Jokerit, le favori dernier

Le Jokerit Helsinki était le grand favori du championnat finlandais. Il avait enfin constitué l'équipe que les fans espéraient : un effectif entièrement finlandais avec le retour des anciennes gloires (Niemi, Hentunen) et l'ex-sélectionneur Hannu Aravirta sur le banc pour remplacer les Nord-Américains. Les attentes étaient grandes et la déception est à cette mesure : l'équipe se retrouve dernière du classement après 16 matches !

Juuso Riksman, censé être un des meilleurs gardiens du championnat, plafonne à 88% d'arrêts. Les stars Esa Pirnes et Jukka Hentunen ne suffisent pas à une attaque qui est la moins efficace de la SM-liiga. Toute l'équipe est en panne de confiance et semble manquer d'énergie dans le patinage et au repli défensif.

Pour réveiller l'offensive, Fredrik Bremberg, l'ancien marqueur de Djurgården, a été pris à l'essai après son aventure avortée en Russie : avec trois assistances en trois rencontres et une fiche de +4, le Suédois devrait sans doute être gardé. L'expérience "100% finlandaise" aura donc duré guère plus d'un mois : un revirement qui fera encore râler sur le management à court terme du club du milliardaire Harkimo, qui change d'avis comme de chemise.

L'exemple le plus patent du désarroi du Jokerit en ce début de saison, c'est certainement Teemu Pulkkinen. Il est un des deux grands espoirs de la génération 1992, en théorie un futur joueur de classe mondiale. Il avait pourtant la pire fiche de toute la SM-liiga (-10) au moment où il s'est blessé au poignet. Il doit être opéré et manquera trois mois.

Pendant ce temps, l'autre super-talent de 17 ans, Mikael Granlund, qui évolue chez l'autre club de Helsinki (HIFK), connaît par un contraste saisissant une totale réussite. Il est le 5e marqueur du championnat, une performance inouïe à cet âge. Dans les classements spécialisés sur la prochaine draft NHL, Granlund a donc dépassé Pulkkinen qui risque de finir aux oubliettes en ratant le Mondial junior sur blessure.