Top/flop européen de janvier 2008 : Nuremberg (top)

En déclarant à un journal local qu'il n'était plus très sûr de vouloir continuer à financer le hockey à Nuremberg de sa poche, le mécène - depuis peu - Günther Hertel a été dépassé par les conséquences de ses propos. Ils ont été repris dans tous les médias nationaux, créant un doute sur l'avenir du club. Il a été obligé de s'expliquer en disant que la saison suivante était assurée mais qu'il tenait à tirer un signal d'alarme sur la faiblesse des recettes. Le budget a en effet été affecté par le retrait imprévu des cuisines Schmidt (qui ne voulaient plus s'associer à un club ayant remplacé dans son nom la mention de la ville par un médicament). De plus, l'affluence reste inférieure à cinq mille spectateurs, dans une patinoire qui est considérée comme la moins agréable et la moins bien conçue de toutes les salles modernes construites ces dernières années en Allemagne.

Il n'est pas certain que déballer ses états d'âme en public ait été le signe le plus judicieux à envoyer aux supporters ou aux partenaires à prospecter... Les dirigeants ont ensuite essayé de rattraper le coup en mettant en avant de nouvelles offres de parrainage individuel : 30 000 euros pour disposer d'un joueur donné pour deux opérations de relations publiques, plus deux tickets VIP à l'année.

Cette polémique pour rien (car Hertel continuera à diriger le club et à boucher les trous jusqu'à nouvel ordre) est d'autant plus regrettable qu'elle a occulté médiatiquement les succès sportifs de son équipe. Nuremberg, vice-champion en titre, a pris la tête du classement.

Dans leur patinoire si décriée, les Ice Tigers en sont à 12 victoires consécutives. Ils disposent de la meilleure défense du championnat. Sean Brown, l'ex-joueur de NHL bien plus solide qu'à Düsseldorf, en est le patron. Le vétéran Shane Peacock sera certes absent un mois après une charge avec la crosse dans le dos de Martin Hlinka, mais son remplaçant a été trouvé : Alan Letang. Placé dans un coma artificiel l'an dernier après une occlusion intestinale et opéré six fois, le Canadien pensait avoir une place réservée à Hambourg mais le manager Boris Capla n'était plus en mesure de la lui garantir. Une aubaine pour Nuremberg qui gagne un hockeyeur stable et apprécié.

Le gardien allemand Dmitrij Kotschnew confirme lui aussi sa valeur : il a les meilleures statistiques de DEL (sans compter Travis Scott qui est reparti en Russie). Quant au jeune attaquant germano-canadien Ahren Spylo, c'est la révélation de la saison. Le buteur a su bien prendre les fréquentes critiques de son entraîneur Benoît Laporte : il y a réagi positivement pour mieux utiliser son physique et son talent, et cela sert son développement.