite à Francfort samedi (4-5), l'entraîneur du DEG a sauté hier. Le manager Lance Nethery s'occupera lui-même du coaching jusqu'à la fin de la saison. L'ancien sélectionneur tchèque Slavomir Lener, qui n'avait jamais été viré dans sa carrière, a commenté son sort sur hokej.cz : "Nous voulions obtenir de meilleurs résultats, mais nous avons eu des problèmes chroniques de blessures. Au complet, l'équipe est très forte. Je mentirais si je disais que ce licenciement ne me frustre pas. J'aurais espéré plus de patience de la part des dirigeants." Il est vrai qu'en plus de l'opération de l'épaule de Tore Vikingstad, revenu depuis dix matches, il y a la mononucléose de Daniel Kreutzer, toujours hors d'état de jouer. La bonne nouvelle là-dedans est que leur habituel partenaire de ligne Klaus Kathan a prouvé qu'il pouvait être aussi précis et efficace sans eux (déjà 11 buts). En plus, le défenseur Darren Van Impe a manqué les trois dernières semaines à cause d'une blessure à la cheville.

Et Yorick Treille dans tout cela ? Cela va mieux pour le Français, décrit il y a peu comme la recrue la plus décevante de l'intersaison. Depuis son retour de blessure, il a été aligné sur le deuxième trio avec Vince Bellisimo, la bonne affaire de l'intersaison (meilleur marqueur du club alors qu'il était la recrue la moins chère), et avec Felix Schütz. Le centre allemand, qui s'était révélé lors du Mondial d'Amiens, a en effet choisi d'honorer enfin son contrat avec Ingolstadt plutôt que de passer la saison en AHL comme il l'avait envisagé. Cette ligne est la plus en forme, et Treille accumule ainsi les assistances et les bons points. Au lieu de se focaliser sur son inefficacité devant la cage (cela n'a jamais été son points forts), on commence à remarquer son travail de fond : Yorick Treille a en effet la meilleure fiche de l'équipe avec +10.