La KHL décide d'un moratoire

Les clubs de KHL réunis aujourd'hui ont décrété un moratoire sur le recrutement de joueurs de NHL sous contrat, conformément au "pacte de non-agression" discuté la semaine dernière à Zurich et en laissant jusqu'au 1er août pour le ratifier. Cela peut être pris comme un geste de bonne volonté, pour éviter l'escalade, mais c'est un aussi un rappel que l'accord n'était pas en vigueur jusqu'ici.

La NHL, par la voix de son vice-président Bill Daly, a en effet réclamé que le pacte soit rétroactif jusqu'au 15 juin. Aleksandr Medvedev a répliqué de manière cinglante que, dans ce cas, il faudrait qu'il remonte au moment où la Russie est sortie de l'accord NHL/IIHF sur les transferts, c'est-à-dire en 2005. Autrement dit, "on veut bien rendre Radulov si vous rendez Malkin". Autre argument purement rhétorique employé dans ses multiples interviews, "on veut bien payer 200 000 dollars pour Radulov", allusion au montant des compensations de l'accord NHL/IIHF, montant jugé trop faible et qui a conduit les Russes à se retirer. Tout cela est très clair : les Russes ne lâcheront pas l'ex-star ascendante de Nashville.

Et Radulov dans tout cela ? Il vient de présenter le trophée de champion du monde dans sa ville natale de Nijni Taghil, dans l'Oural. Il en a profité pour donner une interview sur le site de son club formateur, le Spoutnik : "Le retour en Russie, c'est un pas important, mais je sais que le club d'Ufa est une organisation solide avec de grandes ambitions. Ses représentants m'ont invité depuis deux ans, et j'ai décidé de jouer un peu dans mon pays natal. [...] Jamais on ne m'a dit que j'étais un joueur de style canadien. Oui, j'ai passé quatre ans outre-Atlantique, mais tout ce que je sais, je l'ai appris en Russie, donc je ne pense pas connaître de difficultés liées à la dimension de la glace."

Radulov est passé par Ekaterinbourg, la grande ville de l'Oural, choquée par l'exclusion - officielle depuis hier - de l'Avtomobilist, qui n'a pas eu assez de budget garanti par les autorités régionales (c'est bien le Khimik Voskresensk qui le remplacera, en toute logique sportive). Si le document qui circule sur les sites russes n'est pas un faux, le joueur aurait même signé la pétition des supporters locaux qui s'opposent à cette décision...

Il a ensuite pris l'avion pour Ufa, où il est arrivé ce soir pour rencontrer ses nouveaux coéquipiers, avec qui il part demain pour un camp de pré-saison en Finlande.