Les meilleurs play-offs de l'histoire ?

La presse russe s'enthousiasme déjà pour les meilleurs play-offs de l'histoire du pays, alors qu'on a tout juste fini les huitièmes de finale. La qualification des trois clubs de Moscou, le centre médiatique, participe de cet engouement. Le CSKA s'est en effet finalement sorti du piège du Lada Togliatti en cinq manches. Il a profité cet après-midi de deux pénalités du gardien de deux mètres Vassili Koshechkin, pour avoir bougé sa cage à répétition et pour un accrochage stupide sur un attaquant adverse. Il y aura donc un derby en quart de finale entre le CSKA et le Dynamo, qui se rencontrent en play-offs pour la première fois depuis... 1992. Moscou se prend à rêver au retour des affrontements de légende.

L'autre raison qui rend ces premiers play-offs de KHL historiques, c'est que le 16e a battu le premier ! Le premier tour n'est donc plus une formalité comme autrefois. Le champion en titre, le Salavat Yulaev Ufa, s'est fait sortir par l'Avangard Omsk, et connaît sa seconde déconvenue après son élimination-surprise en demi-finale européenne. L'entraîneur Sergei Mikhalev a aussitôt remis sa démission.

Comment en est-on arrivé là ? Oleg Tverdovsky, ancien champion de Russie et d'Europe avec Omsk et aujourd'hui à Ufa, s'est blessé avant la série. Il est revenu pour jouer les deux dernières manches... avec une cheville cassée, comme les examens l'ont révélé par la suite !

Le premier match a été gagné en prolongation par Ufa lorsque Kuteikin a vu que le gardien Aleksandr Fomichev était mal placé. Le lendemain, l'Avangard a donc changé de gardien pour faire rentrer Evgeni Tsaregorodtsev, habituel numéro 3 : il a alors fait un match phénoménal, avec 38 arrêts, aucun but encaissé et une victoire aux tirs au but grâce à l'attaquant tchèque Jakub Klepis qui a mis deux fois la même feinte à Eremenko. On en était donc à une manche partout avant les deux matches à Omsk... mais Tsaregorodtsev s'est blessé à l'entraînement. Fomichev a dû revenir mais s'en est bien sorti. Klepis a marqué le but vainqueur sur passe de Jaromir Jagr. Le lendemain, Dmitri Vlasenkov a marqué deux fois en première période et le Salavat Yulaev a été incapable de réagir (4-1).

Après une saison noire, avec un mort et trois entraîneurs, Omsk, rattrapé par un coup de pouce du destin dans des play-offs qu'il a falli manquer, peut-il sérieusement aller au bout ? Il lui faudrait enchaîner quatre exploits car, en tant que dernier qualifié, il jouera à chaque tour l'équipe la mieux classée. Prochaine étape, le précédent champion, Kazan, et sa star Aleksei Morozov.