Angers au coup de canon

Les Rouennais sont lancés dans la défense de leur titre et ils ont déjà donné une première leçon ce soir dans les deux premiers tiers : trois pénalités spinaliennes, trois buts ! Le jeu de puissance normand est impressionnant, avec ses deux blocs qui plus est, puisque ce sont trois buteurs différents, Peltola, Glad et Desrosiers, qui se sont chargés de la sentence. Tout ce que Shawn Allard a pu faire, c'est demander un temps mort pour supplier ses joueurs de ne plus prendre de prisons. Face à Rouen, il faut la tolérance zéro. Mais après deux buts en supériorité numérique en une minute pour porter le score à 3-1, le match était plié, et il s'est fini à 6-3.

Grenoble a encore prouvé sa force mentale : l'ouverture de Pierre-Antoine Devin - encore la deuxième ligne de Strasbourg ! - en tout début de deuxième tiers aurait pu inquiéter, mais Mitja Sivic s'est comporté en leader de son équipe en play-offs (tiens donc, comme avec Briançon l'an dernier ?). Le Slovène a marqué deux fois dans les quatre suivantes et renversé le cours d'une rencontre devenue alors plus facile (5-1).

Plus pressé, Briançon n'a pas voulu attendre. Trois buts en seize minutes ont tué le suspense. Les Morzinois ont été aimablement invités à une valse hongroise, avec deux buts de Balazs Ladanyi et un de Marton Vas.

Ce fut plus rapide encore à Angers, puisque le redoutable duo Bellemare-Fortier a frappé en deux minutes, et que le 3-0 est arrivé dès la dixième minute par Metsäranta. Une victoire beaucoup plus facile que prévu pour Angers (8-2)... et qui incite forcément à la méfiance quant à la réaction d'Amiens demain. La fin de match des Gothiques, qui ont envoyé l'international U18 Sébastien Ylönen faire son baptême du feu au troisième tiers-temps, avait peu de valeur. C'est d'ailleurs un junior, Jonathan Boehrer, qui a marqué le premier but picard à dix minutes de la fin.