Top/flop européen de novembre 2008 : Metallurg Novokuznetsk (flop)

Lorsqu'un club aligne 14 défaites consécutives, en général, l'entraîneur n'y résiste pas. Et pourtant, à Novokuznetsk, Boris Mikhaïlov peut dormir sur ses deux oreilles. Son club n'a pas l'intention de le virer... parce qu'il n'aurait pas les moyens de lui verser d'indemnités !

La crise financière mondiale frappe de plein fouet la Russie, et les clubs sportifs sont les premiers à en faire les frais quand il faut couper des lignes budgétaires. Le récent forfait de l'équipe féminine du CSKA Moscou en pleine Euroligue a mis en lumière ce problème, mais la KHL n'est pas épargnée. Les salaires en retard sont le lot commun de plusieurs clubs, et comme la sidérurgie est un des secteurs les plus touchés, le Metallurg Novokuznetsk est particulièrement mal en point. Dans les derniers jours de novembre, les joueurs ont enfin reçu leurs salaires... de septembre ! Le sponsor Evraz Holding ne veut plus mettre la main à la poche et envisage de se retirer dès que possible.

Une victoire sur la lanterne rouge Chekhov a interrompu la série de défaites à 14, mais elles ont recommencé à s'accumuler ensuite. Le Metallurg est en train de laisser filer la quatrième place qualificative de sa division au profit du Severstal Cherepovets, autre club sponsorisé par un géant de l'acier qui, ironie du sort, a été le premier club atteint par les rumeurs de cessation de paiement en début de mois...