Cristobal Huet à Chicago

L'environnement de Washington, dans une équipe d'avenir et avec la confiance du coach et des fans, paraissait propice pour Cristobal Huet. Mais le gardien français, en se retrouvant agent libre, tenait la chance de sa carrière de décrocher un gros contrat. Il a doublé son salaire en signant pour 22,5 millions de dollars sur 4 ans (5,6 millions par an) avec Chicago, équipe qui ne semble pas promise à un succès aussi immédiat car elle est emmenée par un Patrick Kane encore jeune.

Certains médias estiment que Huet et son agent se sont montrés trop gourmands en refusant les offres de Washington, qui proposait un contrat moins long pour un salaire annuel de 25% inférieur au contrat de Chicago. Ironie de l'histoire, c'est José Theodore, le gardien en disgrâce dont Huet avait pris la place à Montréal, qui le remplace aujourd'hui, pour 3 millions par an. Theodore a vu sa cote remonter après sa bonne saison avec Colorado, qui s'est rabattu sur le gardien Andrew Raycroft.

Huet, qui a reçu tardivement la proposition de Washington (hier), explique avoir voulu tester le marché des agents libres et avoir choisi le salaire et la stabilité. Il espère faire progresser les Blackhawks qui remontent la pente.

Le problème actuel pour Huet est que Chicago a toujours sous contrat le gardien le mieux payé de NHL, Nikolai Khabibulin (6,7 millions par an). Le salaire du Russe plombe la franchise et bride le recrutement, mais il est difficilement vendable...

Dans la frénésie actuelle des transferts, c'est Tampa Bay, qui a le plus recruté avec Ryan Malone (pour 7 ans et 31,5 millions), les attaquants tchèques Radim Vrbata et Vaclav Prospal, le vétéran de 42 ans Gary Roberts et l'ex-gardien de Washington Olaf Kölzig.