FV Paris - Viry-Châtillon (Coupe de France)

2009-10-03-FV-ViryLe tirage au sort de la Coupe de France joue parfois des vilains tours. Il a ainsi abouti à une affiche Français Volants - Viry qui aura également lieu en championnat la semaine prochaine. Or, ce derby sent un peu le soufre parce qu'un match "amical" entre ces deux équipes avait été interrompu avant terme il y a une quinzaine de jours avant qu'il parte en bagarre générale. La différence est qu'il y a cette fois deux arbitres au lieu d'un seul, et qu'ils vont tenir le match.

Les Parisiens prennent à la gorge leurs adversaires d'entrée, et quand Viry essaie timidement de sortir la tête de l'eau, une bonne remontée de palet en deux passes de Loïc Morette et Frédéric Brodin sert Einar Engström qui conclut d'un tir croisé en lucarne (1-0, 1'24"). L'attaque suivante va droit au but, avec un tir d'Ensgtröm et un rebond de Harond Litim qui marque contre son ancienne équipe (2-0, 2'05"). Les Volants auront encore deux supériorités numériques pour creuser l'écart, mais leur jeu de puissance manque de vitesse.

Le premier tir de Viry surviendra à la... treizième minute ! Manquant de coordination dans leurs passes, les Jets n'arrivent pas à franchir la zone neutre face à un rideau défensif bleu très bien en place. La seule occasion des jaunes est une action individuelle de Zdenko Sarnovsky qui déborde sur l'aile. Johan Bäckö laisse retomber le palet devant la cage, mais Killian Dufaut ne saisit pas l'offrande. À huit secondes de la pause, Brendan Martial s'échappe et s'effondre, avec la crosse de Kerneis coincée sous le bas : tir de pénalité. C'est Engström qui se présente pour le tenter, mais il ne parvient pas à dérouter Marcon et tire à côté.

Les Jets s'en sortent avec deux buts de retard et peuvent donc garder espoir pour la reprise. La défense parisienne est maintenant affaiblie par une méconduite de Linus Eriksson qui a contesté une pénalité avant la pause. Éric Blossier franchit la ligne bleue à l'aile droite et centre pour Felix Chougui qui a pris l'avantage sur la défense mais se rate devant le but. Anthony Denis récupère cependant le palet et le donne en retrait à Blossier qui a la cage ouverte (2-1, 21'53"). Viry cherche à enchaîner mais Antoine Cohen - photo de gauche - n'arrive pas à reprendre un service au second poteau de Sarnovsky.

Antoine CohenLe jeu est physique, mais avec des baisses d'intensité selon les présences. Viry est souvent installé mais ne concrétise pas. Eriksson est de retour chez les Volants et reprend un palet sorti du coin par son compatriote Engström. Pris dans son déplacement, Marcon ne peut que freiner mais pas arrêter le palet (3-1, 37'13"). Les banlieusards placent une dernière accélération en avantage numérique : Kerneis envoie au but Cohen qui dribble Bäckö, mais le gardien suédois plonge et arrête le palet du gant sur sa ligne, cinq secondes avant la pause.

Les deux buts d'avance parisiens sont donc préservés, et font des petits au troisième tiers. C'est une attaque axiale et directe qui permet à Julien Boulet de marquer après une petite passe d'Engström (4-1, 43'33"). Brendan Martial, à 2 contre 1 en infériorité numérique, fixe Mistrik sur l'hypothèse de la passe et décoche un très beau tir du poignet dans la lucarne opposée (5-1, 49'56").

Une seconde contre-attaque de Martial est bloquée par Marcon, et sur le renversement de jeu, Viry réduit le score par Denis (5-2, 53'02"). Une minute plus tard, Bäckö est solide dans le face-à-face avec Kerneis, mais Blossier récupère le palet derrière la cage et sert Alexis Gautron qui conclut (5-3, 54'03"). Les Français Volants se sont relâchés juste au moment où ils faisaient tourner leur effectif pour donner un peu de fraîcheur. Ils demandent un temps mort et envoient la quatrième ligne à l'engagement, mais son centre Antoine Blanchard est sanctionné pour obstruction sur cette présence. Mazzone le rejoint en prison pour un cinglage. Viry, qui va jouer à 5 contre 3 pendant seize secondes, utilise à son tour son temps mort et sort son gardien. Bäckö se montre serein pendant ces moments, et quand Marcon regagne ses filets, il encaisse une dernière contre-attaque de Roulston (6-3, 57'34").

Les Français Volants ont gagné grâce à leur début de match réussi et à leur défense solide qui ont rapidement décrété l'issue de la soirée. Ils sont supérieurs aujourd'hui à Viry par leur homogénéité entre les lignes : les Parisiens ont en effet des lignes bien définies, y compris en powerplay avec des blocs spécifiques stables (Roulston-Boulet-Engström avec Eriksson-Brodin et Litim-Outin-Martial avec Morette-Mazzone). Les Jets, dont l'effectif varie chaque semaine en raison de diverses absences, en sont encore à triturer leurs lignes à chaque match et n'ont pas encore la même cohésion.

(photos de Philippe Rivier)

 

Commentaires d'après-match

Frédérick Brodin (entraîneur-joueur des Français Volants) : "L'arbitrage était de bonne qualité. On a vu deux équipes qui avaient envie de faire oublier un match pourri. Il y avait eu une échauffourée, on avait préféré arrêter le match parce qu'il n'y avait pas d'arbitre officiel. Tout cela a pris beaucoup de proportions pour, je ne vais pas dire pas grand-chose parce que le petit Chrétien s'est fait opérer, mais c'était un fait de jeu malheureux. Aujourd'hui, les deux équipes ont prouvé qu'elles pouvaient livrer un match solide avec de l'engagement. Dans les matches amicaux, on était passé au travers au premier tiers, donc on avait besoin d'une grosse entame. [...] Secrètement, on rêverait de passer la grande porte entre notre petite patinoire et la grande salle de Bercy. Il faut rester lucides, mais la Coupe de France est une compétition qu'on jouera à fond. Et l'avantage, qu'on soit en finale ou pas, c'est qu'on ira voir le match quand même."

 

Français Volants de Paris - Viry-Châtillon 6-3 (2-0, 1-1, 3-2)

Samedi 3 octobre 2009 à 18h45 à la patinoire Sonja-Henie du POPB. 250 spectateurs.

Arbitrage de Stéphane Phelippe et Christian Maltaverne.

Pénalités : FV Paris 32' (6'+10', 8', 8'), Viry 14' (8', 4', 2').

Tirs : FV Paris 37 (13, 13, 11), Viry 29 (4, 12, 13).

Évolution du score :
1-0 à 01'24" : Engström assisté de Brodin et L. Morette
2-0 à 02'05" : Litim assisté de Roulston et Martial
2-1 à 21'53" : Blossier assisté de Chougui
3-1 à 37'13" : Eriksson assisté d'Engström
4-1 à 43'33" : Boulet assisté d'Engström et Outin
5-1 à 49'56" : Martial assisté de Mazzone (inf. num.)
5-2 à 53'02" : A. Denis assisté de Sarnovsky et Ponticelli
5-3 à 54'03" : Gautron
6-3 à 57'34" : Roulston assisté de Martial (inf. num.)

 

Français Volants de Paris

Gardien : Johan Bäckö.

Défenseurs : Quentin Lamey - Alexis Lamey ; Linus Eriksson - Frédérick Brodin (A) ; Yann Morette - Arnaud Mazzone (C).

Attaquants : Loïc Morette - Tim MacLean (A) - Florian Segura ; Einar Engström - Julien Boulet - Charles-André Outin ; Harond Litim - Kyle Roulston - Brendan Martial ; Thomas Faudot-Bel - Antoine Blanchard - Nicolas Gosset.

Remplaçants : Antoine Intsaby (G), Nicolas Szewczyk, Julien Depois.

Viry-Châtillon

Gardien : Geoffroy Marcon.

Défenseurs : Yvan Kerneis (C) - Stanislas Mistrik ; Virgile Ponticelli - Guillaume Jeannette (A) ; Pierre-Jean Karimbocus [présences au 1er et 3e tiers], Sébastien Moraitis [présent au moment du 3-1].

Attaquants : Zdenko Sarnovsky - Alexis Gautron - Antoine Cohen ; Felix Chougui - Anthony Denis - Éric Blossier ; Fabien Foata - Julien Blaugy - Killian Dufaut ; Loïc Lemoine [à 20'], Geoffrey Bérardet [à 40'].

Remplaçants : Thierry Lallemand (G). Absents : Robin Chrétien (opéré de la pommette à la suite d'une charge de Brodin lors du match amical), Benjamin Aubry (épaule gauche), Giovanni Lelièvre (adducteurs), Romain Costes (accident de moto en août, épaule/poignet/genou), Hugo Vinatier.