La Russie peut souffler

S'il y a un pays où la trêve internationale a été accueillie avec soulagement, c'est bien la Russie. Le calendrier démentiel de la KHL a pesé sur les organismes et a été regretté par plusieurs entraîneurs, malgré les menaces d'amende de la ligue.

L'équipe la plus sur les rotules est l'Avangard Omsk, qui a joué 8 matches en 14 jours dans des circonstances psychologiques très difficiles après le décès de Cherepanov. Les Sibériens étaient dernièrement privés sur blessure de leur capitaine Svitov et de ses deux assistants Kuryanov et Ryabykin. C'est l'attaquant tchèque qui s'est improvisé capitaine alors qu'il ne l'avait jamais été en senior. 0msk fait illusion à la sixième place de la ligue mais avec jusqu'à trois matches de plus que ses poursuivants, qui sont sept à moins de 5 points.

Le leader est l'Atlant (ex-Khimik) de Mytishchi, avec cinq points d'avance sur le champion en titre Ufa - qui partage sa poule. Les banlieusards moscovites sont toujours emmenés par le petit gabarit de Sergei Mozyakin, encore peu influent sur le plan international comme le prouve son rôle mineur lors du titre mondial de la Russie, mais vraie star de son pays. Buteur émérite l'an passé, Mozyakin est actuellement le meilleur passeur du championnat. Et en plus, il va maintenant retrouver son compère Albert Leshchev, avec qui il faisait une paire productive la saison dernière, et qui est guéri de sa blessure à l'épaule. L'autre force de Mytishchi se situe dans son duo de gardiens : Vitali Kolesnik (qui ne jouera pas la qualification olympique avec le Kazakhstan car il coûte trop cher en assurance pour sa fédération), a trois blanchissages, le meilleur pourcentage d'arrêts de la KHL et le titre de meilleur gardien du mois d'octobre, et Ray Emery commence à suivre ses traces puisqu'il a obtenu son premier blanchissage de la saison lors du dernier match avant la trêve contre Khabarovsk.