Rouen - Briançon (Ligue Magnus, 7e journée)

illus_rhe-hcb_091031-171Rouen respire mieux !

Avant la trêve internationale, Rouen a mis à profit la venue de Briançon sur l’île Lacroix pour s'offrir une bouffée d'air frais au classement. Un concours de circonstances – sanctions de points contre Grenoble et défaite d’Amiens – permet au RHE 76 de sauter à la quatrième place, à l’affût de Dijon et Morzine… Les deux (seules) équipes qui, en Ligue Magnus, ont, cette saison, battu les Normands. Avec Grenoble-Amiens, c'était le choc poids lourds de ce week-end de la Toussaint.

Mais ce Rouen-Briançon ne restera probablement pas dans les annales. Très tactique et défensif, parfois même brouillon, le duel entre Hauts (Normands et Alpins) a toutefois valu par son intensité et par son suspense, aussi. Les Dragons ont gagné, mais rien n’a été simple pour maîtriser ces Diables Rouges qui étaient venus sur les bords de Seine pour arracher les deux points de la victoire. Pendant 60 minutes, ce match a été une longue et âpre lutte telle que le championnat en offre guère.

Trevor Koenig maintient son équipe à flot en ce début de partie d'un arrêt de la jambière sur un tir de François Groleau pendant que Daniel Babka est en prison (1’09). Le gardien rouennais s’impose encore devant François-Pierre Guenette (4’25), puis il joue de la plaque face à Sébastien Rohat qui tentait de le surprendre sitôt un engagement gagné (4’42). Enfin, il sauve littéralement son camp avec un arrêt remarquable lorsqu’à mi-distance, Timo Seikkula ajuste la cage normande (6’07). Les visiteurs viennent de manquer de prendre les devants, car après un lancer de Tardif courageusement contré par un Sjösten sacrifiant sa chair, Marc-André Thinel est patient, retenant son lancer du poignet jusqu’au moment opportun où Ramon Sopko devient à sa merci, très vulnérable dans une position de grand écart.

L'ailier droit profite d’une passe de derrière le but d’Éric Doucet, étrangement libre de manœuvrer, et d’un mélange d’écran et de fausse piste d’Ilpo Salmivirta attirant les deux défenseurs Korenko et Szelig (1-0 à 7’47). Ensuite, la défensive des visiteurs se reprend et ne subit pas de dommage lors de deux infériorités finalement bien négociées (9’03 et 13’01). À cause d’esprits défensifs, et malgré un jeu de puissance pour les hommes de Luciano Basile, il n’y a que trois autres fenêtres de tirs pour les acteurs (2 pour Briançon et 1 pour Rouen) jusqu’à la fin du premier tiers.

Dès le retour sur la glace, il s’en faut d’une crosse de Petri Virolainen qu’Edo Terglav n’égalise pendant la deuxième pénalité de Daniel Babka. L’arrière finlandais empêche la rondelle de franchir la ligne, alors que le palet était derrière Trevor Koenig (21’38). Toute cette volonté de gagner des Dragons, illustrée par le numéro 4 rouennais, est aussi fructueuse à l’offensive. Éric Doucet récupère une rondelle malencontreusement contrée du patin par Edo Terglav sur un dégagement plein slot de François illus_rhe-hcb_091031-106Pierre Guenette. L’emblématique joueur de centre trouve Ilpo Salmivirta dans l’enclave. Le tir de l’ex-Spinalien oblige Ramon Sopko à un splendide réflexe de la mitaine. Mais, gêné dans sa zone par Gary Lévèque, le gardien slovaque ne peut compléter son arrêt. La rondelle laissée libre tout près du but est nonchalamment recueillie par Marc-André Bernier. C’est là que surgit Marc-André Thinel, qui avait auparavant chassé François-Pierre Guenette de l’action d’un tampon viril, et qui d’un coup de croquet sur la crosse de Bernier lance vers Sopko qui ne peut que dévier involontairement le palet de la botte dans ses filets en tentant un dernier geste désespéré (2-0 à 23’23).

Les Dragons imposent bien mieux leur rythme dans ce début de période médiane. Ramon Sopko s’oppose à Zwikel (23’59). Les vice-champions semble légèrement dépassés, à l’image de François Groleau sanctionné pour une faute sur Marc-André Thinel. L’une des équipes spéciales des Rouennais ce soir est composée pour la première fois de la saison à domicile des "quatre fantastiques". Doucet, Thinel et Mallette fixent la défense. Le capitaine des Dragons passe à Julien Desrosiers à droite. L’international français reprend de volée dans une cage ouverte (3-0 à 25’48).

Luciano Basile demande un temps mort et conseille ses troupes. Les recommandations de l’entraîneur briançonnais sont payantes dès la première présence de sa ligne à engranger les points. Le trio offensif rouennais opposé ne fait ni son travail d’échec avant, ni son repli défensif. Du coup, François-Pierre Guenette est seul sur la gauche. Edo Terglav lui transmet de la droite la rondelle sur une superbe transversale. Le joueur de centre, un genou sur la glace, surprend Trevor Koenig un peu lent d’une reprise instantanée exécutée sur le cercle d’engagement gauche dans un but libre. Le RHE 76 se reprend un peu, notamment grâce à Carl Mallette. Mais le capitaine des joueurs locaux ne cadre pas (26’58).

Sentant le danger, le duo Garnier-Pouget décide de faire monter David Holmqvist en défense, alors qu'il n'était jusqu’ici aligné qu'en infériorité (29’21). En vain. Zwikel est sanctionné pour une obstruction sur Viktor Szelig. Seize secondes après la fermeture de la geôle, après un dégagement manqué de Carl Mallette, Marc-André Bernier dans l’enclave reprend le rebond sur le plexi de son premier lancer frappé bien dévié par Trevor Koenig derrière sa cage (3-2 à 32’10). En moins de sept minutes, les Diables Rouges sont revenus à une seule longueur des Dragons. La guerre des nerfs tactique peut reprendre. Mais les Rouennais contrôlent cette fin de deuxième tiers. D’abord, ils neutralisent une infériorité (32’32). Puis Julien Desrosiers, servi par Mallette (37’18), et enfin Ilpo Salmivirta (17’35) se procurent de belles chances.

François Groleau n’a pas été souvent dans le coup ce soir et il accorde aux "Noirs et Jaunes" un nouveau power-play. Après un bon pressing de Magnus Eriksson dans la bande, Carl Mallette et Julien Desrosiers servent Eric Doucet sur un plateau. Dans le haut du slot, l’assistant-capitaine reprend de plein fouet (4-2 à 41’49). Désormais, les Dragons attendent les Diables à la ligne bleue. Et les Rouennais plient souvent. Mais ils s’appuyent sur un Trevor Koenig en béton armé. Edo Terglav (45’00) et François-Pierre Guenette (46’51) butent sur le gardien normand. Christian Pouget appelle un temps mort pour resserrer les rangs locaux. Sébastien Rohat est à la terminaison (non cadrée) d’une bonne séquence (49’41). En contre surnuméraire, Zwikel et Tarantino font briller Ramon Sopko (50’01).

illus_rhe-hcb_091031-046Les hommes de Luciano Basile ont l’occasion de raccourcir la marque quand Kai Öhberg est envoyé au violon pour un casse-croûte sur Marc-André Bernier (51’22). Mais Trevor Koenig brille toujours. Gervais de loin (51’35), Bernier entre les oreilles (52’34) et Guenette (53’13) sont dévoyés lors de cet avantage numérique. François Groleau essaie encore de surprendre Koenig dans la continuité du jeu de puissance. Mais le gardien fait toujours front (53’25). Le cerbère normand peut aussi compter sur son pompier de service. Petri Virolainen évite de nouveau à la rondelle de franchir la ligne fatidique dans le dos du dernier rempart rouennais après un lancer de Bernier (55’32).

Le temps qui passe joue en faveur des Dragons. Mais c’est au tour de Carl Mallette d’aller cirer le banc du cachot. Ramon Sopko est échangé à un attaquant briançonnais afin que les visiteurs jouent à deux hommes de plus (57’24). Malgré des envois de Guenette (57’54), Raux (58’09) et Gervais (58’33) les coéquipiers du prisonnier ne paniquent pas. Et finalement, Julien Desrosiers peut conclure en cage vide (5-2 à 59’50).

Dans une patinoire à guichets fermés (grâce à une contribution du conseil général, les places à seulement trois euros ont toutes été vendus en quelques heures le 19 octobre) et tonitruante, les deux équipes qui se craignaient ne sont vraiment jamais entrées dans la rencontre, se livrant un bras de fer attentiste sans se lâcher véritablement. Briançon a trop attendu l’erreur de l’adversaire pour mieux le défaire. Les Diables Rouges ont aussi été moins efficaces en supériorité. Dans ce style de match, cela ne pardonne pas. En l’état actuel des choses, c’est le genre de match qui pouvait le mieux convenir aux joueurs du duo Garnier-Pouget. Surtout quand Trevor Koenig réalise sa meilleure prestation de la saison, remportant ainsi son duel à distance contre Ramon Sopko, l’ancien portier rouennais, double champion de France et invaincu lors de la saison 2005-2006 avec les Dragons. Avec cette victoire, le RHE 76 rééquilibre un peu les comptes de début de saison et revient dans le premier tiers du classement. De quoi ambitionner de faire encore un peu mieux dans les semaines à venir, si tout arrive enfin à s’enchaîner. Pour Briançon, rien de honteux, loin de là, mais pour aller titiller Angers qui semble de plus en plus sûr de son fait, il faudra sans doute arriver à voyager un peu mieux que cela chez les favoris.

 

Commentaires d'après-match (dans le Dauphiné Libéré) :

Luciano Basile (entraîneur de Briançon) : "C'était équilibré. Il y a beaucoup de positif malgré la défaite. Mais on ne peut pas continuer à avoir des ambitions avec seulement Guénette et Bernier qui marquent. Les joueurs ont été courageux, loin d'être ridicules. Nous avons eu plus d'occasions qu'eux, et plus de tirs. Au complet, nous avons des options face à Rouen. Là, on est à notre place."

 

Rouen – Briançon 6-2 (1-0, 2-2, 2-0).

Samedi 31 octobre 2009 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs.

Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté d'Éric Bouguin et Thibaud Juret.

Pénalités : Rouen 14’ (4’, 6’, 4’) ; Briançon 8’ (4’, 2’, 2’).

Évolution du score :illus_rhe-hcb_091031-120

1-0 à 07’47 : Thinel assisté de Doucet

2-0 à 23’23 : Thinel

3-0 à 25’48 : Desrosiers assisté de Doucet et Mallette (sup.num.)

3-1 à 26’37 : Guenette assisté de Terglav et Bernier

3-2 à 32’10 : Bernier assisté de Groleau et Gervais (sup.num.)

4-2 à 41’49 : Doucet assisté de Thinel et Mallette (sup.num.)

5-2 à 59’50 : Desrosiers assisté de Thinel (cage vide)

 

Rouen

Gardien : Trevor Koenig.

Défenseurs : Petri Virolainen – Daniel Babka ; Magnus Eriksson – Daniel Carlsson ; Kai Öhberg – Cédric Custosse [puis David Holmqvist à 29’21] ; David Holmqvist (en infériorité).

Attaquants : Lionel Tarantino – Jonathan Zwikel (A) – Loïc Lampérier ; Ilpo Salmivirta – Éric Doucet (A) – Marc-André Thinel ; Julien Desrosiers – Carl Mallette (C) – Luc Tardif Jr.

Remplaçants : Adrien Fénart (G), Aurélien Gréverend, Alexandre Mulle, Anthony Rech et Quentin Berthon. Absent : Jérémie Romand (cheville).

Briançon

Gardien : Ramon Sopko [sorti de 57’24 à 59’50).

Défenseurs : Gary Lévèque (A) – François Groleau ; Stéphane Gervais (A) ou Maks Selan – Sebastian Sjosten ou Stéphane Gervais ; Viktor Szelig – Michal Korenko.

Attaquants : Marc-André Bernier – François-Pierre Guenette – Edo Terglav (C) ; Brice Chauvel – Timo Seikkula – Sébastien Rohat [puis Maks Selan de 43’37 à 49’41] ; Peter Bourgaut – Damien Raux – Mathieu Reverdin ou Quentin Pepy.

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absents : Mickaël Perez (?) et Joni Lindlöf (blessé).