Présentation de la NHL 2009/10 : division Atlantique

NHLLa Division Atlantique de la Conférence Est est cette saison l'hôte de deux équipe prétendantes à la victoire finale dont le champion en titre (Pittsburgh). Si les deux clubs de New York (Rangers et Islanders) pourront difficilement brouiller les cartes au sein de la division, les deux "épouvantails" de Pennsylvanie (Penguins de Pittsburgh et Flyers de Philadelphie) seront parmi les grands favoris au titre final où les uns ont déjà prouvé leur valeur et où les autres ont fait des acquisitions qui font d'eux l'équipe la plus "agressive" de l'Est.

Les derbys entre les deux franchises de Pennsylvanie seront parmi les duels les plus intéressants à suivre car les chances de les revoir en finale de conférence sont fortes, aussi le jeu psychologique devrait commencer tôt.

La division est complétée par les New Jersey Devils qui, avec le retour de Jacques Lemaire derrière le banc, devraient pouvoir s'assurer une place en séries éliminatoires et rester comme souvent un adversaire difficile à jouer.

 

Pittsburgh Penguins

Arrivées notables : Chris Conner, AD (Dallas), Brent Johnson, GB (Washington), Jay McKee, D (St Louis), Mike Rupp, AG (New Jersey), Wyatt Smith, C (San Antonio – AHL).

Départs notables : Mathieu Garon, GB (Columbus), Hal Gill, D (Montréal), Rob Scuderi, D (Los Angeles), Petr Sykora, AD (Minnesota).

Quand on a gagné la Coupe Stanley, il est difficile de s’améliorer, très difficile, mais les Penguins n’ont perdu aucun cadre et en cela, déjà, ils constituent des prétendants sérieux au titre cette saison. Les départs ont été compensés, aussi avec une ossature quasi identique, les efforts à consentir pour trouver une identité et intégrer les nouveaux comme souvent lors des camps d'entrainement n'ont pas lieu d'être. Les Penguins savent qui ils sont, où ils en sont et savent qu'ils ont les moyens d'aller chercher de nouveau la coupe cette saison.

Gardiens ***
Marc-André Fleury est toujours là, s'il offre de nouveau une saison correcte les Pens n'auront pas trop à s'inquiéter du côté de leur cerbère. Cependant il faudra faire attention aux blessures, le nouveau second (Brent Johnson) est un gardien d'expérience par son âge (32 ans), mais son expérience en terme de parties jouées (250) est limitée.

Défense ****
Le départ de Hal Gill est compensé par l'arrivée de Jay McKee qui reprendra le rôle. Les Penguins mettront plus en avant Alex Goligoski et Kristopher Letang qui viennent de sortir d'une très bonne saison. La brigade défensive sera de nouveau confiée à Serguei Gonchar, qui s'il arrive à éviter les blessures (seulement 25 match de saison régulière en 2008-2009), devrait permettre aux Penguins de gagner en efficacité offensive, en particulier sur l’attaque à 5.

Attaque *****
Quand on a la meilleure ligne de centres de la ligue (Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Jordan Staal, Tyler Kennedy, Maxime Talbot) on possède l'essentiel pour construire une offensive, malheureusement cette profondeur au centre masque légèrement le manque de profondeur aux ailes. En effet, au-delà des quatre premiers ailiers (Bill Guerin, Chris Kunitz, Matt Cooke, Ruslan Fedotenko), l'apport offensif restera limité, aussi les joueurs de centre serviront de nouveau d'appoint pour les ailes.

Entraîneur *
Dan Bylsma n'a réellement encore rien prouvé, l'équipe l'a envoyé à la coupe plus que l'inverse après le licenciement de Michel Therrien. Cette saison sera donc une occasion de prouver que la coupe n'est pas un accident dans sa carrière de coach.

Joueurs à surveiller
Outre les stars de l'équipe, il sera intéressant de voir si Dan Bylsma va donner un peu plus de responsabilité à Jordan Staal qui ailleurs est un centre de deuxième trio. Les nouveaux rôles promis à Letang et Goligoski devraient leur permettre encore d'évoluer et d'apporter un peu plus à l'équipe de Mario Lemieux.

Danger
Deux dangers se pointent en avant de la franchise de Pittsburgh :
- le talent : il y a beaucoup de talent dans cette équipe, malheureusement cela signifie plus de matches que d'autres. Ils viennent d'achever deux campagnes jusqu'à la finale et la pause olympique va concerner peut-être 4 ou 5 de leurs membres. Attention à l'usure.
- les blessures : quelques joueurs clés sont sujets à des blessures, sur cette saison, avec la pause olympique, le cumul de l'usure et des blessures pourraient avoir un impact sur le classement ou la course à la coupe.

Évaluation
L'équipe devrait finir dans le top 4 à l'Est, les demi-finales de conférence seront un minimum pour les Penguins qui souhaiteront ramener le trophée de nouveau.

  

Philadelphia Flyers

Arrivées notables : Brian Boucher, GB (San José), Ray Emery, GB (Atlant Mytichtchi - KHL), Ian Laperriere, AG (Colorado), Chris Pronger, D (Anaheim), Ole-Kristian Tollefsen, D (Columbus).

Départs notables : Andrew Alberts, D (Carolina), Martin Biron, GB (New York Islanders), Derian Hatcher, D (arrêt), Mike Knuble, AD (Washington), Joffrey Lupul, AD (Anaheim), Antero Niittymaki, GB (Tampa Bay), Luca Sbisa, D (Anaheim).

PhiladelphieLes Flyers sont réputés pour une chose, leur hockey physique sortant du "format conférence Est". Et bien, cela le sera encore plus cette saison, les arrivées de joueurs rugueux (voire vicieux) réputés comme Chris Pronger et Ian Laperrière vont vraiment faire monter d'un cran le jeu physique demandé par les fans des "Broad Street Bullies", d'autant plus que pour remplacer leurs deux gardiens en fin de contrat, les Flyers ont ramené de KHL le bouillant Ray Emery.

Mais au-delà de ce style de jeu, les Flyers ont de quoi inquiéter à l'Est car, malheureusement pour leurs adversaires, les Flyers savent aussi jouer. Ils ont perdu deux attaquants qui jouaient gros et scoraient (Mike Knuble et Joffey Lupul) mais ils compenseront allègrement leur apport en récupérant enfin Daniel Brière (seulement 30 matchs la saison passée) et en laissant de l'espace à Claude Giroux, leur révélation de la saison passée. Les Flyers sont encore à prendre au sérieux et attention au voyage du côté de Broad Street où se situe leur antre, le Wachovia center.

Gardiens **
Ray Emery est donc de retour en NHL, là où son caractère parfois impétueux sera un avantage, mais son insouciance lui jouera-t-elle des tours ? "Sugar Ray" a en tout cas gros à jouer sur ce come-back, il possède un contrat court, espérons pour lui que les dirigeants n'auront pas à "jeter la casquette" avec un pari que certains jugent audacieux. Pour le soutenir ou prendre sa place, la franchise de Pennsylvanie (ou "l'autre" franchise de Pennsylvanie) a ramené en son sein son ancien espoir dans les cages, Brian Boucher. Ce gardien a souffert lui aussi du "Sophomore Jinx" (malchance de la deuxième année) et a depuis posé son baluchon de franchise en franchise, son rôle semble entendu d'avance.

Défense *****
Chris Pronger est donc un Flyer, que dire de ce joueur qui n'est pas déjà connu, tant sa réputation le précède. Il est gros, grand, expérimenté, très rugueux, parfois très vicieux. La défensive de Philadephie est rugueuse, et il faudra faire attention de ne pas en faire trop et d’éviter les blessures, en particulier pour les deux joueurs de 34 ans, Pronger et Kimmo Timonen. La profondeur sur le soutien offensif reste tout de même limitée.

Attaque *****
Offensivement, les Flyers n'ont absolument rien à envier à toute autre formation de la ligue, ils seront parmi les meilleurs, sans aucun doute. La liste des attaquants capables de produire est aussi longue, si ce n'est légèrement plus que celle de leurs rivaux de Pennsylvanie, les Penguins de Pittsburgh. Ils possèdent trois centres de talent : Jeff Carter, Daniel Brière, Mike Richards. L'un deux devra sans doute passer à l'aile, où le talent ne manque pourtant absolument pas : Simon Gagné, Scott Hartnell et les jeunes Giroux et Van Riemsdyk. Les "hommes forts" de l'équipe seront parmi les plus rugueux de la ligue puisqu'il faudra compter sur pas moins de quatre policiers que sont Ian Laperrière, Daniel Carcillo, Riley Côté et Aaron Asham, soit un total de près de 750 minutes lors de la dernière saison.

Entraîneur ***
John Stevens, l'entraîneur des Flyers, n'est pas connu, il détient le record peu glorieux du nombre de défaites consécutives de la franchise (10) et pourtant il est toujours en place depuis 2006. Pourquoi ? Et bien outre le fait qu'il soit jeune (43 ans) il est surtout dans l'ombre de son manager général (Paul Holmgren) qui dirige clairement les affaires du club et fait tout pour que les Flyers gagne la coupe. Il est sans doute avec Brian Burke le manager le plus actif de la ligue et cette saison il y a beaucoup à parier qu'il espère enfin atteindre son but.

Joueurs à surveiller
Deux jeunes joueurs à surveiller, il s'agira du "2e année "Claude Giroux et de James van Riemsdyk (drafté 2e en 2007), leur apport pourra faire la différence au final. Mais le joueur à surveiller, et celui qui fera la différence au classement, sera Ray Emery, il possède le talent mais malheureusement ni le caractère ni le professionalisme nécessaire pour être reconnu pour un bon gardien numéro 1. Ce gardien est un battant, seulement il ne se bat pas uniquement devant ses filets, il a déjà causé des incidents nombreux à Ottawa, un autre non moins fameux en KHL, et il n'est pas inutile de penser que les Flyers ont pris un très gros risque sur le poste le plus important.

Danger
Outre les blessures (Daniel Brière entre autres), les Flyers devront faire attention à ne pas en faire trop dans le jeu physique. L'attaque à 5 est devenue une des clès du succès dans la NHL, il faudra éviter de tendre le trousseau à l'adversaire.

Évaluation
La franchise semble plus armée que jamais depuis la fin du lock-out pour aller chercher la coupe, et même si les rivaux à l'Est sont nombreux et pas des moindres, un top 4 à l'issue de la saison régulière est nettement à la portée de l'équipe. Quant aux playoffs, le sifflet restant plus longtemps dans la poche, il n'est pas exagéré de penser que beaucoup de franchises voudront les éviter Philadelphie.

 

New Jersey Devils

Arrivées notables : Rob Davison, D (Vancouver), Cory Murphy, D (Tampa Bay), Yann Danis, GB (New York Islanders), Ben Walter, C (New York Islanders)

Départs notables : Scott Clemmensen, G (Florida), Brian Gionta, AD (Montréal), Niclas Hävelid, D (Linköping - Suède), Bobby Holik, C (arrêt), John Madden, C (Chicago), Mike Rupp, AG (Pittsburgh)

New JerseyLa qualité des départs n'a pas été compensé par la qualité des arrivées, seulement, voilà, les Devils restent les Devils et ils trouvent toujours moyen de sortir une saison qu'on n'attend pas d'eux. Une raison supplémentaire d'espérer encore de l'inattendu du côté de Newark... Jacques Lemaire est de retour.

Gardiens *****
Cette saison encore, un nom devra faire la différence pour la franchise du New Jersey, Martin Brodeur. On ne sait toujours pas s'il est le plus grand gardien de l'histoire (les débats continuent de passionner le Québec), mais ce qui est certain, c'est que ce gardien-là peut changer un match, une saison. L'homme se dirige vers sa fin de carrière mais voudra sans doute chercher la barre des 100 victoires en playoffs. Brodeur joue pour le plaisir, encore et encore, et tant que ce plaisir sera présent, les attaquants adverses devront s'attendre, encore, à se faire voler des buts. Brodeur sera appuyé cette saison par Yann Danis qui ne devrait pas jouer plus de dix fois si le cerbère n°1 reste en santé.

Défense ***
La brigade défensive du New Jersey ne compte plus aucun joueur de premier plan depuis la retraite de Scott Stevens et les départs de Scott Niedermayer et Brian Rafalski, cependant elle est homogène. Elle n'est pas à prendre à la légère, elle ne possède en effet aucun jeune, ni aucun joueur de plus de 33 ans, autant dire que Brodeur pourra compter sur des joueurs expérimentés et disposant encore de leur physique, tout en ayant une profondeur de banc permettant de faire face aux blessures. L'absence de gros défenseur dominant et d'un vrai défenseur offensif pourrait cependant handicaper les Devils dans une division difficile.

Attaque ***
La ligne de centre des Devils est sans doute leur plus grande faiblesse offensive, Travis Zajac devra monter son jeu d'un cran car derrière, même s'il s'agit de joueurs d'expérience, Rob Niedermayer et Dainius Zubrus pourront difficilement prendre la relève. Aux ailes, le New Jersey pourra compter sur l'excellent Zach Parise (94 pts en 2009), Patrick Elias (78 pts) et Jamie Langenbrunner (69 pts). Les ailes seront complétées par d'autres fidèles de l'organisation (Brian Rolston, Jay Pandolfo) ou encore le légendaire Brendan Shanahan qui seront surtout en charge de l'aspect défensif. Cependant, en cas de coup dur, l'attaque des Devils est un peu courte et la franchise pourrait en souffrir.

Entraîneur *****
La trappe, ce mot, ce système, a changé le hockey et l'un de ses plus fervents admirateurs est de retour au New Jersey, revoir les Devils sous l'emprise de Jacques Lemaire va sans doute remémorer des matchs insipides à plus d'un. Pourtant au New Jersey on se félicite du retour de l'entraîneur québecois qui a mené l'équipe à la Coupe en 1995 et qui a remporté le trophée Jack Adams en 1994 et 2003. Outre le jeu basé sur le système défensif, Jacques Lemaire va sans doute apporter d'autres touches personnelles comme le fait de n'avoir aucune ligne figée (même en cours de match), il n'instaurera sans doute pas la rotation de capitaine (quoique), mais sa présence fait monter d'une coche les Devils dans la hiérarchie à l'Est. Lemaire regrettera peut-être, cependant, le manque de jeunes dans l'organisation, lui qui aime à les développer.

Joueurs à surveiller
Les Devils ne possèdent, à l'heure actuelle, aucun joueur qui pourrait voir son rendement monter d'un cran ou prendre une place grandissante, il faudra se contenter de voir si Zach Parise pourra confirmer son excellente campagne 2008-2009.

Danger
Les Devils devront surtout craindre la profondeur de banc à l'attaque, le jeu de l'équipe serta porté sur la défensive, mais sans buts on ne gagne pas et une ou deux blessures suffisent à faire tomber le rendement de l'équipe.

Évaluation
Bien que se trouvant dans une division difficile, les New Jersey Devils devraient pouvoir trouver une niche en playoffs entre la 8e et la 6e place.

 

New York Rangers

Arrivées notables : Tyler Arnason, C (Colorado), Brian Boyle, C (Los Angeles), Donald Brashear, AG (Washington), Marian Gaborik, AD (Minnsesota), Matt Gilroy, D (Boston University - NCAA), Chris Higgins, AG (Montréal) ; Ales Kotalik, AG (Edmonton), Vaclav Prospal, AG (Tampa Bay), Enver Lisin, AD (Phoenix).

Départs notables : Nik Antropov, AD (Atlanta), Scott Gomez, C (Montréal), Paul Mara, D (Montréal), Lauri Korpikoski, C (Phoenix), Derek Morris, D (Boston), Colton Orr, AD (Toronto), Fredrik Sjostrom, AG (Calgary), Nikolai Zherdev, AD (Atlant Mytishchi - KHL), Markus Näslund, AD (arrêt).

New York RangersLes New York Rangers n'arrivaient plus à aller nulle part, certains gros contrats les empêchaient de faire des changements sur le premier trio. Le départ pour Montréal de Scott Gomez et de son salaire de 7 M$ cumulé à la retraite sportive de Markus Näslund leur ont permis de dégager et les postes et la masse salariale nécessaire à un remaniement. Marian Gaborik, un des meilleurs techniciens de la ligue, arrive donc dans la Big Apple, il arrive malheureusement avec, comme souvent, sa santé fragile (les adducteurs semble-t-il). Mais les Rangers n'avaient vraiment pas le choix, le passage au second plan était loin de plaire au tout un chacun, il fallait donc réagir. Ils ne semblent pas perdre des nombreux changements de l'intersaison, mais ne semblent pas forcément y gagner, aussi font-ils dans la discrétion quand à leurs ambitions.

Gardiens ****
Henrik Lundqvist sera de nouveau le gardien partant de la franchise, un gardien de premier plan qui maintient saison après saison les Rangers au-dessus de leur niveau réel. Le Suédois devra de nouveau s'illustrer en tenant les cages près de 70 matchs, Stephen Valiquette récupèrera les restes.

Défense ***
Les Rangers s'appuyeront sur une défense très homogène composée principalement de Mark Staal (le frère des autres), Daniel Girardi, Michal Roszival et le surpayé Wade Redden (6,5 M$).Ils ne seraient pas étonnant de voir ces quatre défenseurs au-dessus de 30 points en fin de saison. Cependant, le manque d'un vrai quart-arrière chez les "Blue Shirts" devrait être légèrement handicapant sur le jeu de puissance si important à l'heure actuelle. Les Rangers semblent prendre à coeur le développement de leur jeunes défenseurs Staal et Girardi, et leur temps de jeu devrait monter d'un cran.

Attaque ****
Les occupants du Madison Square Garden possède une attaque assez particulière, en effet ils ne semblent posséder qu'un seul joueur (fragile) digne d'un premier trio : Marian Gaborik. Ils comptent sur lui, mais ne pourront rien faire contre la succession de blessures du Slovaque qui, pourtant, est capable d'atteindre le plateau des 90 points sur une saison pleine. Autant peu de "stars" émergent de l'attaque, autant les Rangers posséderont une des offensives ayant le plus de profondeur de la ligue, 7 ou 8 joueurs étant capables d'atteindre la marque des 50 points, parmi eux : Chris Drury, Vaclav Prospal, Ales Kotalik ou encore les jeunes attaquants Ryan Callahan et Brandon Dunbinsky. Sean Avery ("la peste") sera de nouveau présent pour allumer la mèche, et il sera associé à un nouvel homme fort, Donald Brashear, qui devrait pouvoir faire oublier sans trop de souci le départ de Colton Orr.

Entraîneur ****
John Tortorella est donc l'entraîneur en chef des Rangers, il a gagné la coupe avec le Lightning de Tampa Bay (2004), pourtant, bien que ses capacités d'entraîneur ne soient pas remises en doute, ses capacités en relations humaines sont pour le moins particulières. Quand on s'accroche avec ses joueurs stars (Tampa Bay) ou avec des supporters (playoffs 2009 contre les Capitals de Washington), on finit par traîner une étiquette. Tortorella a du caractère, mais à New York, cela peut devenir un avantage car la pression sait s'y faire sentir, et cet entraîneur n'est pas contre le fait d'attirer l'attention sur lui. Il aura donc à faire attention à ses relations avec certains joueurs (Gaborik, Avery) et son effectif très homogène devrait l'aider à passer à travers quelques blessures.

Joueurs à surveiller
La franchise de la "grosse pomme" pourra compter sur de nombreux jeunes joueurs intéressants, et si aucun d'entre eux ne semble être une star en devenir, ils devraient néanmoins apporter leur contribution : Staal, Girardi, Callahan, Dubinsky et peut-être Michael Del Zotto (20e rang, 1er tour en 2008), ancien partenaire de ligne de John Tavares à Oshawa et London (OHL). Mais le joueur qui va devoir guider les Rangers sera bien évidemment Marian Gaborik qui devra faire une saison complète pour leur permettre d'afficher des ambitions supérieures.

Danger
Deux joueurs doivent rester en santé : Lundqvist et Gaborik. Le manque de "vedettes" sera aussi une des faiblesses du groupe. La pause olympique ne devrait pas trop concerner l'effectif hormis sans doute des joueurs comme Chris Drury, Marian Gaborik ou Henrik Lundqvist.

Évaluation
Les Rangers de New York sont sans doute une des franchises les plus difficiles à évaluer : le "joker" Gaborik, les nombreux jeunes présents, en font une équipe capable de finir aussi bien 6e que 13e.

 

New York Islanders

Arrivées notables : Martin Biron, GB (Philadelphie), Jeremy Reich, AG (Boston), Dwayne Roloson, GB (Edmonton), John Tavares, C (London Knights - OHL).

Départs notables : Joey MacDonald, GB (Toronto), Yann Danis, G (New Jersey), Ben Walter, C (New Jersey).

New York IslandersL'équipe est en reconstruction (depuis longtemps me direz-vous), la direction précédente avait cumulé tellement de maladresses qu'il ne pouvait en être qu'ainsi. La franchise paye encore Alexei Yashin parti il y a deux ans, et elle supporte encore le contrat de Rick Di Pietro qui n'a jamais joué plus de 65 matchs (et seulement 5 la saison passée) et qui n'a jamais prouvé qu'il était un premier choix de draft. Quand on perd autant d'argent sans rien en retour, il est difficile d'attirer des joueurs. La saison va être encore très longue du côté de Long Island, et si la saison dernière les Islanders ont été l'équipe qui a le plus souvent perdu d'un but, elle a encore moins d'atouts offensifs que la saison passée. La franchise tentera de mettre en avant John Tavares mais il ne faudra pas s'attendre à un miracle et les projets de construction d'un nouvel amphithéatre n'arriveront sans doute pas à masquer l'état de la franchise de Monsieur Wang.

Gardiens ****
Quand votre gardien n°1 ne joue pas comme un numéro un - quand il peut jouer - et bien vous n'avez pas d'autre solution que d'en chercher un autre. Les Islanders ont donc jeté leur dévolu sur Dwayne Roloson (40 ans) qui a pas moins de 495 matchs de NHL et les championnats du monde 2007 et 2009 dans les bottes. Mais le manager général et ancien gardien du club Garth Snow est aussi allé chercher un autre gardien d'importance puisque Martin Biron (32 ans) rejoint New York en provenance de Philadelphie où il n'a jamais su réellement convaincre, alternant les bonnes et mois bonnes performances. Les occupants du Nassau Veterans Memorial Coliseum pourront donc compter sur des gardiens d'expérience dans les filets, malheureusement cela ne devrait pas propulser la franchise plus haut dans les classements.

Défense **
Sans doute une des défensives les plus friables de la ligue nationale, un seul joueur arrive à sortir du lot : Mark Streit. Sortant d'une saison de 56 pts en 74 matchs, le Suisse sera, malheureusement, le seul à apporter à l'offensive des Islanders. Ses collègues ne pourront pas faire de miracle et l'absence de gabarit et d'expérience devrait coûter encore une fois cher à l'organisation.

Attaque **
Un chiffre est parlant pour définir l'attaque des Islanders : 2 M$. Ce montant est celui des attaquants les mieux payés de l'équipe : Doug Weight et Trent Hunter. John Tavares, Kyle Opkoso, Josh Bailey ou encore Sean Bergenheim auront tout le temps de jeu qu'ils pourront souhaiter car il n'y a pas grand monde qui pourra se prévaloir afin de les bloquer sur les deux premières lignes offensives. Le jeu de puissance pourrait certes grappiller des buts importants, mais l'espoir est tout de même faible de voir l'attaque dominer l'adversaire en maintes occasions.

Entraîneur *
Scott Gordon n'aura aucune pression, le manager général et le proprio savent d'emblée qu'il est inutile d'afficher des ambitions. Sa mission est simple, donner de la glace au jeune effectif sans tenir compte du résultat et mettre en avant John Tavares afin d'inciter les spectateurs à revenir.

Joueurs à surveiller
La liste des joueurs intéressants aux Islanders est faible, il faudra toutefois compter sur Mark Streit qui amasse les points en supériorité, et bien sûr il faudra surveiller le comportement de John Tavares. L'avenir de la franchise vient d'être posé sur ses jeunes épaules, celui qui a battu le record du nombre de buts en OHL détenu par Wayne Gretzky va avoir toute la latitude nécessaire pour démontrer son talent offensif.

Danger
La saison dernière a été compliquée aux niveau des blessures, elle commence avec une commotion pour Kyle Okposo. Cela dit, les risques se mesurant par rapport à l'objectif visé, les Islanders n'ont rien à craindre. Le seul sujet pouvant inquiéter la direction sera la capacité de John Tavares à s'acclimater à la Ligue Nationale en restant en santé (jouer dans la division des Flyers n'est pas une sinécure).

Évaluation
Les New York Islanders n'ont pas grand chose à espérer, ne pas finir à la dernière place reléverait presque de l'exploit, l'équipe draftera encore haut à la fin de cette interminable saison.