Viry - Meudon (Division 2, 1re journée)

LariveeFrancisEn deux matches amicaux, Viry-Châtillon a laissé quelques plumes : deux défaites tout d'abord, mais aussi des traces, comme celles de l'épaule de Frédéric Brodin, l'entraîneur-joueur des Français Volants, sur le visage de Robin Chrétien. Aux blessés s'ajoutent les licences pas encore prêtes des deux renforts offensifs étrangers Zdenko Sarnovsky et Félix Chougui. Malgré tout, les Jets trouvent une motivation supplémentaire à ne pas rater ce premier match de championnat : dans la cage adverse de Meudon, ils retrouvent leur ancien gardien puis ancien entraîneur Francis Larivée !

Vinatier, première

Les cinq lignes testées en amical se sont vite réduites pour Viry. En plus des absents, les espoirs sont pour la plupart dispensés de la rencontre car ils jouent à Grenoble demain à 12h20 en championnat U22 élite. Leur bus partira à cinq heures du matin. Seuls deux d'entre eux, Geoffrey Berardet et Hugo Vinatier, joueront.

Vinatier est le meilleur talent des espoirs virois même s'il doit parfois se départir de certaines tendances individuelles. En tout cas, l'international U18 réussit pleinement son premier match officiel en senior puisqu'il ne met que trois minutes à ouvrir le score. Il prend le rebond d'un tir de Stanislas Mistrik qui a fermé la bande après un bon pressing en fond de zone d'Alexis Gautron (1-0, 03'01"). Meudon a payé cher le premier palet non sorti de sa zone et la première pression adverse après récupération. Conforté par ce but, Viry semble entrer dans son match après des débuts hésitants.

Mais tout va changer en quelques contre-attaques. Olivier Bélanger, un des trois étrangers recrutés cette saison par Meudon, se présente devant la cage, met Geoffroy Marcon en grand écart et lève le palet du revers (1-1, 07'45"). Ce sont maintenant les rouges qui pressent. Virgile Ponticelli perd derrière sa cage un palet qui est rapidement exploité par un but de Nicolas François. Puis, en supériorité numérique, Mistrik rate son contrôle du patin à la bleue, et Bélanger part pour un second duel avec Marcon, encore gagné (1-3, 11'37"). Deux erreurs des arrières de Viry, deux buts de retard. Pourtant, seuls les quatre défenseurs expérimentés jouent ce soir, ce qui restera le cas à une présence près.

Marcon, qui tient une revanche dans un face-à-face avec Soustelle, commence à prendre goût à ses duels avec les attaquants adverses. C'est comme une drogue à accoutumance, alors il s'offre une nouvelle dose en relançant droit dans la crosse de Pavel Frano, pour mieux frustrer ensuite l'attaquant slovaque. La confiance de Viry s'est fragilisée, et deux jeux de puissance installés n'y changeront rien.

Meudon : le bon départ puis Larivée

Dans le deuxième tiers-temps, le coach virois essaie de faire tourner un peu ses lignes pour donner un peu plus de souffle à son équipe. Les Jets défendent mieux, en étant très actifs sur le porteur de palet, à l'instar de Ponticelli qui contre un tir dans la crosse de l'attaquant ou de Jeannette qui réussit un "tacle" (!). Le problème est le réalisme offensif, surtout sans Sarnovsky. Revenu de Dijon cet été, Antoine Cohen l'illustre en manquant deux occasions, l'une en solitaire, l'autre en ne cadrant pas un rebond après un bon tir de Kerneis en supériorité numérique.

Meudon continue d'avoir quelques contres favorables dans sa zone, mais Bélanger rate totalement son geste sur un nouveau breakaway. Dans l'ensemble, néanmoins, les rouges sont acculés. Après une mêlée indescriptible dans laquelle Francis Larivée qui a perdu sa crosse en plongeant sur tous les palets, le banc visiteur utilise même son temps mort. Viry domine toujours, mais malgré 19 tirs à 6 dans ce deuxième tiers, le score ne bouge pas.

On commence à douter de la capacité des Jets à marquer. Le destin se montre même cruel, car quand Anthony Denis envoie enfin un tir précis dans le haut du filet en début de troisième période, l'arbitre a sifflé un hors-jeu à Gautron juste avant. Mais peu après, un tir axial de Julien Blaugy est repoussé et le rebond est repris à mi-distance par Mistrik (2-3, 42'58"). Viry repart de plus belle, et Meudon est réduit à trois lorsque Ruffin donne un cross-check après le coup de sifflet. Les Jets ne trouvent aucune ligne de passe dans cette double supériorité, mais douze secondes avant que les visiteurs ne reviennent au complet, Francis Larivée, de nouveau bombardé par Yvan Kerneis, n'est pas relevé ni bien placé sur le rebond en pivot de Vinatier (3-3, 47'03").

Place à Stanislas

Vient alors l'action exceptionnelle de Stanislas Mistrik. La recrue-phare de l'intersaison avait un but pour sa pomme et fait plus que le rattraper. Le défenseur slovaque remonte toute la patinoire, fonce à gauche du but, y fixe Larivée, fait le tour de la cage et vient mettre le palet au poteau opposé (4-3, 48'26"). Un but aussi magnifique que décisif qui met la banane à toute la patinoire.

Vinatier, en break face à Larivée, n'arrive pas à tuer le match, mais Meudon ne peut plus réagir. Après un 2 contre 1 entre Antoine Cohen et Julien Blaugy, ce dernier pousse le palet au fond dans un second temps en constatant que Larivée est resté immobile (5-3, 57'30"). Le gardien canadien demande son remplacement par Steven Froment qui finit le match sans voir de lancer.

L'efficacité offensive reste toujours délicate pour Viry, et il y avait de quoi s'inquiéter avec un retard de deux buts à remonter. Mais la domination a été telle durant les deux derniers tiers-temps que les Jets ont fini par débloquer la situation pour commencer leur saison avec le sourire.

 

Commentaires d'après-match

Francis Larivée (gardien de Meudon) : "C'est inacceptable. On a joué dix minutes dans le match, les dix premières. Après, on a pensé que c'était acquis, on a reculé. Avec leur vitesse, ils nous ont pressés même quand ils étaient à quatre contre cinq. C'est une évidence qu'on va régler ça à partir du week-end prochain. Il faut être conscient du potentiel qu'on a. Je pense que je n'ai pas raté mon comeback à Viry, mais que nous avons raté notre premier match de championnat. C'est vrai que j'ai eu un peu de mal à me relever sur l'égalisation, c'est dû à une petite élongation derrière la jambe, mais le principal regret, c'est qu'on ait joué 10 minutes et pas 60."

 

Viry-Châtillon - Meudon 5-3 (1-3, 0-0, 4-0)

Samedi 26 septembre 2009 à 20h30 à la patinoire des Lacs. 210 spectateurs.

Arbitrage de Pascal Telliez et Stéphane Phelippe.

Pénalités : Viry 12' (2', 6', 4'), Meudon 16' (6', 4', 6').

Tirs : Viry 48 (14, 19, 15+0), Meudon 27 (15, 6, 6).

Évolution du score :

1-0 à 03'01" : Vinatier assisté de Mistrik et Gautron

1-1 à 07'45" : Bélanger assisté de Jardel

1-2 à 10'34" : François assisté de Bélanger et Daguerre

1-3 à 11'37" : Bélanger assisté de Jardel (inf. num.)

2-3 à 42'53" : Mistrik assisté de Blaugy

3-3 à 47'03" : Vinatier assisté de Kerneis (sup. num.)

4-3 à 48'26" : Mistrik

5-3 à 57'30" : Blaugy assisté de Cohen

 

Viry-Châtillon

Gardien : Geoffroy Marcon.

Défenseurs : Yvan Kerneis (C) - Stanislas Mistrik ; Virgile Ponticelli - Guillaume Jeannette (A) ; Pierre-Jean Karimbocus [une présence au 2e tiers].

Attaquants : Alexis Gautron - Hugo Vinatier - Éric Blossier ; Mickaël Denis (A) puis Killian Dufaut à 26' - Antoine Cohen - Anthony Denis ; Loïc Lemoine - Julien Blaugy - Geoffrey Bérardet ; Fabien Foata [une présence].

Remplaçants : Nicolas Cargou (G), Sébastien Moraitis. Absents : Zdenko Sarnovsky (non qualifié), Felix Chougui (non qualifié), Robin Chrétien (fracture de l'orbite), Benjamin Aubry (bras en écharpe), Giovanni Lelièvre (adducteurs), Damien Rosello.

Meudon

Gardien : Francis Larivée puis Steven Froment à 57'30".

Défenseurs : Laurent Jardel - Thomas Lebailly ; Nicolas Barbey - Thomas Ruffin ; Anthony Daguerre - Sébastien Grasset.

Attaquants : Jean-Marie Chevalier (C) - Florian Nesa - Marc-Harris Wentzo ; Nicolas François - Olivier Bélanger - Pavol Frano ; Alexandre Leroux - Aymeric Millet - Romain Soustelle ; Baptiste Blommaert.