République Tchèque : le Slavia rétrécit ses visiteurs

1À l'heure où l'IIHF a officialisé que toutes les prochaines compétitions internationales organisées en Amérique du nord jusqu'en 2012 se dérouleront dans des patinoires aux dimensions nord-américaines, y compris dans le tracé des lignes, certains voudraient importer ces surfaces de glace plus étroites en Europe.

Il y a bien sûr des clubs qui jouent déjà dessus, parce qu'ils font avec ce qu'ils ont. Mais il y a maintenant aussi celui qui a décidé volontairement de rétrécir sa glace : le Slavia Prague. L'idée vient de l'entraîneur et copropriétaire Vladimir Ruzicka. Le capitaine de l'équipe championne olympique de Nagano veut ainsi valoriser le jeu physique de sa formation, qu'il a constituée en se passant de stars.

Malgré un effectif revu à la baisse, le résultat est plus que probant à domicile : le Slavia a concédé une seule défaite dans sa Sazka Arena, en prolongation contre Liberec, et encore, il fallu pour cela un vrai but de filou : sur un engagement en zone défensive, Jan Plodek, placé contre la bande, a remis le palet en retrait au défenseur Koci et a filé au banc... Dans le même temps, à l'autre bout du banc, Tomas Klimenta est monté sur la glace, et Koci, qui avait attendu derrière son but, l'a envoyé seul au but d'une longue passe ! La défense du Slavia s'est fait totalement flouer... Voir la vidéo de ce tour de passe-passe.

Ce qui pourrait gêner le Slavia, c'est que certains joueurs n'avaient un contrat que jusqu'à la fin de l'année. Une vague de départs était donc à craindre. Si Jakub Klepis a prolongé, le provocateur Radek Duda - dont les joutes physiques et verbales avec la star Petr Nedved (Sparta) ont fait le régal de la presse ces derniers mois - est parti en Suisse à Langnau. Les autres joueurs en fin de contrat, Jaroslav Bednar et Petr Kadlec, sont convoités par Omsk.

Deux équipes, qui ont fait le trou sur le reste du peloton. attendent un éventuel affaiblissement. L'une est Liberec, qui sait ce que c'est que le pouvoir attracteur de la Superliga russe. C'est comme cela que Milan Hnilicka était parti pour Ufa en novembre. Bien sûr, son ancien club a récupéré une belle somme d'argent et a pu remplacer le gardien par sa doublure en équipe nationale Marek Pinc... mais il n'est pas tout à fait Hnilicka.

L'autre est Ceské Budejovice, une équipe qui ne fait pas de bruit et ne se signale pas par des transferts dans un sens ou dans l'autre, mais qui est plus forte chaque année. Pour le "HC Mountfield" (l'équipe a pris le nom du sponsor...), cette saison est un peu le défi d'un homme, Roman Turek. Il a déjà gagné quelques petits trucs dans sa jeunesse, des machins appelés championnat du monde et coupe Stanley, mais à 37 ans, il a encore un dernier défi : donner à son club formateur le titre de champion tchèque, qu'il attend depuis le premier en... 1951.