Publicité

Top/flop européen de février 2008 : Lugano (flop)

Depuis l'introduction des play-offs en Suisse en 1986 (ils ne concernaient pourtant que quatre équipes au début), Lugano avait toujours été présent. Sa non-qualification cette saison est donc une sensation.

Le responsable a déjà été désigné par toute la presse : le nouveau président du conseil d'administration Paolo Rossi, homme de confiance du grand argentier Geo Mantegazza. En un an, il a réussi à déstabiliser l'équilibre de l'équipe et son fond de jeu. Lugano valait souvent surtout par quelques joueurs-clés, et cette saison, le maillon fort devait être Jukka Hentunen. Rossi, avec le directeur sportif Jörg Eberle, ont pourtant négocié avec Kazan le départ du meilleur marqueur de l'équipe. Selon la radio tessinoie, ils l'ont même fait avant même que le joueur et son entraîneur ne soient au courant.

Lugano ne s'est jamais remis de la perte de l'attaquant finlandais. Même un club aussi puissant a appris à ses dépens qu'il ne pouvait pas remplacer aussi simplement un joueur important en cours de saison. Le successeur désigné Dan LaCouture a été un échec cuisant, avec un seul but (en cage vide...) en 15 matches. L'autre ex-ailier de NHL, le plus célèbre Anson Carter, n'a pas pu faire beaucoup mieux, hors de forme et finalement blessé.

La deuxième fracture est survenue quand le président Rossi a décidé de démettre l'entraîneur Ivano Zanatta contre l'avis de ses joueurs. Il s'est débarrassé d'une figure populaire du club pour engager un coach, Kent Ruhnke, dont la personnalité et la tactique défensive ont provoqué un véritable rejet.

Le charisme de John Slettvoll, l'entraîneur des grandes années sorti de sa retraite, n'a pas sauvé les meubles. Les anciens ne portent pas forcément en eux le fluide de la victoire : sur deux erreurs du vétéran défensif du club Krister Cantoni, Lugano concédait une défaite éliminatoire contre... Fribourg-Gottéron. C'est justement l'équipe pour laquelle le capitaine Sandy Jeannin, agacé du manque d'écoute et de considération du président Rossi et définitivement convaincu par le renvoi de Zanatta dont il était très proche, avait annoncé qu'il partirait la saison prochaine.