Grenoble et Dijon à Bercy

Deux patinoires pleines à craquer, du spectacle et du suspense : l'accès à la finale de Coupe de France à Bercy a encore fait rêver ce soir lors des demi-finales.

Le tenant du titre Grenoble a bien cru le perdre en étant mené 0-2 par Rouen après deux périodes sur des buts de Thinel et Bouchard. Mais au troisième tiers-temps, Forsander a réduit le score pendant une pénalité de Bouchard, et Grenoble a tué dans la foulée. Pour une fois, le powerplay rouennais a trouvé son maître à Pôle sud. Dès le retour à cinq, Martin Masa a égalisé, un but très contesté car inscrit "de la tête", et obligé Alain Vogin à prendre son temps mort. Mais la fatigue de la Coupe Continentale a fini par se faire sentir pour Rouen dans ce dernier vingt, et Ludek Krayzel a achevé la remontée des Brûleurs de Loups qui reviendront donc mettre le feu au POPB... Le RHE a néanmoins porté réclamation au sujet de la pénalité de Bouchard ayant précédé la réduction du score, parce qu'elle a été signalée à l'initiative d'un juge de ligne, contrairement à ce que prévoit le règlement.

Il n'y aura cependant pas de duel des deux vainqueurs de Bercy. Car Dijon, dernière équipe à avoir gagné la Coupe avant que la finale ne s'installe à Bercy, avait trop envie de goûter à son tour à l'aventure. En exploitant les deux premières pénalités d'Albert et de Bellemare, Janak et Balcik ont tout de suite donné l'avantage aux Bourguignons, qui ne l'ont jamais lâché. Même s'ils ont eux-mêmes encaissé trois buts en infériorité, ils ont élargi leur avantage entre-temps grâce entre autres à l'inévitable Miro Kristin, auteur de cinq points dont le dernier but en cage vide (3-6), et à leur gardien Julien Roullier, mieux qu'un suppléant.

Grenoble-Dijon, ce sera donc l'affiche de Bercy le 22 février prochain.