Top/flop de février 2009 : Vienne (top)

Les championnats du monde en Autriche en 2005 avait été les pires au niveau des conditions de jeu, à cause d'une glace apocalyptique à Vienne dans une salle servant trop peu souvent au hockey. Un précédent rédhibitoire pour l'IIHF pour organiser un Mondial sur une salle de type Bercy. Après ces évènements qui avaient jeté le discrédit sur les organisateurs autrichiens (il avait même été brièvement évoqué de se replier sur Prague !), le maire de Vienne, Michael Häupl, avait promis qu'une patinoire plus moderne serait construite.

Mais pendant quatre années, le premier magistrat de la ville, diplômé de zoologie qui a fait sa thèse sur la cinétique crânienne chez les geckos, a un peu "lézardé" : le mois dernier, quand la ville a annoncé qu'une patinoire n'était pas à l'ordre du jour mais qu'un tremplin de saut à skis serait construit dans les environs (!), le sang des amateurs de hockey - moins froid que celui des reptiles - n'a fait qu'un tour. Cela fait trente ans que le manque de glace est le principal handicap du hockey viennois et des nombreux jeunes qui y sont désireux de pratiquer ce sport.

L'équipe professionnelle des Vienna Capitals, elle aussi, attendait fébrilement que se concrétisent ces promesses. Les dirigeants ont reçu la nouvelle comme une "gifle", selon les termes du vice-président Martin Platzer, qui a aussitôt remis sa démission. Le président Hans Schmid a menacé d'en faire autant, et le devenir du club était en suspens. La mairie de Vienne vient de rassurer tout le monde en annonçant un plan de modernisation de trente millions d'euros pour la Albert-Schutz-Halle. L'enceinte sera portée à sept mille places avec de nouvelles tribunes et loges, et la glace découverte qui lui est attenante sera équipée d'un toit pour permettre aux équipes de jeunes de jouer plus longtemps. Le président Schmid a promis de rester au moins un an et l'avenir du hockey viennois semble assuré.