Rouen - Dijon (Ligue Magnus, 2e journée)

2009-09-26-Rouen-DijonDéjà un point de perdu

Le DHC est parvenu à décrocher un bon match nul sur la glace du RHE, lors de la deuxième journée. Un partage des points qui avait déjà valeur de défaite pour des Rouennais encore loin de leur meilleur niveau, et de victoire pour des Dijonnais avant que la prolongation et surtout les penaltys ne confirment ce sentiment.

La bonne opération est clairement dijonnaise, tellement Rouen s'est montré dominateur. Grâce à une défense impériale et à un réalisme impressionnant, les joueurs de Daniel Maric ont ramené deux (précieux) points de leur déplacement en Normandie. Rouen n’aura pas réussi à s’offrir une première gagnante pour l’ouverture à domicile de la Ligue Magnus. Pire, une défaite ! La faute à une équipe de Dijon qui a su s’arc-bouter sur sa défense au plus fort de la domination normande. La faute aussi à un Florian Hardy de gala qui va faire souffrir les Carl Mallette, Marc André Thinel et autres Éric Doucet au-delà du match. Et si Rouen sort avec le point du match nul, c’est grâce à son deuxième bloc qui a remis les Dragons dans le bon timing.

Avec plus de patinage, et plus décidés à jouer tous les palets passant devant leurs crosses, les Dijonnais faisaient au moins jeu égal en début de match avec les Rouennais. Les Ducs annihilaient d'abord une pénalité puis négociaient plutôt bien un avantage numérique. Les lancers, non cadrés, de Mathieu Mille (3’08), et surtout celui d’Arnaud Hascoët en bonne position (3’20), auraient dû connaître un meilleur sort. Et c’est presque logiquement que les visiteurs ouvraient la marque. L’espoir Anthony Guttig, se saisissant d’un retour de tir de Thomas Decock mal contrôlé par la défensive rouennaise, glissait la rondelle entre les jambières de Trevor Koenig (0-1 à 7’06). Les Dragons réagissaient une minute plus tard, mais ni Luc Tardif dans un raid solitaire (8’05), ni Julien Desrosiers (8’13) ne trouvaient l’ouverture dans une défensive morte de faim à l’image d’une bonne charge de Mille sur Thinel (10’13).

2009-09-26-Rouen-Dijon2Le second but des leaders du championnat arrivait un peu contre le cours du jeu, à un des sommets de la domination infructueuse des joueurs locaux. Jérémie Romand à coté (10’52) et Ilpo Samivirta, dérouté par Hardy (11’30), venaient d’être frustrés lorsque le junior Nicolas Ritz, d’un tour sur lui même devant l’enclave, trouvait les filets du revers balayé après une accélération de Mazerolle relayée derrière le but par Dugas (0-2 à 13’06). Les coéquipiers de Carl Mallette étaient KO. Ils mettaient plus de cinq minutes à réagir. Il fallait même une supériorité pour voir le RHE 76 se secouer et David Holmqvist hériter d’une bonne passe de Mallette et inquiéter Hardy (18’37).

Plus solides sur les impacts, plus agressifs dans la bande et surtout plus ambitieux, les Rouennais dominaient largement les débats en début de deuxième tiers. Carl Mallette (20’27) et Loïc Lampérier, en déviant un lancer de Desrosiers (21’48) avaient les plus belles occasions. Lors d’un jeu de puissance, les "noirs-et-jaunes" réduisaient finalement la marque. Daniel Babka envoyait de loin un énorme rebond laissé libre. Masqué, Florian Hardy ne voyait pas le départ du palet (1-2 à 25’26). Après ce but, les coéquipiers de Stephen Dugas résistaient autant grâce à leur courage qu’à l’indiscipline des Dragons qui, par la force des choses, étaient moins pressants.

Le dernier tiers était encore plus pénible pour les Ducs. Profitant de deux power-plays, une déferlante considérable qui s’abattait sur la cage de Florian Hardy. Le gardien bourguignon usait de tout son savoir faire et de toutes ses protections pour se dresser en véritable forteresse. La mitaine face à Zwikel (41’58), le plastron face à Doucet (42’28), la jambière face à Eriksson (43’07), le casque face à Mallette (43’29)... Au beau milieu de cette houle, Nicolas Ritz partait en échappée provoquer le gardien normand. Ce dernier sauvait son camp de la douche froide (45’31). Le ressac se faisait plus fort encore. Éric Doucet (46’09), Holmqvist (46’40), Salmivirta (47’53), Romand (48’30) et Thinel (48’33 & 49’05) étaient chancelants sur le dernier rempart !

2009-09-26-Rouen-Dijon3Fort logiquement, à force de se produire de nombreuses chances, Rouen égalisait. Daniel Babka remportait une rondelle dans la zone neutre et l’envoyait à Ilpo Salmivirta qui débordait son adversaire d’une passe du revers pour placer le caoutchouc dans la zone de prédilection. Sitôt ici repris par Julien Desrosiers dans les lacets (2-2 à 49’17). Les joueurs du duo Garnier-Pouget ne relâchaient pas leur étreinte sur le but de Dijon. Mais les Dragons se heurtaient de nouveau à Florian Hardy. Carl Mallette (52’46), Doucet (55’27 & 58’57), Salmivirta (sur le poteau à 55’07) et Lampérier (57’52) manquaient chacun leur tour l’opportunité de prendre les devants. Les Ducs conservaient au moins le point du match nul.

Dans la prolongation aussi, les Normands avaient des occasions, notamment par Marc-André Thinel (62’57) et Eriksson (64’26). Mais rien n’y faisait, malgré 41 secondes à jouer à cinq contre trois ! Les trios Mille-Guttig-Lutsberg puis Resetka-Lezo-Strapaty étaient sur la glace pour soutenir Hardy jusqu’aux penalties. Ce dernier était le héros jusqu’à la fin en détournant les tentatives de Doucet et Desrosiers, pendant que Decock et Dugas marquaient les leurs face à Koenig.

Dijon finissait donc par s’imposer, un peu dans la douleur, mais avec un large sourire final. Un Luc Mazerolle performant, des adversaires combatifs, une défensive extrêmement solidaire et un Florian Hardy impérial dans les buts, c’en était vraiment beaucoup trop pour les Dragons . Certes, ils tempéraient bien des choses dans le deux derniers tiers, mais sans suffisamment de réussite pour renverser la vapeur dans les derniers instants. La venue de Chamonix dans une semaine devrait donner l’occasion au RHE de retrouver la réussite qui lui a fait défaut ce soir, si tant est que tout le monde soit dans le bon timing d’entrée de match.

 

Rouen - Dijon 2-2 (0-2, 1-0, 1-0, 0-0) / 1-2 aux tirs au but

Samedi 26 septembre 2009 à 20h00 à la patinoire du centre sportif Guy Boissière. 1 804 spectateurs.

Arbitrage de Savice Fabre assisté de Jérémy Rauline et Nicolas Piedigrossi.

Pénalités : Rouen 10’ (2’, 6’, 0’, 2’) ; Dijon 18’ (4’, 4’, 6’, 4’).

Évolution du score :

0-1 à 07'06" : Guttig assisté de Decock et Seguy.

0-2 à 13'06" : Ritz assisté de Dugas et Mazerolle.

1-2 à 25'26" : Babka assisté de Desrosiers et Salmivirta (sup.num.).

2-2 à 49'17" : Desrosiers assisté de Salmivirta et Babka.

Tirs au but :

Rouen : Doucet (manqué), Thinel (réussi), Desrosiers (manqué).

Dijon : Decock (réussi), S. Dugas (réussi).

 

Rouen

Gardien : Trevor Koenig.

Défenseurs : Magnus Eriksson – David Holmqvist ; Kai Öhberg – Daniel Babka ; Petri Virolainen – Daniel Carlsson.

Attaquants : Eric Doucet (A) – Carl Mallette (C) – Marc-André Thinel ; Ilpo Salmivirta – Loïc Lampérier – Julien Desrosiers ; Jérémie Romand – Jonathan Zwikel (A) – Luc Tardif Jr.

Remplaçants : Adrien Fénart (G), Lionel Tarantino. Absent : Cédric Custosse (avec la réserve).

Dijon

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Jesse Lustberg – Aki Nurminen ; Peter Strapaty – Pavol Resetka ; Mathieu Mille – Aymeric Gillet.

Attaquants : Stephen Dugas (C) – Luc Mazerolle – Nicolas Ritz ; Thomas Decock – Anthony Guttig (A) – Mathieu Séguy ; Anton Lezo – Erwan Pain – Arnaud Hascoet.

Remplaçants : Andy Foliot (G), Thomas Lecoanet, Daniel Masik et Loïc Chabert. Absent : Miroslav Kristin (sciatique).