Briançon utilise les fautes grenobloises

Le premier match de la finale a été aussi intense qu'on pouvait le penser. Au cours d'un premier tiers-temps tendu, chaque équipe a eu une occasion de 5 contre 3, et chaque équipe en a profité, Briançon par Balazs Ladanyi et Grenoble par Calle Bergström. Un score de 1-1 qui s'est maintenu durant une deuxième période plus calme en pénalités comme en buts.

Au troisième tiers-temps, cependant, Grenoble est victime de son indiscipline. Ludek Broz se fait d'abord sanctionner pour crosse haute, et les Diables rouges prennent alors l'avantage par un slap de François Groleau. Ferhi sauve même un troisième but après une nouvelle faute grenobloise provoquée par Terglav. Puisqu'il faut des pénalités pour débloquer la situation, Forsander finit par obtenir une obstruction de Szelig... mais Sivic annule cette occasion en venant donner un coup de poing après l'arrêt de jeu, ce qui lui vaut une remontrance de son coéquipier suédois. À 4 contre 4, Anders Nilsson perd le palet en zone neutre et l'attaquant hongrois Ladanyi marque son deuxième but personnel (3-1). Mats Lusth demande son temps mort.

Il faudra finalement deux dégagements briançonnais hors limites de Milovanovic et Groleau pour relancer Grenoble, avec un but de Ludek Broz à 5 contre 3. Mais c'est finalement un bête surnombre qui coûtera le match à Grenoble, permettant à Timo Seikkula de les achever sur ce nouvel avantage numérique. Lusth fait sortir son gardien dès la mise au jeu au centre de la glace, et Groleau met le 5-2 en cage vide sept secondes plus tard. Briançon, toujours invaincu chez lui dans ce championnat, s'adjuge la première manche.