Grenoble - Villard-de-Lans (Ligue Magnus, 3e journée)

Grenoble à l'usure

Place au traditionnel derby de l'Isère entre Grenoble et Villard, le premier cette saison puisque les deux équipes ne se sont rencontrées ni en amical, ni en coupe de la Ligue jusqu'à présent. Les Ours restent sur une victoire en Ligue Magnus face à Epinal (5-3) et une défaite honorable mardi en coupe de la ligue à Briançon (4-6). Du côté grenoblois, c'est le carton plein depuis le début de saison, toutes compétitions confondues avec une dernière victoire euphorique face à Mont-Blanc mardi en coupe de la ligue (15-1). L'objectif des Brûleurs de Loups est bien entendu de poursuivre la série tandis que les Ours essaieront de faire bonne figure malgré l'absence de pas moins de quatre défenseurs (Millerioux et Saksinen s'ajoutant aux blessés de longue durée Antonoff et Guillot-Diat).

Stéphane Barin aligne donc une équipe expérimentale avec Alexandre Lefebvre en défense tandis que Lusth a choisi de conserver les lignes si efficaces mardi face à Mont-Blanc avec Nicolas Arrossamena de retour dans l'alignement au détriment cette fois de Julien Baylacq lequel évoluait seulement en infériorité.

2009-10-03-Grenoble-VillardCompte tenu de la composition des deux équipes, on s'attend à ce que l'attaque grenobloise mette rapidement la pression sur une défense villardienne affaiblie. Le début de rencontre se déroule sans round d'observation avec une équipe grenobloise très présente dans la zone offensive et une première occasion très chaude. Le palet rentre dans la cage mais après que celle-ci a été déplacée par Mathieu Leblond, logiquement pénalisé sur l'action. Le jeu de puissance permet à Grenoble d'accentuer sa pression sur son adversaire sans pour autant concrétiser malgré une bonne opportunité de Sivic. Pascal Favarin ne chôme pas en ce début de rencontre puisqu'il est pris sous le feu des tirs grenoblois qui viennent de toute part. Mais le portier villardien s'en sort avec brio et parvient à retarder l'échéance. De l'autre côté, Eddy Ferhi passe un début de match tranquille puisqu'il n'est que rarement menacé, Villard ne pouvant que procéder par contre-attaques sporadiques. Grenoble va finalement trouver une juste récompense à ses efforts par l'intermédiaire de Martin Jansson lequel expédie la rondelle dans la lucarne de Favarin d'un tir soudain qui surprend le portier des Ours (1-0, 10'46").

Les Brûleurs de Loups ne comptent pas s'arrêter là et multiplient les assauts sur la cage villardienne. La ligne Sivic-Jansson-Nilsson crée le danger quasiment à chaque présence sur la glace mais la troisième ligne n'est pas en reste avec un duo Papa-Arrossamena qui fonctionne bien. Toujours est-il que les minutes passent et le score reste inchangé grâce à Favarin impérial face à Raphaël Papa puis Fleury. Grenoble reste sous la menace villardienne comme le rappelle Lucas Orts en échouant face Ferhi alors qu'il se trouvait seul face au portier grenoblois. Malgré tout le score de 1-0 en fin de tiers n'est pas cher payé au vu de la domination grenobloise.

La deuxième période débute sur la même physionomie avec des Ours recroquevillés en défense et des Brûleurs de Loups qui campent dans la zone des visiteurs. Mais les deux premières pénalités grenobloises du match (Manavian puis Broz) vont freiner les locaux dans leur élan. Même si les Ours ne parviennent que très rarement à installer leur jeu de puissance, Eddy Ferhi a plus de travail et doit notamment détourner de la jambière un tir dangereux de Nicolas Favarin suite à un engagement. Deuxième avertissement sérieux après l'occasion de Orts en première période. Un frisson parcourt même Pôle Sud lorsqu'un palet vient mourir à la base du poteau grenoblois avant d'être capté miraculeusement par Eddy Ferhi.

2009-10-03-Grenoble-Villard2Avec un but de retard à la mi-match, les Ours peuvent encore croire en leurs chances d'autant que les Grenoblois continuent à se montrer maladroits devant le but à l'image de Broz qui bute sur Favarin en bonne position. Fertile en occasions, la deuxième période donnera à chaque équipe une occasion réelle de marquer. L'égalisation villardienne semble proche mais Eddy Ferhi remporte des duels décisifs face à Masson puis Leblond alors qu'Alexandre Rouleau purge deux minutes de pénalité. Un Ferhi concentré qui permet à son équipe de préserver son infime avance. Et c'est le tournant de la rencontre : Villard semble avoir laissé passer sa chance puisque Mitja Sivic, sonné quelques instants plus tôt après avoir reçu un palet en plein visage, réalise une déviation splendide sur un tir de Jansson. Cette fois Pascal Favarin n'y peut rien (2-0, 38'50"). Villard cède au plus mauvais moment.

Ce but encaissé en fin de tiers a sans doute touché le moral des Villardiens. Un peu moins rigoureux défensivement, les Ours semblent baisser d'un ton en début de troisième tiers. Ludek Broz et Jean-François Dufour s'engouffrent dans la brèche. Ce dernier butte sur Favarin mais Fleury a bien suivi et reprend victorieusement le rebond (3-0, 43'16"). Cette fois le sort du match semble définitivement scellé. Grenoble a même une occasion rapide d'aggraver la marque avec un double avantage numérique de plus d'une minute lorsque Sykkö rejoint Leblond en prison. Mais les Brûleurs de Loups se montrent particulièrement inefficaces dans cet exercice en se contentant de tentatives de loin de Wallin et Rouleau. Favarin, encore une fois, se montre décisif dans les cages. Le score désormais acquis, les nerfs vont alors lâcher comme pour laisser évacuer la tension des deux premières périodes. C'est tout d'abord Thibaut Sage-Vallier qui écope de dix minutes de méconduite pour avoir reproché à l'arbitre de ne pas avoir sifflé une faute à son encontre. Puis Tomi Sykkö s'attire les foudres de Pôle Sud pour un coup de poing dans le dos de Nicolas Besch. Un mauvais geste sanctionné par deux minutes de pénalité pour dureté. Ses protestations auprès de M.Velay lui vaudront dix minutes de méconduite puis une méconduite de match.

La tension monte d'un cran suite à cette décision et trois minutes plus tard, c'est l'explosion : après plusieurs contacts à la limite, Nicolas Arrossamena et Tristan Lemoine en viennent aux mains. Une brève explication bientôt suivie d'une bagarre "poids lourds" entre Antonin Manavian et Nicolas Lafontaine. Les deux joueurs sont invités à rejoindre les vestiaires après une franche explication alors que l'hystérie a gagné Pôle Sud. Retour au jeu proprement dit après cette montée d'adrénaline et de ce côté, le panorama n'a pas changé : Grenoble a toujours le contrôle du palet ! Les espaces sont plus nombreux et Christophe Tartari en profite pour s'échapper côté gauche. Au lieu de défier Favarin, le capitaine grenoblois adresse sur la droite une intelligente passe en retrait à Anders Nilsson qui arrive lancé : la reprise de l'attaquant suédois fait mouche (4-0, 53'47"). Cette fois la marque est close et plus rien ne se sera inscrit, la tension étant retombée. Les Grenoblois s'attachent dans les dernières minutes à préserver le blanchissage d'Eddy Ferhi qui doit s'employer pour s'opposer notamment à Mathieu Leblond dans les ultimes secondes.

2009-10-03-Grenoble-Villard3Grenoble s'impose logiquement dans le derby à l'issue d'une partie outrageusement dominée sur le plan du jeu et des tirs. Malgré tout, cette domination ne s'est traduite que tardivement au panneau d'affichage. Un manque d'efficacité offensive qui aurait pu sérieusement compliquer la tâche des champions de France car les Grenoblois avaient largement les moyens de se mettre à l'abri plus tôt. Sous la menace d'une égalisation villardienne au deuxième tiers, les Brûleurs de Loups n'ont dû leur salut qu'à Eddy Ferhi, très présent sur quelques grosses occasions des hommes de Stéphane Barin. Et ce n'est qu'après le but de Sivic en toute fin de deuxième tiers que le succès grenoblois s'est vraiment dessiné. Offensivement, on retiendra le rôle prépondérant de la ligne Sivic-Jansson-Nilsson, véritable moteur de cette équipe et seule ligne à même de débloquer la situation. Quant au bloc défensif, il a encore une fois donné des gages de sérénité, preuve que c'est bien par la défense que les Brûleurs de Loups construiront leurs succès cette saison. À confirmer la semaine prochaine dans un test grandeur nature à Briançon. En attendant, Grenoble ira défier Mont-Blanc mardi en coupe de la Ligue sans Manavian, suspendu après avoir reçu une pénalité de match.

Si Grenoble a mis autant de temps à construire son succès, c'est aussi la faute à l'abnégation villardienne avec une défense regroupée autour d'un Pascal Favarin des grands soirs, le grand bonhomme du match chez les Ours. La défense s'est plutôt bien comportée malgré les nombreuses absences, les cadres Favarin, Sedlak et Simonneau ayant joué leur rôle. Devant, la réussite ne fut pas au rendez-vous malgré la grosse activité des Masson, Sykkö et Sage-Vallier notamment. En revanche, Lafontaine s'est montré plutôt discret jusqu'à son exclusion. L'attaque villardienne a encore besoin d'automatismes. Dans l'ensemble, les Villardiens n'ont pas à rougir de cette défaite compte tenu des nombreuses absences. Plutôt encourageant pour la suite de la saison des Ours.

Désignés meilleurs joueurs du match : Martin Jansson (Grenoble) et Thibaut Sage-Vallier (Villard-de-Lans)

 

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Raphaël Papa (attaquant de Grenoble) : "Jouer un derby est toujours important. Jouer contre mon frère fait bizarre, c'était la première fois. On savait qu'ils se battraient tout au long du match. On a été solides défensivement. On travaille tous forts, dans le même sens. Et on enchaîne les victoires, c'est bien."

Alexandre Rouleau (défenseur de Grenoble) : "C'est ce genre de match qui fait plaisir aux entraîneurs, au gardien et à tout l'effectif. Ce que je retiens, c'est la victoire, la façon dont on est allé la chercher."

Stéphane Barin (entraîneur de Villard-de-Lans) : "Je leur ai dit qu'ils pouvaient sortir la tête haute de la patinoire. Ils ont bossé pendant soixante minutes, à partir de là, on peut sortir la tête haute. On ne peut pas se battre face à un adversaire et trois arbitres. Au bout du compte, ça a quand même été un bon derby avec du rythme, du physique... Le deuxième tiers a été un des passages que l'on a ratés. On s'est procuré de bonnes occasions, non concrétisées. Un peu de chance de leur côté, de malchance pour nous et puis le gardien adverse était bien présent."

Cyril Papa (attaquant de Villard-de-Lans) : "À 1-0, on a eu quelques occasions mais on prend un but en fin de deuxième tiers qui fait mal. Si Grenoble avait autant de blessés que nous, le score aurait été différent. Mais on a tenu tête à une grosse équipe."

 

Grenoble - Villard-de-Lans 4-0 (1-0, 1-0, 2-0)

Samedi 3 octobre à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.

Arbitrage de Damien Velay assisté de Gildas Fontaine et David Courgeon.

Pénalités : Grenoble 33' (0', 6', 2'+25'), Villard-de-Lans 77' (2', 2', 8'+10'+10'+20'+5'+20').

Tirs cadrés : Grenoble 62 (18, 27, 17), Villard-de-Lans 22 (5, 12, 5).

Évolution du score :

1-0 à 10'46" : Jansson assisté de Sivic et Nilsson

2-0 à 38'50" : Sivic assisté de Jansson

3-0 à 43'16" : Fleury assisté de Dufour et Wallin

4-0 à 53'47" : Nilsson assisté de Tartari (inf. num.)

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Viktor Wallin - Nicolas Besch ; Alexandre Rouleau - Jason Crossman ; Jakob Milovanovic - Antonin Manavian.

Attaquants : Jean-François Dufour - Ludek Broz (A) - Damien Fleury ; Mitja Sivic - Martin Jansson (A) - Anders Nilsson ; Nicolas Arrossamena - Christophe Tartari (C) - Raphaël Papa ; Julien Baylacq.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Loup Benoît, Maxime Moisand.

Villard-de-Lans

Gardien : Pascal Favarin.

Défenseurs : Pierre-Antoine Simonneau - Alexandre Lefebvre ; Thomas Puech - Nicolas Favarin (C) ; Daniel Sedlak - Martin Barnay.

Attaquants : Thibaut Sage-Vallier - Nicolas Lafontaine - Tristan Lemoine ; Cyril Papa (A) - Mathieu Leblond - Cédric Guillot-Diat (A) ; Tomi Sykkö - Clément Masson - Lucas Orts (ou Kévin Richard).

Remplaçants : Romain Farruggia (G), Corentin Cervoni. Absents : Stéphane Guillot-Diat (fracture du péroné, entorse du genou et traumatisme crânien), Nicolas Antonoff (rupture des ligaments croisés antérieur et latéral interne), Martin Millerioux (adducteurs), Esa Saksinen (fracture du malaire gauche), Yann Diaferia.