Pologne - France (premier match)

Match international.

Après la tournée tchèque estivale de l'équipe de France A' (moins de 25 ans), c'est au tour de la grande équipe de se rendre en Pologne pour ses premiers matches internationaux de la saison. Pour autant, elle est loin de son effectif optimal : il manque tous les expatriés, plus nombreux que d'habitude cette saison, mais aussi Besch. C'est donc la chance pour quatre débutants : Lionel Tarantino (rappelé après le forfait de Fleury), Vincent Kara, Loïc Lampérier et Brian Henderson, le fils de Dave qui s'est montré très à son avantage avec les A' le mois dernier.

photo de Lukasz Lenski

Les Polonais, au départ un peu craintifs face à un adversaire évoluant dans l'élite mondiale, se rendent vite compte en dix minutes d'observation qu'ils affrontent uneéquipe pas si expérimentée, et surtout, pas encore dans le rythme. À mi-tiers, Rzeszutko et Rompkowski échangent le palet dans leur zone et lancent Filip Drzewiecki en contre-attaque. Celui-ci retrouve Jaroslaw Rzeszutko devant la cage pour un tir puissant à bout portant. La France essaie vite d'égaliser mais bute sur le gardien Odrobny. De l'autre côté de la glace, Eddy Ferhi rate son arrêt sur un lancer de Klys et le palet rebondit au-dessus de son dos. La Pologne se surprend ainsi elle-même à mener 2-0 à la pause.

Cela doit grogner dans les vestiaires des Bleus, qui ressortent avec de toutes autres intentions. Lampérier manque une première bonne occasion de près. Son coéquipier rouennais Jérémie Romand est pénalisé peu après, mais les Polonais cafouillent leur jeu de puissance et perdent le palet. Anthony Guttig part seul au but malgré l'intervention désespérée d'un défenseur, tire dans la lucarne gauche et marque son premier but en équipe de France. Une "vraie" entrée en matière réussie pour le Dijonnais, qui avait été blessé au tout début de la préparation mondiale en avril.

Le jeu est un peu haché par des pénalités, mais lorsqu'on joue effectivement, le rythme s'accélère. Cela bénéficie aux Français qui ont plus de vitesse de patinage et qui dominent complètement le jeu, au contraire de la première période. Banaszczak doit faire faute pour annihiler une contre-attaque dangereuse. L'égalisation survient logiquement grâce à Erwan Pain qui dévie parfaitement un palet envoyé devant la cage par Teddy Da Costa, entre les jambières du gardien Odrobny qui laissera la place à la pause.

Le nouveau gardien Zborowski devra attendre quatre minutes pour sa première intervention face à Luc Tardif, mais c'est la Pologne qui se crée maintenant les principales occasions avec Gruszka, Drzewiecki et surtout Sarnik. La France prend cependant l'avantage contre le cours du jeu lorsque Julien Desrosiers surprend le gardien remplaçant avec un tir très précis dans un angle fermé. La Pologne essaie de revenir, elle peine toujours en avantage numérique mais égalise finalement à cinq contre cinq lorsque son capitaine Leszek Laszkiewicz vient reprendre de près une tentative de Sarnik.

Une pénalité de Manavian laisse la France en infériorité numérique pendant les deux dernières minutes de la prolongation, mais Ferhi est vigilant sur le lancer puissant de Rompkowski. Aux tirs au but, c'est Teddy Da Costa qui choisit le lancer et donne la victoire aux Bleus. Da Costa a été le joueur français le plus observé toute la soirée : il y a deux ans, il avait déclaré vouloir jouer pour la Pologne dans une interview qui avait en réalité été commanditée par son club polonais, qui voulait surtout qu'il obtienne un passeport pour qu'il ne soit pas considéré comme étranger. Cette fois, Teddy Da Costa a fait son choix : la France. Au lieu de passer une quatrième saison en Pologne, ce qui aurait été nécessaire pour changer de nationalité, il a tenté un essai dans le club slovaque de Trencin. Il n'a pas été retenu et s'entraîne à Rouen, club avec lequel une entente n'est cependant pas encore finalisée.

(photo de Lukasz Lenski)

 

Commentaires d'après-match (sur hokej.net)

Wiktor Pysz (entraîneur de la Pologne) : "Le changement de gardien était prévu avant le match. Demain, Zborowski fera la première période, et Radziszewski les deux suivantes. Chaque gardien aura joué quarante minutes."

Teddy Da Costa (attaquant de la France) : "Je ne me sens pas comme le joueur qui a battu l'équipe de Pologne, j'ai juste eu un peu de chance aux tirs au but. Je n'ai pas joué ce match aussi bien que je l'aurais voulu."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "Teddy est un joueur jeune et talentueux, qui essaie d'intégrer l'équipe. J'espère qu'il signera un contrat en France - je pourrai ainsi compter plus souvent sur lui dans les regroupements."

 

Pologne - France 3-3 (2-0, 0-2, 1-1, 0-0) / 0-1 aux tirs au but

Mercredi 2 septembre 2009 à Torun. 1000 spectateurs.

Arbitrage de MM. Marczuk et Meszynski assistés de MM. Szachniewicz et Molenda.

Pénalités : Pologne 12' (4', 8', 0', 0') ; France 26' (6', 12', 6', 2').

Évolution du score :
1-0 à 10'03" : Rzeszutko assisté de Drzewiecki
2-0 à 17'39" : Klys assisté de Bomastek
2-1 à 23'50" : Guttig (inf. num.)
2-2 à 33'24" : Pain assisté de Da Costa
2-3 à 48'55" : Desrosiers assisté de Lampérier
3-3 à 55'28" : Laszkiewicz assisté de Sarnik

Tirs au but
France : Desrosiers (manqué), Raux (arrêté), Da Costa (réussi).
Pologne : Gruszka (manqué), Laszkiewicz (arrêté), Urbanowicz (arrêté).

 

Pologne

Gardien : Przemyslaw Odrobny puis Krzysztof Zborowski à 40'00".

Défenseurs : Marian Csorich (2') - Jaroslaw Klys (2') ; Andrzej Banaszczak (2') - Pawel Dronia ; Grzegorz Piekarski - Bartosz Dabkowski (2') ; Mateusz Rompkowski - Lukasz Mejka ; Kamil Duszak.

Attaquants : Leszek Laszkiewicz (2') - Piotr Sarnik - Przemyslaw Bomastek ; Dariusz Gruszka - Krzysztof Zapala (2') - Tomasz Malasinski ; Maciej Urbanowicz - Sebastian Kowalówka - Mateusz Danieluk ; Michal Piotrowski - Jaroslaw Rzeszutko - Filip Drzewiecki ; Arkadiusz Marmurowicz.

France (2' pour surnombre)

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Thomas Roussel (2') - Benoît Quessandier ; Teddy Trabichet (6') - Gary Leveque ; Kévin Igier - Antonin Manavian (2') ; Mathieu Mille.

Attaquants : Luc Tardif - Damien Raux - Julien Desrosiers (2') ; Loïc Lampérier - Laurent Gras (2') - Jérémie Romand (2') ; Erwan Pain - Brian Henderson - Teddy Da Costa ; Lionel Tarantino (2') - Anthony Guttig (4') - Vincent Kara (2') ; Cyril Papa.

Remplaçant : Florian Hardy.