La finale en 5 ?

Briançon 55% / Grenoble 45%. On tient peut-être enfin cet éternel serpent de mer qui est la finale de championnat en 5 matches. La seule configuration à même d'offrir 3 matches de play-offs sur Sport+... En quelque sorte, cette série a déjà eu lieu cette saison. Grâce à la coupe de la ligue, il y a eu cinq affrontements, deux dans chaque patinoire et un sur glace neutre. Cette série-là s'est donc terminée par un 3-2 à l'avantage de Grenoble, mais cette fois-ci, le cinquième match n'aura pas lieu à Méribel, cette glace maudite pour les Briançonnais...

La particularité des confrontations de cette saison est qu'elles se sont déroulées en "mode play-offs", très rapprochées les unes des autres. Le match aller en championnat, durant lequel le gardien finlandais Tommi Satosaari aura tout fait (frustrer les attaquants adverses, les envoyer en prison en surjouant les fautes et même... marquer un but !), s'est en effet intercalé entre les confrontations aller et retour de coupe de la ligue, qui ont tourné à l'avantage de Grenoble grâce à des buts décisifs de Damien Fleury, l'homme en forme que tout Grenoble s'offusque de ne pas voir dans la sélection de l'équipe de France pour le Mondial (pour l'instant, puisque la place de treizième attaquant reste à prendre). Eddy Ferhi y a élevé son niveau, préfigurant le duel de gardiens que l'on attend.

Ensuite, il y eut les fêtes de fin d'année, le moment où on n'échappe pas aux retrouvailles avec les cousins perdus de vue. Les affaires de famille remontent à la surface, tel Mickaël Perez marquant trois buts contre une équipe grenobloise où il n'avait pas réussi à s'imposer. Briançon a ainsi gagné le match de championnat avant de perdre deux jours plus tard une finale supplémentaire. Un nouvel échec qui reporte toute la pression sur la finale de Ligue Magnus pour Briançon qui attend tellement ce premier titre.

D'un côté, on a ceux qui ont tout gagné mais ne sont pas blasés, les Grenoblois qui visent un triplé historique ; de l'autre, on a ceux qui n'ont rien gagné mais n'ont toujours pas perdu espoir, les Briançonnais et leur palmarès perpétuellement à écrire. Peut-on rêver meilleur choc des contraires pour une finale ? Les arbitres, M. Velay mardi et M. Bergamelli mercredi, n'auront pas la tâche facile dans le chaudron briançonnais, surtout pour faire la part des choses quand Satosaari cherche les contacts comme on l'a vu à Méribel, car on peut être sûr que les attaquants grenoblois le titilleront en retour.