Zahumensky échappe au pire

Le défenseur slovaque Boris Zahumensky était resté dans les mémoires à Gap au début de cette année pour avoir été laissé tout nu dans les rues de la ville par ses coéquipiers (mauvais) plaisantins, qui s'étaient auparavant assurés de son ivresse. Cette péripétie paraît aujourd'hui dérisoire face au dramatique accident qu'il a vécu en match vendredi soir en Allemagne.

Zahumensky, qui évolue pour Lansberg en Oberliga (troisième division), était à la poursuite d'un palet lorsqu'il a été déséquilibré par Ryan Martens, le Canadien de Dortmund avec qui il était en duel. Il est alors tombé à deux mètres de la bande, heurtée de face la tête la première, alourdi par le poids de son adversaire entraîné dans sa chute. Heureusement, la réaction médicale a été exemplaire : il a équipé d'un collier cervical, évacué sur civière et conduit à l'hôpital de Landsberg. Il a ensuite été transporté par hélicoptère durant la nuit vers une clinique spécialisée de Munich.

Tous les participants ont été choqués de l'incident. Martens, qui n'a rien d'un joueur méchant (deux minutes de pénalité depuis le début de la saison, avant d'être expulsé pour cette faute initialement bénigne aux conséquences graves), n'a pas pris part au repas d'après-match avec ses coéquipiers, prostré. Les joueurs de Landsberg, qui ont fini le match comme des âmes en peine (1-5 alors qu'il y avait 1-5 au moment de l'accident à onze minutes de la fin) n'avaient plus la tête au hockey. Leur club a demandé que leur match suivant, dimanche à Rosenheim, soit reporté. Il a été entendu.

Les récentes nouvelles de Zahumensky sont heureusement rassurantes. Il a été opéré deux fois samedi. Après la première intervention, il est sorti du coma et on a testé une première fois ses réflexes. Après la seconde, il a été placé en coma artificiel. Il a été réveillé lundi. Ses bras et ses jambes répondent. Il a même pu quitter son lit quelques secondes dès mardi. Sa famille est arrivée à son chevet hier, ce qui est important pour remonter son moral qui ne va pas fort. Les médecins l'ont encouragé en n'excluant pas qu'il puisse un jour rejouer au hockey. Sa rééducation commencera dans une dizaine de jours. Le monde du hockey français se joindra certainement à nous pour lui souhaiter un bon rétablissement.