Émotions autour de Robert Müller

Le hockey allemand a été choqué cette semaine à la lecture du principal hebdomadaire d'information du pays Der Spiegel. Le médecin qui a opéré le gardien Robert Müller y révélait en effet, avec l'accord de son patient, que la tumeur au cerveau dont il était atteint est incurable et qu'il le savait depuis la première opération. La seconde intervention de cet été n'avait donc pour but que de retarder l'échéance, l'espérance de vie moyenne des personnes atteintes de cette maladie ayant déjà été dépassée. Müller, quant à lui, a insisté pour qu'on ne lui parle de hockey et poursuit l'entraînement pour reprendre le jeu encore une fois.

Il est même revenu plus vite que prévu hier soir, puisque la blessure du second gardien Stefan Horneber l'a conduit à faire le voyage à Duisburg avec son équipe comme doublure. Les supporters des deux camps affichaient tous leur soutien à Robert Müller, applaudi de toutes parts. Sur la glace, la lanterne rouge Duisburg l'a emporté 3-2 en prolongation sur un but de Peter Abstreiter. À la fin du match, le gardien local Lukas Lang a dû filer à l'hôpital... pour une bien meilleure nouvelle, puisque sa femme y était pour accoucher d'un petit Max.

Des pancartes avec le numéro 80 de Robert Müller, il y en avait dans toutes les patinoires allemandes hier soir. Elles étaient généralement accompagnées de banderoles avec des slogans du type "Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas à déjà perdu". Celle-ci se trouvait à Berlin, où les Eisbären, après leur belle victoire en Ligue des Champions, ont perdu à domicile (0-2) devant Hanovre... le nouveau leader ! Ceci dit, les Scorpions ont un match de plus que Krefeld et Düsseldorf, et deux de plus que Mannheim, ce qui rend leur position assez fragile. Ils sont tout de même rassurés par le blanchissage de leur gardien Alexander Jung, qui n'a été battu que sur un but marqué par une crosse haute de Tyson Mulock. Jung avait été mis sous pression par le recrutement pour la fin de saison de l'international Dimitrij Pätzold de retour de Russie. Une arrivée pour attiser la concurrence et non pour lui prendre sa place.

Il faut dire que Pätzold a déjà signé pour la saison prochaine à Ingolstadt... sans que le vétéran canadien Jimmy Waite, titulaire depuis cinq ans, ait été prévenu. Ce manque de considération pour un gardien qui a tout donné au club a valu une volée de bois vert aux dirigeants. Avec un classement qui sent le roussi (14e sur 16), l'entraîneur Benoît Laporte n'était pas non plus épargné par les critiques, surtout après quelques emportements à l'encontre des supporters qui rendaient l'équipe nerveuse et des journalistes qui posaient des questions stupides et remettaient en cause ses choix. Recadré durant la trêve (certains allaient jusqu'à dire qu'il faisait tout pour se faire virer exprès pour pouvoir signer à Cologne !), Laporte a obtenu une victoire importante hier soir avec Ingolstadt (4-1) contre Hambourg, actuel dernier qualifié en play-offs, qui n'est plus qu'à deux points (mais a joué trois matches de moins...).