Remous autour de la Ligue des Champions

La décision de l'IIHF d'annuler la Ligue des Champions pour une saison n'en finit pas de provoquer des remous dans le hockey européen. Hockey Europe, l'organisation réunissant les principales ligues européennes sauf la KHL, va se réunir la semaine prochaine. Inactive depuis sa création il y a un an, elle s'est trouvé un cheval de bataille : elle réfléchit à poursuivre l'IIHF en justice pour réclamer les primes de participation que les clubs avaient budgétées, voire à organiser elle-même une Coupe d'Europe.

Exemple de réaction avec Marco Stichnoth, le manager des Scorpions de Hanovre, sur le site de la fédération allemande : "C'est un désastre. Le calendrier de la prochaine saison a été construit avec la CHL, et beaucoup d'employés ont été recrutés pour aider l'équipe à jouer dignement la Coupe d'Europe. Maintenant, nous sommes forcés de démettre du staff. Le manque de prime a laissé un trou dans notre budget. Beaucoup de joueurs ont accepté une diminution de salaire parce qu'ils attendaient des primes de victoire au niveau international. Maintenant ils ont le droit de prendre ombrage contre Hanovre, alors que nous ne pouvons rien y faire."

Ou encore Miroslav Vanek, le manager du club tchèque de Karlovy Vary : "À mon avis, il sera plus difficile de redémarrer la Ligue des Champions dans le futur que de la continuer cette saison. Cette abolition est déplaisante pour beaucoup de raisons. Les primes européennes, nous avions prévu de les investir dans le hockey mineur. Maintenant nous aurons beaucoup moins d'opportunités de renforcer les fondations de notre club." Une excuse qui ne mange pas de pain, soit dit en passant...

Les réactions sont plus mitigées en Russie où l'on sait que c'est le retrait de Gazprom, sponsor prévu pour trois ans, qui a précipité la chute de la Ligue des Champions. La cible des Russes est l'agence de marketing Infront, partenaire privilégiée de l'IIHF et de son président René Fasel mais jugée incompétente à vendre correctement la compétition.

Enfin, la palme du dédain revient sans surprise à la Suède où, après la prestation désastreuse des clubs suédois, les fans déclarent à 87% sur le site du quotidien Aftonbladet que la CHL ne leur manquera pas.