Amiens - Dijon (Coupe de la Ligue, (5e journée)

Impériaux en championnat, les Ducs connaissent des résultats contrastés en Coupe de la Ligue, après avoir hypothéqué leurs chances de qualification suite aux trois déroutes face aux voisins de l'Est.

Au niveau de l'effectif réuni par Daniel Maric, le déplacement dans la Somme ne déroge pas à celui effectué à Poissompré la semaine dernière. Plusieurs éléments font défaut à une formation déjà privée d'Andrej Hebar, reparti en Slovénie, expliquant peut-être les difficultés rencontrées par les Ducs sur les premiers mouvements de la paire Riendeau-Cayer.

Un bon départ...

En infériorité après deux minutes, Dijon montre en effet plusieurs signes de faiblesse devant un Andy Foliot hésitant devant les attaquants canadiens. C’est suite à un essai de Sadoun que Valentin Claireaux, esseulé devant la cage, ouvre la marque (1-0 à 05'00"). Lui aussi seul sur la droite, Simon Petit profite à son tour d’une erreur défensive pour ajuster de près le dernier rempart (2-0 à 06'49"). Aymeric Gillet a lui-même des difficultés à relancer une formation pour l’instant absente offensivement.

NurminenAkiLes Gothiques semblent partis pour gérer leur avance, tranquillement. Trop parfois, car un palet anodin perdu derrière son but par Béron ouvre le bal à une succession d’occasions bourguignonnes. À l’image de la paire Lustberg - Nurminen, Gillet trouve enfin de la place pour tenter sa chance, puis Séguy se heurte à un Koivula toujours bien en place aux devants d’Hascoët. Alors qu’Anthony Guttig cause par deux fois du grabuge dans la défense, Amiens recule et se dégage parfois à la va-vite...

Mais l‘occasion de contrer se présente également à des avants pour le moins efficaces. Le jeu rapide Pazak-Sadoun-Claireaux se termine par une belle opportunité pour le substitut d’Anthony Mortas de prendre à défaut Foliot. Puis le chef d’oeuvre de la soirée intervient par l’intermédiaire de David Cayer, auteur au centre de la glace d’une passe du patin pour remettre ses équipiers dans le sens du but. A la réception du palet, Sylvain Rodier accélère jusqu’à servir Riendeau pour le troisième filet picard (3-0 à 14'26"). Le speaker affublera pour l’occasion le dernier arrivé du surnom de "Ronaldinho". Andy Foliot goûte peu à la plaisanterie et se rachète dans la foulée face à Yanick Riendeau, trop rapide pour des visiteurs sur le point de sombrer.

... puis le brouillard

En fin de tiers, à la faveur de deux pénalités locales, Dijon trouve enfin l’ouverture, suite à un tir à la bleue de Peter Strapaty (3-1 à 19'52"). Le moral des jaunes remonte d’autant plus qu’à la reprise, Anton Lezo fait passer un frisson dans l’assistance, sur un rebond dangereux. Les visiteurs corrigent sans trembler la faute en zone offensive de Strapaty. Puis Anthony Guttig se défait de Glaude pour servir en beauté Anton Lezo (3-2 à 23'54") et plonger Amiens dans le doute. Les Gothiques traversent en effet un passage à vide, illustré par une chute surprenante de Pazak sur une ouverture de Marcos et mise à profit par Jesse Lustberg, qui récupère son propre rebond.

Anthony Guttig a quant à lui l’occasion d’égaliser sur un tir de pénalité, expédié au-dessus de la cage de Koivula (25’55"). Un manque de réussite contagieux car, dans le même exercice, Riendeau ne parvient pas à venir à bout de Foliot (26’07"). Amiens, peu dangereux en dehors de cette dernière action, ne peut se détacher, y compris sur un jeu de puissance où les initiatives sont même dijonnaises sur deux accélérations de Hascoët et Guttig face à Pavel Kowalczyk. Dans un style plus rugueux, Nicolas Ritz parvient à extirper la rondelle d’une lutte contre la bande et l’offre à Mazerolle, qui conclut en hauteur (3-3 à 32'07"). Profitant des espaces et dominant les débats en zone neutre, les Ducs développent un jeu de passes efficace pour mettre en exergue certaines lacunes défensives de l’adversaire de la semaine. Ville Koivula se trouve ainsi livré à lui-même sur des mouvements souvent initiés par Guttig, au four et au moulin, mais empêche les visiteurs de prendre les devants sur des salves de Mille et Chabert.

L’accès à la cage d’Andy Foliot est de plus en plus barricadé pour les hommes d’Antoine Richer. Cayer est bloqué à la ligne bleue, d’où les longues passes de Kowalczyk sont désormais interceptées. Pour ne rien arranger aux affaires des Picards, ils perdent Miroslav Pazak, jugé trop véhément à l’encontre de Mazerolle. Dijon n’en profite toutefois pas : le même Mazerolle prend de vitesse Kowalczyk avant de rater la cage, puis cette rare séquence en supériorité numérique ne débouche que sur un lancer timide de Resetka avant que le palet ne soit rendu, par Jesse Lustberg, à Rodier.

Le suspense demeure donc entier avant la dernière ligne droite. Les Gothiques profitent d’abord d’un double avantage numérique, sur lequel Riendeau, en force, Glaude, de près, et Kowalczyk, arrivé en soutien, se cassent les dents sur Foliot. Puis une faute de Sylvain Rodier, couplée à l’expulsion de Riendeau (57'39"), offre une belle opportunité aux Dijonnais de prendre les devants au moment décisif. Ville Koivula brille de nouveau face à Anthony Guttig, à l’affût d’un lancer surpuissant de Séguy, puis les Ducs lui facilitent la tâche en se montrant incapables de contourner la boîte.

Le recours à la prolongation s’avère inévitable. Amiens, qui la dispute avec un homme supplémentaire, aura le dernier mot, sur une montée de Simon Petit côté gauche, relayée par Kowalczyk, de façon peu commune, vers Grégory Béron (4-3 à 61'08"). L’ultime supériorité numérique fut la bonne pour les Gothiques, vainqueurs en prolongation comme face à Strasbourg, et qualifiés au terme d’une rencontre une fois de plus renversante. Les Dijonnais sont quant à eux éliminés car ils ne peuvent plus remonter sur leurs adversaires directs.

Désignés meilleurs joueurs du match : Simon Petit pour Amiens et Luc Mazerolle pour Dijon.

 

Amiens - Dijon 4-3 (3-1, 0-2, 0-0,1-0)
Mardi 13 octobre 2009 à 20h00 au Coliseum. 2 840 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Bachelet assisté de Frédéric Le Berre et Jérémy Rauline.
Pénalités : Amiens 41' (4', 0', 2‘+5‘+10‘+20‘,0‘), Dijon 16' (4', 4', 8',0‘).
Évolution du score :
1-0 à 05'00" : Claireaux assisté de Sadoun
2-0 à 06'49" : Petit assisté d’Offret et Bault
3-0 à 14'26" : Riendeau assisté de Rodier et Cayer
3-1 à 19'52" : Séguy assisté de Strapaty, sup. num.
3-2 à 23'54" : Lezo assisté de Guttig
3-3 à 32'07" : Mazerolle assisté de Ritz
4-3 à 61'08" : Béron assisté de Petit et Kowalczyk (sup. num.)

 

Amiens
Gardien : Ville Koivula.
Défenseurs : Jean-Philippe Glaude (A) - Teddy Trabichet ; Julian Marcos (A) - Romain Bault ; Grégory Béron - Pavel Kowalczyk.
Attaquants : Yannick Riendeau - Sylvain Rodier - David Cayer ; Yannick Offret - Kévin Hamon - Simon Petit ; Loïc Sadoun - Valentin Claireaux - Miroslav Pazak (C).
Remplaçants : Sébastien Ylönen (G), Maxim Belov. Absents : Anthony Mortas (adducteurs), Vincent Bachet (blessé), Brian Henderson.

Dijon
Gardien : Andy Foliot.
Défenseurs : Mathieu Mille - Aymeric Gillet (A) ; Pavol Resetka - Peter Strapaty ; Jesse Lustberg - Aki Nurminen.
Attaquants : Stephen Dugas (C) - Luc Mazerolle - Thomas Lecoanet ; Anton Lezo - Anthony Guttig (A) - Mathieu Séguy ; Loïc Chabert - Thomas Decock - Arnaud Hascoët ; Pierre Sanchez - Nicolas Ritz - Daniel Masik.
Remplaçant : Florian Hardy (G). Absents : Miroslav Kristin (sciatique), Erwan Pain et Yassine Fahas (au repos).