Courbevoie - Reims (Coupe de France, 16e de finale)

2009-10-27-Courbevoie-ReimsSur le papier, c'est le match le plus équilibré de ce deuxième tour de Coupe de France. Courbevoie et Reims sont en effet côte-à-côte dans le championnat de division 1, avec 5 points chacun en 6 journées. Ces deux clubs n'ont pas forcément fait de cette coupe un objectif mais ont tous deux passé tranquillement le premier tour en gagnant chez des adversaires de division 3.

Si l'on en croit le début de saison en division 1, Reims a bien plus l'habitude d'ouvrir la marque (5 fois sur 6) que Courbevoie (2 sur 6). Les rouges font pourtant mentir ces premières statistiques ce soir en entrant mieux dans la partie et en mettant un terme prématuré au round d'observation de rigueur. Leur défenseur canadien Maxime Dubuc s'avance sans vraie opposition dans le cercle gauche et place son tir sous la mitaine de Filip Kubis (1-0, 02'17"). Les dix premières minutes sont largement locales et attestent la pertinence du score.

Ce sont une charge avec la crosse de Therrien et un cinglage de Dubuc qui remettent Reims dans le match. Quand on bénéficie d'une minute et demie à 5 contre 3, c'est quand même la moindre des choses. Les Phénix n'en profitent pas complètement mais prennent goût à l'attaque et continuent sur leur lancée pendant quelques temps. Pourtant, dès que le COC se ré-installe en zone offensive, Yann Guyot dévie sous le gardien le tir de la bleue de Dubuc (2-0, 15'06"). Un lancer fulgurant de Martin Vesely en entrée de zone surprend Fourcade au-dessus de sa botte droite (2-1, 16'29"). La réplique de Courbevoie est tout aussi simple et rapide : Sevcik passe la bleue à l'aile droite et tire, Kubis laisse le rebond à l'opposé et Alexandre Capet a le haut du but grand ouvert pour marquer (3-1, 17'23"). Un cinglage de Rouillard et une charge incorrecte de Vrielynck, qui a envoyé Caillaux contre la bande à un mètre, permettent au COC de jouer à son tour à 5 contre 3 pendant 1'20", sans plus de réussite d'ailleurs. La domination n'en a pas moins été nette dans cette première période (16 tirs cadrés à 7).

Au retour sur la glace, deux obstructions en quelques secondes de Varga (COC) et Vesely (Reims) mettent les rouges en situation de 4 contre 3. Conformément aux nouvelles règles, cette dernière faute a eu lieu en zone offensive mais l'engagement se fait en zone défensive rémoise. Sevcik le gagne et le duo québécois des "Maxime" finit le travail à la la ligne bleue : passe de Pomerleau pour le slap de Dubuc (4-1, 20'17").

Reims semble sorti du match, mais y revient en deux minutes et deux occasions. D'abord une action menée avec brio par la troisième ligne : blocks parfaits à l'engagement de Florian Sabatier et Kirill Sokolov, et tour de cage de Jérémy Sabatier (4-2, 26'10"). Puis un tir du cercle droit d'Eddy Martin-Whalen qui passe sous le bras de Filip Kubis (4-3, 27'29"). Les Champenois semblent maintenant plus persévérants dans les duels, plus collectifs dans leur effort... Enfin à la hauteur du match ?

2009-10-27-Courbevoie-Reims2Ce redressement des visiteurs est cependant interrompu par une succession de pénalités : Courbevoie fait le siège du camp rémois jusqu'à trouver la faille sur un nouveau slap de la bleue de Dubuc, un triplé pour le défenseur canadien (5-3, 37'29"). Un but marqué à quatre contre trois alors qu'une seule pénalité est affichée, signe d'un hiatus entre les arbitres et la table de marque. le problème vient de deux pénalités données à la même seconde de jeu mais pas en même temps par les arbitres (la seconde étant un retard de jeu). Courbevoie proteste car c'est le dernier joueur rémois exclu (encore Vesely) qui a quitté le banc des pénalités, et non pas le premier. Conclusion des débats : on vient de jouer à 4 contre 3... et on réengage à 5 contre 5 avec un seul joueur sorti de prison !

Le COC est encore à 4 contre 3 au début du troisième tiers-temps après un cinglage de Prochazka, mais cette fois le lancer de Dubuc ne trouve que la transversale. On en reste à deux buts d'écart, et après six minutes consécutives au complet (un record ce soir), Arnaud Bougaran est sanctionné pour dureté. L'efficacité canadienne remonte les Phénix : engagement gagné par Martin-Whalen et déclenchement de tir très rapide du sniper Sébastien Savoie (5-4, 49'40").

L'espoir rémois dure deux minutes. Courbevoie prend des tirs sans force dans toutes les positions en constatant que Kubis peine à assurer ses arrêts. Finalement, un palet en feuille morte de Maxime Levot, peut-être contré, passe à côté de la tête du petit gardien tchèque (6-4, 51'32"). Un dernier 5 contre 3 pour les visiteurs n'y changera rien.

Le sens du but de ses attaquants canadiens ne suffit plus à sauver Reims de ses errements défensifs puisqu'un défenseur de Courbevoie, l'offensif Maxime Dubuc, les a surpassés avec trois buts, un lancer dévié gagnant et une barre. Les Phénix ont subi le début de match et ont toujours couru après le score sans jamais pouvoir en renverser le cours.

photos de Caroline Landré

 

Commentaires d'après-match

Rishi Ovide-Étienne (entraîneur de Courbevoie) : "On ne s'était pas mis une pression terrible pour ce match de coupe. Ce n'est pas pratique pour nous de jouer en semaine. J'espère que le prochain tour ne sera pas trop loin avec le nombre de joueurs qui bossent. On n'a pas pu trop se préparer : les mecs sont arrivés directement du boulot, ils se sont tapé les bouchons, et pourtant on gagne. Des fois, on réfléchit à une préparation très précise et on perd, comme quoi ce n'est pas une science exacte. Cela a été dur de se mettre en place dans un championnat de D1 vraiment très homogène cette année. On a modifié notre système de jeu défensif et on voit que ça commence à fonctionner : on ne va rien changer."

François Dusseau (entraîneur de Reims) : "On fait trop d'erreurs individuelles. En trois matches, on prend 22 buts, ce n'est plus possible. Avant de penser à jouer offensif, il faudra jouer défensif. On ne peut pas jouer que dans un sens. [...] On n'avait pas gardé notre gardien Neumann parce qu'on trouvait qu'il n'était pas assez régulier et ne travaillait pas assez à l'entraînement. Kubis travaille, lui, et avait fait un bon début de championnat, mais on ne l'aide pas, il reçoit trop de tirs. Mon fils est blessé et notre nouveau défenseur finlandais n'est pas encore qualifié : on l'attend pour remplacer Cocetta qui s'est désisté et Molmy qui est parti pour son boulot."

 

2009-10-27-Courbevoie-Reims3

 

Courbevoie - Reims 6-4 (3-1, 2-2, 1-1)
Samedi 27 octobre 2009 à 20h00 à la patinoire Thierry-Monier. 80 spectateurs.
Arbitrage de M. Bliek assisté de MM. Metais et Leberre.
Pénalités : Courbevoie 26' (6', 12', 8'), Reims 24' (10', 12', 2').
Évolution du score :
1-0 à 02'17" : Dubuc assisté de Therrien
2-0 à 14'58" : Guyot assisté de Dubuc et Paillet
2-1 à 16'29" : Vesely assisté de Savoie
3-1 à 17'23" : Capet assisté de Sevcik (sup. num.)
4-1 à 20'17" : Dubuc assisté de Capet (sup. num.)
4-2 à 26'10" : J. Sabatier
4-3 à 27'29" : Martin-Whalen
5-3 à 37'29" : Dubuc assisté de Pomerleau (sup. num.)
5-4 à 49'40" : Savoie assisté de Martin-Whalen (sup. num.)
6-4 à 51'32" : Levot

 

Courbevoie

Gardien : Nicolas Fourcade.

Défenseurs : Maxime Pomerleau - Maxime Dubuc ; William Place (C) - Juraj Varga ; Grégory Boissière - Yoann Petiot.

Attaquants : Yann Guyot - Benoît Paillet - Nicolas Therrien ; Alexandre Capet - Daniel Sevcik (A) - Sébastien Trabach ; Maxime Levot - Thierry Caillaux - Arnaud Bougaran ; Guillaume Pons (A).

Remplaçants : Franck Constantin (G), Thomas Barre, Kévin Guimbard. Absent : Julien Figved.

Reims

Gardien : Filip Kubis.

Défenseurs : Filip Prochazka - Tristan Lohou ; Damien Morel (A) - Martin Vesely (A) ; Armand Coustenoble.

Attaquants : Sébastien Savoie - Eddy Martin-Whalen (C) - Peter Valier ; Jan Rehor - Christopher Cahill - Valère Vrielynck ; Jérémy Sabatier - Florian Sabatier - Thybaud Rouillard puis Kirill Sokolov à 20'.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Mickaël Marchand. Absents : Kévin Dusseau (genou), Jonathan Piras (reparti à Gap, "ne supporte pas la concurrence").