Caen-Angers (Coupe de la Ligue, 1re journée)

alexis_gomane_15-09-09Pour la deuxième année consécutive, Caen se retrouve dans le même groupe que Rouen et Angers en coupe de la ligue. Et si le niveau de cette poule est élevé, les Bas-Normands ont su marquer les esprits un an plus tôt en se payant presque une place au tour suivant. Angers en avait fait les frais en s’inclinant 7-6 sur la patinoire de Caen-la-mer. Cette nouvelle confrontation a donc un air de revanche : pour Caen, il s’agit de montrer que l’équipe peut prétendre à la Magnus. Pour Angers, il faut laver l’affront de la saison passée. D’ailleurs, l’ex-Caennais Thierry Poudrier est venu renforcer leurs rangs.

La défense à la pointe de l’attaque…

Les Ducs rentrent dans le match d’emblée avec un gros travail des deux premières lignes angevines. Suite à une faute de Graham Avenel, elles peuvent orchestrer leurs savoir-faire en jeu de puissance. Avec une grande vitesse de réaction, Bellemare passe du côté droit à Laprise qui remonte de derrière le but et se sert du poteau gauche pour rentrer le palet (0-1, 02’05").

Durant les dix premières minutes, les visiteurs continuent à monopoliser littéralement le palet, faisant trembler la défense adverse qui ne fait que courir après eux. Leur jeu est très fluide avec des offensives rapides qui mettent Goëtz à contribution. Les rebonds récupérés sont très dangereux mais la défense arrive miraculeusement à repousser tous les palets. De plus, la nouvelle règle interdisant les changements de ligne lors des dégagements interdits nuit aux Drakkars et permet à Angers de réaliser un gros travail d’usure sur la défense caennaise.

Mais au premier palet bien remonté, les hommes de Dostal reprennent confiance et même s’ils sont gênés par le pressing adverse, ils avancent jusqu’au but, permettant à Gomane de prendre un rebond et de revenir au score (1-1, 11’54"). Et cette confiance retrouvée emmène les Caennais sur un nuage jusqu’à la première sirène. Cette égalisation les inspire jusqu’à la fin du match, sauf au deuxième tiers où un passage à vide physique leur coûte cher en prison 22 minutes durant cette seconde période dont 10 minutes de méconduite pour Daubert (dont l’absence ampute une défense déjà allégée par les blessés). De plus, Aubry se montre décisif dans les buts angevins, écartant la plupart des dangers.

simon_lacroix_15-9-09Un gros match donc mais également un match sous une bonne étoile puisque Boutin fait trembler les filets à la suite d’une belle feinte de passe. Le tir est habile et trouve un creux minuscule dans le placement du gardien. Mais voilà, dans son retour Aubry fait bouger la cage quelques secondes après l’entrée du palet. L’arbitre, du mauvais côté de l’action, refuse le but et pénalise le portier pour déssoclage. Les efforts des Caennais ne seront donc récompensés qu’en fin de match, où Gomane récidive à la pointe (2-3, 55’12").

Mais le succès des Ducs est lié surtout à un seul homme, Simon Lacroix, l’autre défenseur buteur de la soirée. Bien intégré dans cette puissante défense, Lacroix a su suivre ses partenaires à l’offensive même en infériorité numérique. C’est comme ça qu’après un contre mené par Bellemare, il récupère le palet devant le but et tire entre les jambières (1-2, 33’36"). Et cette infériorité n’est pas révélatrice puisqu’Angers domine son adversaire du point de vue physique. Ceci explique en partie l’avalanche de pénalités contre les locaux, mais également la qualité des lignes spéciales ligériennes, qui ont inscrit la totalité des buts de leur équipe. Kiprusoff en est un bon exemple. Très observé, il développe un jeu serein et sans vague et fait circuler le palet intelligemment. Il se retrouve ainsi à l’origine du dernier but, en supériorité, transmettant le palet à l’incontournable Bellemare qui offre à Lacroix l’occasion de signer un doublé (1-3, 35’49").

En résumé, c’est une courte victoire qu’Angers ramène à l’issue de cette rencontre. Il est vrai toutefois que l’équipe n’a jamais sous-estimé son adversaire bien qu’inférieur d’une division. Et l’objectif de victoire est atteint. Pour Caen, le bilan n’est pas noir non plus. Les joueurs ont montré qu’une fois encore ils peuvent se hisser au niveau des meilleures équipes de ligue Magnus. Cependant, il faut espérer que cette participation à des confrontations de haut niveau n’handicape pas les Caennais (dont la liste des blessés s’allonge) pour leur vrai défi : le championnat de D1.

 

Caen - Angers 2-3 (1-1, 0-2, 1-0)

Mardi 15 Septembre 2009 à 20h00 à la patinoire de Caen la mer. 600 spectateurs environ

Arbitrage de Frédéric Bachelet assisté d'Éric Bouguin et Adrien Ernecq.

Pénalités : Caen 30’ (4’, 2’+10', 4’), Angers 20’ (4’, 8’, 8’)

Évolution du score :

0-1 à 02’05" : Laprise assisté de Bellemare et Fortier (sup. num.)

1-1 à 11’54" : Gomane assisté de G. Avenel et J. Avenel

1-2 à 33’36" : Lacroix assisté de Bellemare (inf. num.)

1-3 à 35’49" : Lacroix assisté de Bellemare et Kiprusoff (sup. num.)

2-3 à 55’12" : Gomane assisté d’Oravec (sup. num.)

 

Caen

Gardien : Arnaud Goëtz

Défenseurs : Tommy Lafontaine - Jonathan Janil ; Alexis Gomane (A) – Slavomir Vorobel ; Olivier Vandecandelaere (C) – Jean-Marc Daubert.

Attaquants : Jonathan Boutin – David Dostal - Julien Lebey ; Charles Geslain - Kevin Da Costa – Pierre Mazie ; Tomas Oravec - Jonathan Avenel (A) - Graham Avenel ; Mans Papaux.

Remplaçants : Guillaume Depaixdecoeur (G), Hugo Deschamps. Absents : Udo Marie (épaule), Pierre Bennett (déchirure musculaire), Clement Fouquerel.

Angers

Gardien : Peter Aubry

Défenseurs : Pavol Mihalik – Simon Lacroix ; Marko Kiprusoff – Lauri Lahesalu ; Per Braxenholm – Kévin Igier

Attaquants : Pierre-Luc Laprise – Jonathan Bellemare (C) – Éric Fortier ; Tomas Baluch – Matias Metsäranta – Hermanni Vidman ; Juho Jokinen – Thiery Poudrier – Julien Albert ; Mathieu Frecon.

Remplaçants : Lucas Normandon (G), Nicolas Primout, Nicolas Hebert, Clément Genièvre.