Reims - Caen (Division 1, 5e journée)

Revenus de leur match d’Annecy avec les deux points de la victoire en poche, les Phénix s’attaquaient à un des cols hors catégorie de la D1, en recevant ce week-end les Drakkars de Caen. L’an passé les Phénix avaient donné du fil à retordre à leurs homologues caennais, notamment à Bocquaine avec une victoire renversante (5-4).

Et Caen semblait bien se rappeler au match de l’an passé. Les Drakkars démarraient tambour battant le match et pressaient haut les locaux, qui semblaient comme sans réaction en ce début de match. Caen déroulait son jeu et Kubis devait déjà s’employer pour éviter le pire. Hélas pour lui la sanction intervenait assez vite, quand, suite à un changement de ligne approximatif des Phénix, Lafontaine lançait son compère Boutin qui exécutait sans sourciller Kubis (0-1, 02’52). Les Drakkars ne relâchaient pas leur étreinte et gardaient la tête des locaux sous l’eau. Un déluge de tirs s’abattait sur la cage de Kubis et le portier tchèque était au four et au moulin. Le break était proche pour les Drakkars et c’était une nouvelle fois Boutin, idéalement servi par Janil, qui inscrivait le deuxième but de Caennais qui semblaient ne pas vouloir s’arrêter en si bon chemin (0-2, 05’18).

Le coach de Reims appelait dès lors un temps-mort pour relancer ses troupes dans le match. Peine perdue pour les locaux, qui concédaient une minute plus tard un troisième but, par ce diable de Boutin (0-3, 06’51). Un but qui était fatal au portier tchèque, qui était remplacé par le jeune Bertein, avec l’espoir de créer un électrochoc chez les Phénix. Reims donnait une première réaction par l’intermédiaire de sa recrue US Cahill, mais Goetz était à la parade. Mais l’ailier américain ne renonçait pas et, à la 13ème, servait en se retournant Rehor, qui déviait astucieusement le palet pour la réduction du score (1-3, 13’03). L’espoir commençait à revenir dans le camp rémois, mais Jonathan Avenel se chargeait trente secondes plus tard d’enlever toute illusion aux Rémois, en remportant son face à face avec Bertein (1-4, 13’37). Caen continuait sur le même rythme et pouvait même corser l’addition avec un jeu de puissance à la 17ème, mais les locaux tenaient bon. En dépit d’une pénalité caennaise en fin de période, plus rien ne changeait à la marque. Menés de trois unités, les affaires des Phénix semblaient bien mal engagés, tant les Caennais dominaient de la tête et des épaules les débats.
Regonflés à la pause, les Rémois remontaient sur le glaçon décidés à bouleverser le cours du match avec notamment le reliquat de la pénalité caennaise. Et Savoie était à deux doigts d’y parvenir quand, sur un palet relâché de Goetz, le sniper québécois sautait sur le palet, mais la base du poteau s’interposait et sauvait Goetz ! Les Phénix venaient de laisser là une grosse opportunité qui aurait relancé le match. Les locaux restaient pourtant intenses et parvenaient à bourdonner plus autour des buts de Goetz, qui restait solide sur des essais notamment de Martin-Whalen ou encore Vesely. Jusque là, les Drakkars géraient avec sérénité la pression rémoise et faisaient même preuve de réussite.
 
A la 30ème Vrielynck opérait une descente en territoire adverse, mais sa crosse se brisait au moment du tir. Sur le contre qui suivait, Lafontaine décalait une nouvelle fois Boutin qui inscrivait de près son quatrième but personnel (1-5, 30’23). Le sort avait une fois de plus été en faveur des hôtes. Cependant les Phénix n’abdiquaient pas et Savoie avait un break à la 34ème pour redonner de l’espoir aux locaux, mais Goetz en décidait autrement. Vrielynck opérait un nouveau débordement sur l’aile et se connectait au deuxième poteau avec Cahill, qui marquait d’un tir précis (2-5, 35’09). Malgré un surplus d’envie et d’intensité dans leur jeu, les Rémois restaient malgré tout à trois unités de Caen, qui avait su laisser passer l’orage quand il le fallait.
 
Les Phénix se retrouvaient dans le même cas de figure qu’au deuxème tiers, mais avec seulement vingt minutes pour tenter de redresser la situation. Et cette fois-ci l’entame de tiers souriait aux Rémois qui inscrivait un but, dans la 1ère minute, cette fois-ci Cahill rendant la politesse à Vrielynck (3-5, 40’56). La machine rémoise semblait relancée et tout paraissait désormais possible. Mais, une fois de plus, les dieux du hockey semblaient être du coté des Drakkars. Ces derniers bénéficiaient d’une supériorité, une minute après le but rémois, et sur celle-ci Lafontaine se montrait plus prompt que Kubis à reprendre un palet qui traînait dans l’enclave (3-6, 42’24).
 
Caen reprenait ses aises au score, mais la course poursuite continuait. Ainsi, à la 51ème, Savoie déviait un tir de Dusseau pour permettre à ses couleurs de revenir à deux unités (4-6, 51’32). Cette fois-ci, les hôtes paraissaient moins sereins et les Phénix de continuer dans leur opération remontée. Trois minutes plus tard, tout Bocquaine chavirait de bonheur, quand sur une action à deux Florian Sabatier/Rouillard, ce dernier semblait marquer le cinquième but des locaux, mais l’arbitre invalidait l’action en raison d’un but marqué du patin. Ce fait de jeu semblait être le tournant de cette fin de match. Car, sentant le danger se rapprocher, les hommes de Dostal replaçaient un coup d’accélérateur dans les dernières minutes. Papaux réalisait un petit numéro derrière les cages rémoises et servait Janil, dont la reprise ne laissait aucune chance à Kubis (4-7, 56’23). Les Rémois allaient boire le calice jusqu’à la lie, puisque, une minute plus tard, Dostal scorait encore (4-8, 57’19). Les Caennais traversaient sans dommage les dernières minutes et pouvaient savourer leur victoire à la sirène.
 
Les Rémois avaient payé au prix fort leur entame de match face à de solides Caennais, qui auront justifié leur rang. Restait aux Phénix à se remettre de cette claque à domicile et à se relancer dès lors la semaine prochaine à Avignon, avant de se projeter le mardi suivant vers leur tour de coupe de France à Courbevoie.
Meilleur joueur à Caen : Jonathan Boutin.
Meilleur joueur à Reims : Christopher Cahill.

Reims - Caen 4-8 (1-4, 1-1, 2-3).
Samedi 17 octobre 2009 à 20h00 à Bocquaine. 698 spectateurs.
Arbitrage de Philippe Forget assisté d'Aurélien Smeeckaert et Frédéric Le Berre.
Pénalités : Reims 4' (2', 0', 2'), Caen 2' (2', 0', 0').
Évolution du score :
0-1 à 02'52" : Boutin assisté de Lafontaine
0-2 à 05’18" : Boutin assisté de Janil et Oravec
0-3 à 06‘51" : Boutin assisté de Oravec
1-3 à 13’03" : Rehor assisté de Cahill
1-4 à 13‘37" : J. Avenel assisté de G. Avenel
1-5 à 30‘23" : Boutin assisté de Lafontaine
2-5 à 35'09" : Cahill assisté de Vrielynck
3-5 à 40’56" : Vrielynck assisté de Cahill
3-6 à 42‘24" : Lafontaine assisté de Bennett et Da Costa (sup. num.)
4-6 à 51’32" : Savoie assisté de Dusseau et Martin-Whalen
4-7 à 56‘23" : Janil assisté de Papaux et Geslain
4-8 à 57‘19" : Dostal assisté de Janil