Français Volants Paris - Cholet (Division 2, 4e journée)

En ce samedi 24 octobre, les deux co-leaders du groupe B se retrouvent à la patinoire Sonja Henie où les Français Volants reçoivent les Dogs de Cholet. Cette affiche oppose un promu, qui enregistre le retour de son gardien Johan Bäckö et de Linus Eriksson, contre l'un des favoris du groupe. Le décor est planté, le match peut commencer sous une belle affluence (350 spectateurs environ).

Une première pénalité est sifflée contre les Dogs très rapidement dans ce premier tiers (1'41") pour une obstruction de Guillaume Jacob. Les Volants vont profiter de cette occasion pour ouvrir la marque avec une passe plein axe de Julien Boulet et une jolie mine du défenseur suédois Eriksson qui trompe Yann Chamel (1-0, 02'07").

S'ensuit la première pénalité contre les Volants, permettant à Bäckö de s'illustrer à plusieurs reprises. La pression des Dogs se fait de plus en plus importante et le gardien suédois réalise encore de nombreux arrêts, notamment à 9'40" en réalisant un deuxième arrêt reflexe après un tir de la gauche. Le jeu est dominé globalement par les Choletais et les Parisiens jouent en contre. À 14'51", Nicolas Gosset part en un contre un défier Chamel : avantage au gardien choletais. Les cinq dernières minutes sont clairement à l'avantage des Dogs et Backö s'illustre à nouveau (18'14", 19'07" et 19'25"). Les Volants résistent à la puissance physique choletaise. "Le roseau plie mais ne rompt pas", pour l'instant. Ce premier tiers n'a pas été d'une très grande qualité mais le jeu est clairement à l'avantage des visiteurs.

Les premières minutes du deuxième tiers sont à nouveau compliquées pour les Volants, les pénalités tombant. Ils réalisent pourtant le break à 27'49" sur une superbe infiltration de leur recrue Eirik Engström qui contourne l'arrière de la cage de la gauche vers la droite pour servir idéalement Julien Boulet. Le public parisien est ravi mais les Dogs vont vite revenir au score en profitant d'une grossière erreur de la défensive parisienne qui perd bêtement le palet : Joonas Parviainen ne se laisse pas prier et réduit le score sur une passe d'Inkinen (29'17"). Les quatre minutes qui suivent voient plusieurs pénalités sifflées contre les Volants, dont un 3 contre 5 pendant presque une minute : Backö réalise une multitude d'arrêts. Toutefois, à 33'27", à nouveau en infériorité, les Volants cèdent : sur un tir de la droite, Backö ne peut que freiner le palet (2-2). Sur ce deuxième tiers, on constate une totale domination des Choletais pendant les trois quarts du jeu. Le score de parité est mérité, même flatteur au vu de la physionomie du match. Il est néanmoins dommage que le premier but des Dogs ait été "offert" par la défense parisienne.

Le troisième acte commence comme s'est terminé le deuxième : sur une domination choletaise. À 47'43", sur un tir choletais anodin, Bäcko est trompé par la déviation de Parviainen. Tirer de manière puissante n'est pas toujours la solution, ce but en est la preuve. La pénalité envers Frédérick Brodin à 49'07" pour charge contre la bande se révèle déterminante. Cholet réussit une belle combinaison : passe de la droite vers la gauche de Pierre-Yves Albert, passe en retrait de Romain Germond et shoot puissant de Guillaume Drozdz (2-4, 49'41"). Le break est fait par les Dogs.

À 51'01" survient le fait de match qui enterre les espoirs parisiens : Linus Eriksson est sanctionné par plusieurs pénalités (méconduite, pénalité de match et attitude anti-sportive) alors qu'il avait subi au préalable un faire trébucher : incompréhension des joueurs locaux et du public vis-à-vis de la décision arbitrale. Dans ces conditions, le match est quasi plié et les joueurs choletais vont asseoir leur domination en supériorité numérique à trois reprises (2-7). Après avoir encaissé le septième but, Backö est sorti et remplacé par Antoine Intsaby. Kyle Roulston clot la marque pour les locaux (3-7, 58'13").

Sans faire un très gros match, les Dogs et leur escouade offensive ont fait le travail, travail facilité par l'indiscipline parisienne sur ce match. Mais la victoire est plus que méritée. Les nombreux supporters choletais présents dans la patinoire sont ravis, les supporters locaux beaucoup moins, mais perdre face à cette équipe n'a rien de déshonorant. Le prochain match des Volants verra une nouvelle grosse cylindrée avec la réception des Ducs de Dijon en coupe de France, et ce dès mardi.

 

Français Volants de Paris - Cholet 3-7 (1-0, 1-2, 1-5)
Samedi 24 octobre 2009 à 18h45 à la patinoire Sonja Henie. 350 spectateurs
Arbitrage d'Arnaud Bellotte et Thierry Fraysse.
Pénalités : Paris 59' (6', 12', 6'+35') ; Cholet 18' (16', 0', 2').
Évolution du score :
1-0 à 02'07" : Eriksson assisté de Boulet (sup. num.)
2-0 à 27'49" : Boulet assisté d'Engström
2-1 à 29'17" : Parviainen assisté d'Inkinen
2-2 à 33'27" : P.Y. Albert (sup. num.)
2-3 à 47'43" : Parviainen assisté de Jacob et Inkinen
2-4 à 49'41" : Drozdz assisté de Germond et P.Y. Albert (sup. num.)
2-5 à 53'57" : Parviainen assisté de Bretault (double sup. num.)
2-6 à 54'15" : Mocquard assisté de Cadoret et Tharreau (sup. num.)
2-7 à 57'00" : P.Y. Albert assisté de Germond (sup. num.)
3-7 à 58'13" : Roulston