Grenoble - Neuilly-sur-Marne (Ligue Magnus, 5e journée)

Sivic, un éclair dans la grisaille

10-3, c'est le point commun entre Grenoble et Neuilly lors de la journée de Coupe de la Ligue disputée mardi : c'est en effet sur ce score que les Brûleurs de Loups se sont défaits de Chamonix et que les Bisons se sont inclinés à Rouen. Difficile donc de s'attendre à une partie équilibrée même si, cette fois, il s'agit de Ligue Magnus. Avec déjà deux victoires assurées à domicile, les Bisons ont respecté leur tableau de marche et se déplacent sans pression particulière. Pour Grenoble en revanche, le faux-pas est interdit après la défaite sanction à Briançon la semaine dernière. Il s'agit également de retrouver l'élan offensif affiché en Coupe de la Ligue, car les Grenoblois peinent en Magnus avec seulement dix buts marqués en quatre journées.

Petite surprise au coup d'envoi avec la titularisation en défense de Vincent Llorca d'entrée, alors qu'Antonin Manavian paye son mauvais match de mardi en débutant sur le banc. Grenoble est toujours privé de Jason Crossman, mais Maxime Moisand assure l'intérim. Jean-François Dufour effectue son retour sur la glace.

Dès les premières secondes du match, les Brûleurs de Loups se ruent sur la cage de Marco Emond : échappée de Sivic qui donne un peu trop tard son palet en retrait pour... personne, suivie d'une bonne présence de la troisième ligne, mais le duo Papa-Arrossamena bute sur Emond, auteur d'un bon réflexe. Grenoble semble évoluer dans la continuité du match contre Chamonix, mais cette impression initiale disparait rapidement. Martin Jansson écope de la première prison. Sur l'engagement gagné par Grenoble, Alexandre Rouleau tente une passe hasardeuse devant sa cage. Le palet arrive directement dans la crosse de Seth Leonard qui fusille Ferhi à bout portant (0-1, 03'15"). Le power-play nocéen n'a duré que cinq secondes ! Après ce coup de froid initial, les champions de France sont empruntés et maladroits face à une équipe de Neuilly bien en place et qui parvient à faire déjouer la troupe de Mats Lusth, lequel apprécie modérément la performance de ses joueurs. Ferhi doit même se démener pour éviter la bérézina avec des arrêts décisifs face, notamment, à Snider et Galmiche.

emondmarcoLes Grenoblois n'y sont pas en ce début de match et ce n'est pas la pénalité de Nilsson qui arrange leurs affaires. Cette fois, la supériorité numérique dure deux minutes. Les partenaires de Christophe Tartari parviennent à la tuer. En fin de tiers, les Isérois parviennent enfin à mettre un peu plus de vitesse dans leur jeu. C'est ainsi que Fleury réussit à s'échapper pour défier Emond avant d'être repris irrégulièrement par Leonard. L'arbitre accorde un tir de pénalité qui est tenté et transformé par Martin Jansson d'un joli dribble suivi d'un revers (1-1, 17'29"). Début de l'éclaircie pour Grenoble ? Pas vraiment puisque quelques secondes plus tard, Nilsson se voit doublement sanctionné après une première pénalité appelée. Le jeu de puissance nocéen est transparent pendant les deux premières minutes. Les équipes retournent au vestiaire sur ce score de parité, plutôt flatteur pour Grenoble après cette première période insipide.

Le deuxième tiers débute donc par une infériorité grenobloise, sans que Neuilly ne se montre réellement dangereux. Les Grenoblois ont retrouvé de l'élan et cela se voit : pris de vitesse, Wathier et Dermigny se font sanctionner à une minute d'intervalle. La situation est renversée. Malgré une certaine difficulté à installer le jeu de puissance et un gros cafouillage devant la cage de Neuilly, Anders Nilsson parvient à adresser un tir en hauteur pas très puissant dont la trajectoire, déviée au passage, trompe Emond (2-1, 23'20"). Les Brûleurs de Loups mènent au score pour la première fois et ont l'occasion d'enfoncer le clou sur une nouvelle faute de Dugas. Mitja Sivic profite alors d'une énorme erreur d'Emond qui va chercher le palet derrière sa cage alors que celui-ci revient devant : Sivic qui passait par là n'a alors plus qu'à pousser la rondelle dans la cage vide (3-1, 24'51") !

Neuilly encaisse deux buts pas franchement spectaculaires mais se voit bêtement distancé au score. Jérôme Pourtanel demande alors un temps mort pour recadrer ses troupes. Les Bisons semblent ragaillardis et Snider se procure une belle occasion en chipant le palet le long de la bande à Wallin. Ferhi s'impose en deux temps, la seconde fois en réalisant un arrêt digne d'un gardien de handball. Mais Neuilly retrouve ses vieux démons : nouvelle pénalité de Dermigny (déjà sa troisième du match !) qui remet Grenoble en supériorité numérique. La sanction est la même que lors des deux prisons nocéennes précédentes avec un doublé pour Mitja Sivic qui, cette fois, prend de l'élan depuis sa zone défensive, passe en revue la défense des Bisons pour conclure magistralement son "coast-to-coast" en déjouant Emond (4-1, 26'52").

Grenoble semble avoir définitivement fait le trou. Savice Fabre siffle sa cinquième pénalité contre les visiteurs pour une faute peu évidente de Karl Fournier. Neuilly parvient à la tuer et peut enfin souffler lorsque l'arbitre du match, très tatillon tout au long de la partie, sanctionne tour à tour Martin Jansson et Jakob Milovanovic. Le jeu à cinq contre cinq est rarissime, ce qui profite à Jean-François Dufour, régulièrement aligné sur les unités spéciales et qui voit ainsi son temps de jeu considérablement augmenter au fil du match. Marco Emond, très fébrile dans cette deuxième période, se retrouve les fesses sur la glace en dégageant le palet avant d'être tout près de rééditer sa bévue en sortant de sa cage à contretemps. Il est encore une fois en retard dans son replacement sur une passe croisée de Tartari pour Fleury qui conclut tranquillement dans une cage ouverte (5-1, 35'15").

leonardsethAvec quatre buts de retard avant le dernier tiers-temps, les Bisons ne peuvent plus espérer grand chose. Mais les coups de sifflet intempestifs de M. Fabre, qui leur étaient si défavorables au deuxième tiers, vont leur permettre de revenir dans la rencontre. Il faut dire aussi que les Grenoblois, privés de Ludek Broz resté au vestiaire, vont mettre du leur, côté indiscipline. Alors que Maxime Moisand était déjà pénalisé en fin de deuxième tiers, Martin Jansson le rejoint en prison quelques instants après la reprise. Neuilly bénéficie ainsi d'une double supériorité numérique. La pression est forte sur les cages de Ferhi, au sens propre comme au figuré. Après un gros cafouillage devant la cage grenobloise, Shawn Snider glisse la rondelle derrière la ligne avec l'aide de Seth Leonard (5-2, 40'48"). Neuilly se relance dans la partie, tandis que Dermigny effectue son quatrième passage en prison !

Les pénalités se mettent alors à pleuvoir sur Grenoble : Tartari se retrouve sanctionné à son tour avant que Martin Jansson n'écope d'une pénalité majeure assortie d'une méconduite de match pour un cinglage sur Birolini le long de la bande qui provoque de vives protestations de Jérôme Pourtanel. Comme si cela ne suffisait pas, M. Fabre siffle une pénalité à l'encontre de Julien Baylacq parti au pressing et qui percute accidentellement Marco Emond. Ce n'est pas du goût de Pôle Sud qui commence à être excédé par les décisions arbitrales. À force de jouer à trois, les Brûleurs de Loups finissent par céder : Leonard est présent sur un rebond consécutif à un lancer de Wathier et conclut en hauteur (5-3, 47'54"). Neuilly peut se remettre à y croire.

Le jeu continue d'être haché par des décisions arbitrales pas toujours compréhensibles et qui nuisent au spectacle. Le niveau de jeu s'en ressent avec beaucoup de déchets de part et d'autre. Compensation "oblige", Neuilly se fera sanctionner à quatre reprises lors des dix dernières minutes. Des pénalités successives qui empêchent les Bisons d'espérer un retour dans les derniers instants de la partie, malgré quelques occasions intéressantes devant la cage de Ferhi. À l'inverse, les Brûleurs de Loups assurent le score : après une première occasion franche de Fleury, Mitja Sivic met un terme à la frustration grenobloise avec un tir en pivot à ras de glace qui surprend Emond, pourtant bien meilleur au cours de ce troisième tiers (6-3, 57'15"). Nilsson doit regagner les vestiaires suite à un choc avec un coéquipier, mais Grenoble ne veut pas s'incliner sur l'ensemble de la période. Sivic éclaire la fin de rencontre avec un quatrième but personnel sur une contre-attaque alors que la défense nocéenne a baissé pavillon (7-3, 59'31").

Grenoble s'impose laborieusement dans un match particulièrement terne, entaché de nombreuses approximations et haché par de trop nombreuses pénalités. Comme mardi, les Brûleurs de Loups ont fait la différence au deuxième tiers-temps sans pour autant convaincre sur le plan du jeu, avec des erreurs inhabituelles de certains cadres (Wallin et Rouleau notamment) et des difficultés évidentes à transmettre correctement le palet et mettre du rythme dans cette partie. Si l'on ajoute à cela une indiscipline chronique déjà entrevue mardi, les motifs de satisfaction sont plutôt rares côté grenoblois à l'issue de cette rencontre.

Ils se résument en fait à Mitja Sivic qui, par sa capacité à accélérer le jeu et son opportunisme, a pu faire étalage de toutes ses qualités de buteur avec quatre réalisations qui portent son total à six buts cette semaine ! Son complice Damien Fleury n'est pas en reste avec encore un bon match, tout comme Eddy Ferhi, présent dans les moments chauds. Mention spéciale enfin à Julien Baylacq qui a joué un rôle prépondérant dans le forecheck, provoquant ainsi de nombreuses pénalités nocéennes. Une énergie et une vitesse de patinage qui ne sont pas sans rappeler celles d'un certain Jan Hammar la saison dernière.

Du côté des Bisons, on peut se réjouir d'avoir fait douter pendant près de soixante minutes les champions de France. Après un premier tiers de haute volée, disputé sur un rythme élevé, les hommes de Jérôme Pourtanel ont baissé pavillon par la suite, connaissant une deuxième période difficile, à l'image de Marco Emond, très fébrile, et d'une défense parfois très statique. Même si l'arbitrage n'était pas toujours facile à suivre ce soir, les Bisons se sont également montrés particulièrement indisciplinés, comme l'illustrent les quatre pénalités de Sébastien Dermigny, souvent pris de vitesse. Et cela a coûté cher, puisque Neuilly a encaissé quatre buts en infériorité numérique. Le troisième tiers leur a permis de recoller au score avec deux buts à cinq contre trois, permettant ainsi à Shawn Snider et Seth Leonard de bonifier leur travail constant. Jérôme Pourtanel pourra ainsi retirer des motifs d'espérance de son déplacement en Isère, même si la semaine prochaine s'annonce rude avec un double affrontement face au leader de la Magnus, les Ducs d'Angers.

Désignés meilleurs joueurs du match : Mitja Sivic (Grenoble) et Seth Leonard (Neuilly-sur-Marne).

 

Grenoble - Neuilly-sur-Marne 7-3 (1-1, 4-0, 2-2).

Samedi 17 octobre à 20 h 00 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3 200 spectateurs.

Arbitrage de Savice Fabre assisté de Guillaume Gielly et Adrian Popa.

Pénalités : Grenoble 47' (8', 6', 8'+5'+20' [Jansson]), Neuilly-sur-Marne 22' (2', 10', 10').

Tirs cadrés : Grenoble 51, Neuilly-sur-Marne 25

Engagements gagnés : Grenoble 41, Neuilly-sur-Marne 33

Évolution du score :

0-1 à 03'15" : Leonard (sup. num.).

1-1 à 17'29" : Jansson (tir de pénalité).

2-1 à 23'20" : Nilsson assisté de Broz et Dufour (sup. num.).

3-1 à 24'51" : Sivic (sup. num.).

4-1 à 26'52" : Sivic (sup. num.).

5-1 à 35'15" : Fleury assisté de Tartari.

5-2 à 40'48" : Snider assisté de Leonard et Pousset (double sup. num.).

5-3 à 47'54" : Leonard assisté de Wathier et Snider (double sup. num.).

6-3 à 57'15" : Sivic.

7-3 à 59'31" : Sivic assisté de Tartari et Milovanovic (sup. num.).

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Viktor Wallin - Vincent Llorca ; Alexandre Rouleau - Jakob Milovanovic ; Nicolas Besch - Maxime Moisand.

Attaquants : Martin Jansson (A) - Ludek Broz (A) - Anders Nilsson ; Mitja Sivic - Christophe Tartari (C) - Damien Fleury ; Nicolas Arrossamena - Raphaël Papa - Julien Baylacq ; Jean-François Dufour.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Loup Benoît, Antonin Manavian. Absent : Jason Crossman (entorse de la cheville).

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Marco Emond.

Défenseurs : Michael Steiner - Mathieu Wathier (A) ; Alexis Birolini - Nicolas Pousset (C) ; Jérôme Wagner - Sébastien Dermigny.

Attaquants : Benjamin Galmiche (A) - Shawn Snider - Seth Leonard ; Pierre-Charles Hordelalay - Karl Fournier - Kévin Dugas ; Jérôme Veret - Romain Gentilleau - Gaël Guilhem.

Remplaçants : Roman Svaty (G), Luc Tanésie. Absents : Miroslav Kecka, Clément Rey.