Chambéry - Vanoise (match amical)

Les hockeyeurs des trois vallées, nouveaux promus en D2, étaient de retour chez les Éléphants pour fourbir leurs armes en vue d’un championnat qui s’avère difficile cette année au niveau supérieur. Pierre Rossat-Mignod, le nouvel entraîneur de Vanoise, était cette fois-ci privé des joueurs tarins à l’origine de la montée, comme Jérôme Roumeau, Fabien Trinquet ou Loïc Abgrall, et de son buteur québecois Mathieu Cyr encore en vacances dans la Belle Province. Par contre, il pouvait aligner sur la feuille de match Björnberg et les nouvelles recrues suédoises (Olsson dans les buts, Lundberg et Boström) ainsi qu'Éric Dupieux (ex-Limoges) et les juniors en provenance d’Annecy, Sorin, Martin et Magand.

Du côté chambérien, Benoît Sarzier sur le banc dirigeait la manœuvre d’une équipe chambérienne quasiment au complet, dans laquelle on retrouvait Mika Bouvier, Jérémy Bigot et Kevin Grabit, déjà bien intégrés dans un collectif ayant subi peu de changement depuis la dernière saison.

Les deux équipes, sans pression particulière, n’offrent pas d’emblée un spectacle inoubliable. Chez les visiteurs, on sent un groupe en construction, avec des joueurs cherchant leurs marques (les Suédois ne sont en Vanoise que depuis peu) et on assiste plutôt à des contres assez bien menés de leur part. Ainsi les premiers tirs sérieux en direction de Burnet sont à mettre à l’actif de Björnberg puis de Dupieux après trois minutes. Le match tarde à démarrer, haché par de nombreuses fautes mineures des deux côtés. Satonay teste Olsson (11’43) et Lundberg voit son boulet, bien parti vers la lucarne droite, bloqué par Stéphane Burnet. Le jeu s’intensifie quelque peu à partir de la quinzième minute sous les coups de boutoirs de Mikaël Bouvier en particulier. Néanmoins rien ne sera marqué.

Le deuxième tiers tarde à reprendre pour des problèmes de glace, de surfaceuse et d’éclairage... On excusera par la même occasion une sono poussive lors des annonces, car bon, c’est un match amical et donc, comme on dit au théâtre, une répétition pour les techniciens et speakers.

Burnet, impeccable au premier tiers, laisse sa place à Delachaume. Du côté de Vanoise, Olsson reprend son poste sans savoir que la suite va être pénible... Les Tarins réussissent à donner le change jusqu’à la 26e minute. Les Chambériens proposent en effet un jeu collectif beaucoup plus consistant. Olsson sauve une première fois (26’08) mais ne peut rien sur le tir de pénalité accordé à Repellin (26’43) : tir direct, bien placé. Le transfuge scandinave va ensuite être très sollicité par les attaquants du SOC. Il s’interpose une première fois (27’04) avant de céder sur un tir imparable de Manu Rol (27’11). Dans un match où la prison de Vanoise est souvent occupée, le SOC fait feu de tout bois, alternant les phases en jeu de puissance devant le but et des attaques de loin à partir de palets perdus ou gâchés par l’adversaire. Ainsi Bigot remonte sur son aile et repique au centre pour tromper Olsson sur sa droite (29’14). Bazin corse l’addition (32’01) et Vanoise boit la tasse dans les secondes qui suivent (32’26). À 5-0, la messe est dite et on ne voit pas comment les visiteurs pourraient revenir dans le match avec le jeu proposé ce soir.

Certes, les Chambériens appliqués dans leur jeu de passes perdent parfois le palet et c’est sur une de ces fautes bien excusable en période de rodage qu’ils laissent à Dupieux l’honneur d’ouvrir le compteur visiteur (33’52). Grabit remet les pendules à l’heure dans les secondes qui suivent (34’17). Le calvaire d’Olsson a trop duré et c’est Jérémy Prévost qui s’y colle. Le jeune gardien de Tarentaise, contraint souvent l’an dernier au second rôle derrière le Slovaque Cholinsky, ne va pas gâcher cette occasion de se mettre en valeur ; très sollicité (c’est le moins qu’on puisse dire) pendant tout le reste du match, il va réussir à limiter la casse au maximum. On notera le but en contre du rapide Tanguy Chardon qui réussit à tromper Delachaume sur un tir au ras du poteau gauche de Delachaume (36’17).

La troisième période voit des Chambériens très appliqués dans leur jeu collectif, notamment en power-play, où les tirs d’Oliva ou Fauge de la bleue ne réussiront pas à prendre directement en défaut Prévost bien placé. Chambéry entame ce tiers sur une nouvelle attaque dévastatrice d’un Mika Bouvier très actif, conclue par Gay. Vanoise réduit à défendre ne peut que compter sur des contres. Mounier et Martin notamment se mettent en évidence en défense et dans les relances, tandis que Lundberg s’offre quelques slaloms malheureusement terminés par des tirs non cadrés.

Chambéry recherche plus la manière que le résultat. Ainsi Bouvier, Bazin, Van den Abbeele et consorts proposent un jeu alerte et assez séduisant qui laisse bien augurer de la suite. Ce tiers se termine par un siège en règle de la cage de Prévost. À cinq minutes du terme, le gardien tarin ne peut que repousser un tir de la bleue de Fauge dans la crosse de Bazin.

En conclusion on peut dire qu’on a vu une équipe de Vanoise plus en construction et en rodage face à une équipe chambérienne plus aguerrie et au point collectivement. Le prochain match amical, ce prochain samedi (19 septembre, 20h , à Buisson-Rond) sera une toute autre affaire face aux Clermontois pour des Chambériens qui auront ensuite la difficile tâche d’ouvrir le bal en recevant Cholet (26 septembre).

 

Chambéry - Vanoise 8-2 (0-0, 6-2, 2-0)

Samedi 12 septembre 2009 à 20h00 à Buisson-Rond. 300 spectateurs.

Arbitrage de Frédéric Brolis et Didier Drif.

Pénalités : Chambéry 28', Vanoise 44'.

Évolution du score :

1-0 à 26'43" : Repellin (tir de pénalité)

2-0 à 27'11" : Rol assisté de Van den Abbeele et Gay

3-0 à 29'14" : Bigot assisté de Satonay

4-0 à 32'01" : Bazin assisté d'Oliva

5-0 à 32'26" : Bouvier assisté de K. Enselme

5-1 à 33'52" : Dupieux

6-1 à 34'17" : Grabit assisté de Bigot

6-2 à 36'07" : Chardon

7-2 à 42'41" : Gay assisté de Bouvier

8-2 à 55'49" : Bazin assisté de Repellin et Fauge