Amiens - Neuilly-sur-Marne (Ligue Magnus, 3e journée)

Nouvelle soirée prolifique au Coliseum

Quatre jours après sa victoire renversante en Coupe de la Ligue, Amiens retrouve sa glace face à des Bisons pour le moins en difficulté loin de leurs bases. Et l'entame à cent à l'heure des Gothiques ne risque pas d'inverser la tendance...

Le groupe de supporters des Gargoyles, silencieux lors de la première minute pour honorer la mémoire du supporter toulousain Brice Taton, n'a pas entamé son premier chant que Miroslav Pazak, de derrière la cage, offre la première occasion à Anthony Mortas, arrivé en renfort. Le palet est renvoyé par Marco Emond, sur Sadoun, en embuscade (1-0 à 00'24"). Le portier a rapidement l'occasion de se racheter, par deux fois devant Riendeau, et de secourir une défense dépassée par une longue passe vers Rodier. Le jeu va en effet trop vite pour une formation aux abois, encore mise à mal par une passe dans le dos de Pazak et deux opportunités coup sur coup pour Kowalczyk et Offret. Une montée de Trabichet côté gauche permet finalement aux deux compères venus d'Alsace de doubler la mise, la passe de Cayer étant reprise tranquillement par Riendeau, nullement gêné dans le dernier geste (2-0 à 04'05").

Le temps mort stoppe l'hémorragie... au tableau d'affichage. Car la vigilance d'Emond, derrière un Nicolas Pousset pris dans son dos par Pazak, empêche aussi Mortas de forcer la décision devant une jambière encore employée sur un tir de Petit. La chance s'en mêle aussi quand Loïc Sadoun rate un rebond face à la cage grande ouverte.

gentilleauromainIl apparaît clairement que la soirée risque d'être longue pour Jérôme Pourtanel, vindicatif à l'encontre de ses hommes. Pourtant, les Bisons vont refaire surface en moins de quatre minutes. Yanick Riendeau décroche encore pour relancer la machine, mais il se fait contrer dans sa propre zone, rare opportunité mise à profit par Miroslav Kecka (2-1 à 10'12"). Une relance ratée de Pavel Kowalczyk plus loin, c'est à Sylvain Rodier que revient la première pénalité, exploitée par l'un des anciens de la maison : un joli numéro de Pierre-Charles Hordelalay, parti du coin gauche, permet de rétablir une improbable parité (2-2 à 13'53").

Henderson puissance 3

Vexés, les Gothiques ne tardent pas à remettre les pendules à l'heure, sous la houlette du très percutant Henderson, auteur d'une accélération toute en puissance suivie d'un lancer non cadré, mais le numéro 20 des roses insiste pour terminer victorieusement son action, aidé en cela par Yannick Offret (3-2 à 14'18"). Loin de lâcher la pression, Trabichet fait parler par deux fois la poudre, offrant un rebond à Cayer, non cadré, avant qu'Emond ne brille devant Glaude.

Le nouveau portier francilien ne peut maintenir le suspense plus longtemps. À l'image de sa défense, il subit un véritable calvaire à compter du deuxième tiers. L'écrasante domination picarde se double en effet d'une efficacité impitoyable. Poussés à la faute, les Bisons craquent sur les unités spéciales. Une faute provoquée par Henderson permet à Miroslav Pazak, en redirigeant un tir en force de Kowalczyk, d'ouvrir son compteur (4-2 à 26'38"), avant que le Tchèque ne s'offre une étonnante échappée sur une bévue de ses adversaires, pourtant en supériorité (5-2 à 29'01"). Les errements gagnent même les cadres, à limage de Sébastien Dermigny, contré par Riendeau, qu'il ne peut qu'accrocher avant de croiser Julian Marcos, sorti de geôle pour s'en aller à son tour se jouer d'Emond (6-2 à 30'39").

Offensivement, Neuilly n'est pas épargné par la malchance au cours de ce tiers cauchemardesque : quand Romain Gentilleau ne voit pas son lancer échouer sur Koivula, Galmiche trouve le poteau depuis la droite, et Hordelalay en fait de même avec la transversale sur un contre !

Et comme, entre-temps, Pavel Kowalczyk s'est offert un doublé, sur un nouveau service de Pazak (7-2 à 34'03"), l'ultime enjeu de cette rencontre à sens unique réside dans le nom du meilleur buteur de la soirée. La paire Cayer-Riendeau, étourdissante de facilité, semble bien placée. Le dernier cité trouve d'ailleurs la faille à la suite d'un une-deux encore trop rapide pour la défense, Emond compris (8-2 à 43'48"). Mais la fin de rencontre sera marquée du sceau du troisième bloc, largement à son avantage avec beaucoup d'intensité dans son jeu. Julian Marcos vient d'abord conclure un effort de Simon Petit, avec un peu de chance car le palet ricoche sur le dos du gardien après avoir heurté le poteau (9-2 à 45'03"), puis Brian Henderson s'offre un triplé, d'un revers haut placé (10-3 à 48'11") et à la conclusion d'une nouvelle action menée par Petit derrière le but (11-3 à 57'03").

Avec trois buts, l'homme au célèbre patronyme est récompensé en fin de match par le public, à qui il concède qu'il n'est pas totalement satisfait de sa performance, avant d'expliquer, modestement, sa réussite par le travail de ses ailiers et défenseurs.

Sentiment totalement contrasté chez les visiteurs. Dépassés dès l'entame, les Bisons n'auront fait illusion que quelques minutes, à la faveur d'un relâchement picard. La réduction du score de Karl Fournier, en supériorité (9-3 à 46'03"), ne satisfera pas un groupe où le courage de certains éléments tels Benjamin Galmiche ne peut rien face à une telle machine offensive. Que semble lointaine la victoire nocéenne 5-1 à Compiègne en match amical...

Désignés meilleurs joueurs du match : Brian Henderson pour Amiens et Pierre-Charles Hordelalay pour Neuilly-sur-Marne.

Désigné meilleur joueur amiénois de septembre : Miroslav Pazak.

 

Amiens - Neuilly-sur-Marne 11-3 (3-2, 4-0, 4-1)
Samedi 3 octobre 2009 à 20h00 au Coliseum.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Nicolas Piedigrossi et d'Éric Bouguin.
Pénalités : Amiens 12' (4', 2', 6‘), Neuilly-sur-Marne 16' (2', 10', 4').
Évolution du score :
1-0 à 00'24" : Sadoun assisté de Mortas et Pazak
2-0 à 04'05" : Riendeau assisté de Cayer et Trabichet
2-1 à 10'12" : Kecka assisté de Fournier
2-2 à 13'53" : Hordelalay assisté de Dermigny et Galmiche (sup. num.)
3-2 à 14'18" : Henderson assisté d'Offret et Petit
4-2 à 26'38" : Pazak assisté de Kowalczyk et Sadoun (sup. num.)
5-2 à 29'01" : Kowalczyk (inf. num.)
6-2 à 30'39" : Marcos assisté de Béron et Kowalczyk (sup. num.)
7-2 à 34'03" : Kowalczyk assisté de Pazak et Mortas
8-2 à 43'48" : Riendeau assisté de Cayer
9-2 à 45'03" : Marcos assisté d'Offret et Petit
9-3 à 46'03" : Fournier assisté de Leonard et Pousset (sup. num.)
10-3 à 48'11" : Henderson assisté de Petit et Offret
11-3 à 57'03" : Henderson assisté de Petit

Amiens
Gardien : Ville Koivula puis Sébastien Ylönen à 48'11".

Défenseurs : Grégory Béron - Pavel Kowalczyk ; Jean-Philippe Glaude (A) - Teddy Trabichet ; Julian Marcos (A) - Romain Bault.

Attaquants : Loïc Sadoun - Anthony Mortas puis Kévin Hamon à 40'00" - Miroslav Pazak (C) puis Jonathan Boehrer à 40'00" ; Yannick Riendeau - Sylvain Rodier - David Cayer ; Yannick Offret - Brian Henderson - Simon Petit.

Remplaçant : Maxim Belov. Absent : Vincent Bachet (blessé).

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Marco Emond.

Défenseurs : Luc Tanésie [Steiner à 40'00] - Nicolas Pousset (C) ; Sébastien Dermigny - Mathieu Wathier ; Jérôme Wagner (A) - Alexis Birolini.

Attaquants : Miroslav Kecka - Karl Fournier - Michael Steiner [Tanésie à 40'00] ; Seth Leonard - Shawn Snider - Benjamin Galmiche (A) ; Gaël Guilhem - Pierre-Charles Hordelalay - Romain Gentilleau.

Remplaçants : Roman Svaty (G), Hugo Delecour.