Wasquehal - Évry (Division 2, 1re journée)

Le recrutement des Peaux Rouges, effectué en grande partie à l'insu du voisin castelvirois, peut permettre à la troupe menée par Michal Divisek de jouer un rôle dans la Poule B. Première étape : un déplacement à Wasquehal, où il faudra effacer la soirée catastrophe vécue en début d'année.

lecleretristanMalgré Lionel Wiotte...

Les Peaux Rouges ne tardent pas à faire parler leur puissance pour s'ouvrir le chemin de la zone offensive. Ivan Kucera trouve ainsi une première occasion de faire parler la poudre, offrant l'occasion à Romain Danton d'exploiter le rebond (0-1 à 02'47"). La réponse wasquehalienne ne se fait pas attendre, suite à la faute de Morillon, convertie par un lancer millimétré d'Hamoudi sous la barre (1-1 à 03'25") et une bonne séquence pour les Lions, encore à l'oeuvre par Canaguet, dont l'échappée sur la gauche échoue sur la jambière de Roullier.

La faute de Lionel Wiotte coupe l'élan des bleus. Même si le compère Bardet écarte le danger dans un premier temps, la seconde salve permet aux visiteurs de reprendre les devants, par Gourgand, qui s'appuie sur Beaudet pour marquer de près (1-2 à 06’20"). Toutefois, cette réussite ne permet toujours pas à Évry de se libérer. Malgré une alerte signée Ledoux, la pression s'accentue sur la cage de Roullier, mis à mal par la paire d'attaquants venue d'Amiens et au secours, du gant face à Hamoudi, d'une défense débordée par Fauchart. L'égalisation vient une deuxième fois récompenser les Nordistes ; elle vient de Frédéric Nilly, dans une position pourtant difficile et un angle a priori fermé (2-2 à 10’36").

Multipliant les relances risquées voire ratées, les hommes de Sylvain Devaux ne se montrent pas plus efficaces en jeu de puissance. Goujot se fait ainsi chiper le palet à la ligne bleue par Bardet, qui met Lionel Wiotte en position face à un Roullier toujours aussi vigilant en infériorité sur une double occasion offerte devant l'enclave à Nilly et Vienne. C'est au retour à cinq qu'Évry trouve la faille par sa doublette québécoise, Yanick Bernier d'Aoust alerté par Beaudet débordant sur la droite pour ajuster Chardon (2-3 à 18‘08").

Le début du deuxième tiers est haché par des erreurs techniques et des positionnements coupables de chaque côté, mis en exergue par Mickaël Beaudet, qui contourne la cage et loge le palet dans un trou de souris (2-4 à 24’21"), et Lionel Wiotte, à l'affût d'une relance suicidaire pour s'en aller calmement tromper Roullier (3-4 à 24'59").

Mis en scelle par trois fautes adverses en autant de minutes, les Peaux Rouges appuient sur l'accélérateur à la suite d'une intervention salutaire de Fabien Chardon devant Kevin Ledoux. L'ancien Dijonnais est encore à la parade, de l'épaule, pour couper court aux velléités de Victor Peduzzi. Les Franciliens ne peuvent prendre le large, se voyant refuser un but marqué du patin, sur un trois contre un, avant de trouver le poteau par Gourgand, plus rapide que Thiery. De plus loin, Divisek et Kucera ne sont pas plus heureux, même s'ils sont à l'origine d'un rebond dangereux pour Mehdi Belhassen, un temps étendu au sol après avoir trébuché seul en zone offensive.

Ce manque d'efficacité permet aux Lions de maintenir la pression suite à une faute de Kevin Ledoux aux abords de la cage nordiste. Mickaël Bardet ne répond pas aux invectives de Goujot, et opte pour une passe en profondeur vers... Lionel Wiotte, et son sang-froid dans le dernier geste (4-4 à 35'15"). Omniprésent, le grand numéro 20 récupère encore plusieurs palets au centre de la glace et porte sans transition le danger aux abords de la cage de Benjamin Roullier, dont il pense tromper la vigilance en transitant par l'arrière. Il est encore là, de la ligne bleue, pour orchestrer le jeu de puissance et lorgner une éventuelle déviation.

Romain_DANTON_Evry_-_9740... et à cause de Mickaël Beaudet

Le scénario curieux de cette rencontre de début de saison, où les automatismes font défaut, n'est pas à une contradiction près lorsque les Franciliens, peu en vue depuis plusieurs minutes, prennent les devants de façon aussi soudaine que la force et la précision du lancer d'Antoine Devaux depuis l'aile gauche (4-5 à 45’40").

Le renfort de l'ancien Amiénois ne suffit plus à inverser le cours de la rencontre pour une formation toujours en attente de la qualification de son finisseur attitré Miroslav Hantak. Tout juste Wiotte pourra-t-il combler en partie, dans une position aussi excentré que celle de Frédéric Nilly auparavant (5-7 à 56’03"), le retard accumulé entre-temps. Dans le dernier quart d'heure, les Peaux Rouges ont en effet retrouvé l'efficacité qui leur a fait défaut à plusieurs reprises : seul au centre sur une contre-attaque, Aurélien Morillon se joue de près du dernier rempart (4-6 à 50’58"), puis Mickaël Beaudet reprend son propre rebond (4-7 à 53’27").

Avec deux buts et trois assistances, le Québécois réussit parfaitement ses débuts officiels sous ses nouvelles couleurs. Sa vision du jeu et son sens du but ont su relancer Évry en fin de premier tiers, au moment où Wasquehal reprenait des forces, et sceller le sort de la rencontre dans le dernier vingt.


Commentaires d'après-match

Frédéric Nilly (attaquant de Wasquehal) : "Nous avons connu trop de passages à vide après deux ou trois minutes de nette domination, surtout en troisième période. Les trois buts successifs et rapprochés sont inscrits contre le cours du jeu, après une fin de deuxième tiers où nous pouvions prendre les devants. Il convient de travailler les relances, beaucoup de palets sont perdus dans notre zone. Ce sont des erreurs de jeunesse, de mauvais choix, comme celui de préférer les dribbles aux lancers. L'équipe est encore en rodage, tandis qu'Évry est prêt à débuter le championnat."

Sylvain Devaux (entraîneur d'Évry) : "Je suis satisfait, l'essentiel est la victoire. Tous les points sont bons en début de saison. Le break aurait pu être fait plus tôt mais il est difficile à ce moment de la saison de produire du jeu pendant soixante minutes. Avec la réussite et l'allant, l'efficacité offensive reviendra. Le jeu de puissance tourne bien, mais la qualité ne doit pas faire oublier qu'il faut lancer et aller à la cage. L'intégration des nouveaux est humainement très bonne, mais les systèmes restent à peaufiner. Sur la saison, la profondeur du banc sera importante, tous les matchs risquant d'être équilibrés. L'objectif est d'être dans les quatre premiers, pour viser un huitième de finale plus abordable et une place en quarts de finale."

 

Wasquehal - Évry 5-7 (2-3, 2-1, 1-3)

Samedi 26 septembre 2009 à 18h30 à la patinoire olympique de Wasquehal. 300 spectateurs.

Arbitrage de Teddy Madrias et Thierry Fraysse.

Pénalités : Wasquehal 26' (8', 6', 2'+10‘), Évry 18' (6', 6', 6').

Évolution du score :

0-1 à 02'47" : Danton assisté de Belhassen et Kucera

1-1 à 03'25" : Hamoudi assisté de Bardet et Wiotte (sup. num.)

1-2 à 06’20" : Gourgand assisté de Beaudet (sup. num.)

2-2 à 10’36" : Nilly assisté de Vienne et Moreau (sup. num.)

2-3 à 18‘08" : Bernier d'Aoust assisté de Beaudet

2-4 à 24’21" : Beaudet

3-4 à 24'59" : Wiotte

4-4 à 35'15" : Wiotte assisté de Bardet (sup. num.)

4-5 à 45’40" : An. Devaux assisté de Bernier d'Aoust

4-6 à 50’58" : Morillon assisté de Beaudet

4-7 à 53’27" : Beaudet assisté de Gourgand et Goujot

5-7 à 56’03" : Wiotte

 

Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon [sorti à 57'00"].

Défenseurs : Nicolas Hamoudi - Tristan Leclère ; Julien Thiery (A) - Fabien Tanguy ; Boris Chauveau.

Attaquants : Thomas Fauchart - Lionel Wiotte - Mickaël Bardet (A) ; Axel Canaguier - Frédéric Nilly - Roman Moreau (C) ; Valentin Vienne - Edmond Chan - Maxence Wagret.

Remplaçant : François Durand (G). Absents : Alexis Thomas (épaule), Miroslav Hantak (non qualifié), Maxime Delepierre.

Évry

Gardien : Benjamin Roullier.

Défenseurs : Michal Divisek - Ivan Kucera ; Mickaël Goujot (A) - Alexandre Devaux (A) ; Alexis Niverd.

Attaquants : Mehdi Belhassen - Romain Danton (C) - Kevin Ledoux ; Aurélien Morillon - Mickaël Beaudet - Karl Gourgand ; Antoine Devaux - Yanick Bernier d’Aoust - Victor Peduzzi ; Dimitri Juan.

Remplaçant : Nicolas Husarek (G). Absents : Benjamin De Avelar (blessé), Fabien Gumucio (blessé), Bertrand Danton (obligations professionnelles), Mohamed Benyahia (blessé), Olivier Scheid (non retenu), Arnaud Niverd.