Radulov à Ufa

Jusqu'ici, la nouvelle KHL avait surtout attiré des joueurs dont la NHL ne faisait pas une priorité. D'une part, des joueurs âgés comme Jágr, parce que les équipes de NHL rechignaient à leur accorder des contrats de longue durée par crainte qu'ils ne continuent à plomber la masse salariale en cas de blessure. D'autre part, des joueurs décotés pour des raisons extra-sportives. C'est le cas du gardien Ray Emery, qui avait eu une chance unique de devenir n°1 à Ottawa pour longtemps après la finale de Coupe Stanley, mais qui l'a gâhée par son comportement en se mettant ses coéquipiers à dos. Les Senators ont préféré racheter son contrat pour se débarrasser du problème, et son agent n'a reçu que trois coups de fil durant l'été. Avant-hier, Emery a donc signé pour 2 millions de dollars plus bonus avec l'Atlant (l'ex-Khimik) de Mytishchi.

Mais hier, c'est une recrue beaucoup plus marquante que s'est payée la ligue russe, un jeune joueur, certes moins célèbre que Jagr, mais sur lequel les Nord-Américains ne peuvent employer aucun argument dégradant. Sur les conseils de son père, il a fait l'essentiel de sa carrière outre-Atlantique, depuis ses saisons de junior majeur avec les Remparts de Québec, et il y était mieux coté qu'en Russie, jusqu'à ce que sa participation au titre de champion du monde en mai change un peu la donne. Radulov a commencé le Mondial comme attaquant surnuméraire mais a finalement eu une bonne contribution sur la quatrième ligne... aux côtés de son futur coéquipier Aleksei Tereshchenko. En effet, il vient de signer pour trois ans avec le champion russe, le Salavat Yulaev Ufa, en expliquant vouloir jouer dans un club capable de gagner, et qui participe qui plus est à la nouvelle Ligue des Champions.

Le problème, c'est que Radulov avait encore un an de contrat avec les Predators de Nashville, qui bâtissaient leur futur sur lui (il était devenu leur troisième marqueur à 22 ans) et avaient utilisé sa photo pour illustrer la campagtne d'abonnements ! Selon le joueur, il avait mis la franchise NHL au courant de sa volonté de rentrer au pays mais n'avait jamais été pris au sérieux. Cette annonce arrive alors que les représentants de la NHL et des fédérations et ligues européennes (KHL incluse) se sont rencontrés hier et avant-hier au siège de l'IIHF à Zurich. Il en est ressorti des déclarations apaisées et un accord oral sur le respect mutuel des contrats en bonne intelligence. Quelques heures plus tard, on apprend la signature de Radulov...

Elle est à balancer avec une autre affaire, puisque le junior russe Nikita Filatov a signé pour trois ans à Columbus alors que le CSKA prétend avoir toujours ses droits sur lui. La KHL a obtenu de l'IIHF qu'elle n'accorde pas le transfert international. Légalement, Filatov et Radulov pourraient tous deux être transférés sans que leur nouveau club soit réellement inquiété, mais les belles paroles zurichoises arrivent comme un cheveu sur la soupe (même si le contrat entre Radulov et Ufa a peut-être été conclu avant).