Suède - République Tchèque

Peter ForsbergMatch comptant pour le tournoi Karjala, deuxième manche de l'Euro Hockey Tour.

Quand Peter Forsberg a annoncé il y a quelques semaines son intention de jouer le tournoi Karjala et de revenir en équipe de Suède pour les JO, les observateurs avisés étaient à la fois enthousiastes mais prudents. Ils se souvenaient de l'annonce similaire il y a deux ans qui avait déclenché tant d'espoirs déçus. Depuis, le célèbre numéro 21 peine à jouer plus de quelques rencontres d'affilée. Cette saison, il n'a joué que trois matchs avec MODO avant de s'accorder une pause, avec départ en Amérique pour le jubilé Sakic.

Alors, quand Bengt-Åke Gustafsson a publié sa liste et que le nom de Forsberg n'y figurait pas, le dépit était mesuré, par la force de l'habitude. En fait, le sélectionneur avait surtout appris la prudence en novembre 2007. Il est allé à Örnsköldsvik voir Forsberg s'entraîner et en est revenu convaincu par la forme et la motivation du joueur.

Forsberg a donc été inclus, déclenchant comme à chaque fois une frénésie médiatique avec articles quotidiens. Des représentants de 23 franchises de NHL ont été accrédités, et les gros clubs de KHL comme Kazan ou Ufa sont aussi sur les rangs : tout le monde rêve de la star au pied d'argile ! Le sondage effectué par la télévision suédoise est sans appel : 73% des spectateurs souhaitent voir Forsberg aux Jeux olympiques. Et quand il pose le patin sur la glace pour sa première présence, le public de Jönköping (ce premier match du tournoi a lieu en Suède) applaudit.

La passion occulte-t-elle la raison ? On pourrait le croire en regardant Forsberg en première période. On ne reconnaît plus ce joueur perforant et dominant dans les duels. On voit un hockeyeur avec un sens du jeu affirmé, mais qui ne patine pas très fort et qui recule à chaque contact dans la bande. Il ne paraît pas encore en pleine possession de ses moyens physiques.

On ne parle tellement que de Forsberg qu'on en oublierait presque qu'il y a eu un premier tiers-temps. Ce sont les Tchèques qui ont marqué les premiers. Ondrej Nemec prend le rebond défensif après un tir de Weinhandl dans l'enclave et lance une contre-attaque ultra-rapide au cours de laquelle l'ancien duo prolifique du Slavia Prague, séparé cette saison par le retour de Jaroslav Bednar en Russie, fête ses retrouvailles : Roman Cervenka déborde sur l'aile droite et centre pour la reprise instantanée de son collègue (0-1, 04'14"). Daniel Widing se crée une échappée, mais Lukas Mensator se couche et parvient à détourner le palet au-dessus de la cage. L'égalisation vient finalement d'un tir de la gauche de Berglund suivi de rebonds de Nilson Nordgren (1-1, 11'13").

Les Tchèques entrent fort dans la deuxième période avec une belle déviation dans le slot de Cervenka, bien parée par Liv après une minute à peine. Puis on assiste à la première vraie action de Forsberg, qui déclenche une franche accélération le long de la bande et laisse sur place Kutlak, même si ensuite son centre ne trouve pas preneur. C'est une pénalité de Melichar qui permet à la Suède de passer devant, grâce à la vision du jeu de Magnus Johansson. L'expérimenté défenseur offensif, servi par son gardien pendant un changement de ligne des deux camps, lance Marcus Nilson avec un mètre d'avance sur Jakub Cutta. Celui-ci conserve son avantage jusqu'au bout et parvient à glisser la rondelle dans l'angle derrière le gardien (2-1, 25'35").

Magnus Johansson

Martin Thörnberg envoie au fond, Johan Davidsson est le premier sur le palet et remet instantanément en retrait à Mattias Weinhandl qui reprend à bout portant (3-1, 28'06"). Une action à la vitesse de l'éclair... à l'instar de la contre-attaque suivante : Rachunek est en retard au repli défensif et ne voit que le dos de Linus Omark et Daniel Widing pendant qu'ils transforment un 2 contre 1 (4-1, 28'59"). Vladimir Ruzicka demande son temps mort après ces trois buts en trois minutes et demie.

La réaction tchèque ne vient que d'une action individuelle de Hubacek qui traverse les lignes suédoises et tire au but. Les rouges attaquent certes de plus en plus, mais ne profitent pas des rebonds laissés par Stefan Liv. Le public retient son souffle sur une déviation de Forsberg, toujours très bien placé à gauche de la cage, mais le palet longe la ligne de but.

Vladimir Ruzicka peut toujours compter sur le duo qu'il entraînait toute la saison au Slavia : reprise dans le cercle droit de Bednar sur passe du coin de Cervenka, sans négliger la contribution de Rolinek qui a masqué le gardien en bondissant devant lui (4-2, 41'24"). Mais Ruzicka n'est pas aidé par tout le monde. Kutlak nuit aux intérêts de son équipe par une faute bête en retenant au sol la crosse de Nordgren pendant une supériorité numérique.

De plus, la rotation tchèque est perturbée car Brendl n'apparaît plus. C'est Marek Kvapil qui le remplace le plus souvent. Il se fait oublier et contourne Nilson pendant que son coéquipier à Vitkovice, Jiri Hubacek, monopolise le palet et l'attention des défenseurs (4-3, 56'59"). Malgré leur nette domination dans ce troisième tiers, les Tchèques échouent d'un but.

Les deux équipes auront montré de bonnes capacités à accélérer le jeu dans ce match. Les Tchèques concèdent leur première défaite dans cet Euro Hockey Tour après avoir remporté la manche à domicile. Ils n'ont pas franchement été convaincants défensivement, mais la ligne Rolinek-Cervenka-Bednar s'est vraiment mise en valeur. Hudler a en revanche été plus discret qu'en septembre.

La victoire laisse une impression mitigée pour la Suède, car on l'a connu plus compétente pour protéger un score. L'important était que Peter Forsberg se remette dans le bain, sans pépin mais sans s'impliquer physiquement, en jouant tout sur son placement pour se démarquer. Les Tchèques le respectaient trop (à l'image de Bednar venu lui parler à la fin) pour toucher à l'idole. Ce sont de bonnes conditions pour une reprise, mais dans une compétition olympique, tous n'auront pas ces égards... La suite en Finlande ce week-end.

Désignés joueurs du match : Linus Omark pour la Suède et Jaroslav Bednar pour la République Tchèque.

 

Commentaires d'après-match

Jaroslav Bednar (attaquant de la République Tchèque) : "Nous aurions au moins un point si nous n'avions pas raté notre deuxième période. Nous n'avions pas couvert la zone neutre et nous avons laissé les Suédois partir en break. Ils ont utilisé nos erreurs. Je ne m'attendais pas à un hockey aussi technique. Ils ont des joueurs avec des mains de grande qualité, qui patinent beaucoup et sont mobiles. [...] J'ai demandé sa crosse à Peter Forsberg. C'est un excellent joueur, je voulais l'avoir à la maison. Je ne suis pas un collectionneur classique, mais quand l'opportunité survient, je la saisis."

 

Suède - République Tchèque 4-3 (1-1, 3-0, 0-2)
Jeudi 5 novembre 2009 à 19h30 à la Kinnarps Arena de Jönköping. 5403 spectateurs.
Arbitrage de Rafael Kadyrov et Vyacheslav Bulanov (RUS) assistés de Jimmy Dahmén et Tommy Kählin (SUE).
Pénalités : Suède 6' (2', 2', 2'), République Tchèque 6' (2', 2', 2').
Évolution du score :
0-1 à 04'14" : Bednar assisté de Cervenka et Rolinek
1-1 à 11'13" : Nordgren assisté de Nilson et Berglund
2-1 à 25'35" : Nilson assisté de Johansson et Liv (sup. num.)
3-1 à 28'00" : Weinhandl assisté de Davidsson et Thörnberg
4-1 à 28'59" : Widing assisté d'Omark
4-2 à 41'24" : Bednar assisté de Cervenka
4-3 à 56'59" : Kvapil assisté de Hubacek et Vasicek

 

Suède

Gardien : Stefan Liv.

Défenseurs : Marcus Ragnarsson (A, -1, 2') - Johan Åkerman (-2) ; Oscar Hedman (+1) - Magnus Johansson (C, +1) ; Christian Bäckman - Mattias Timander (+1).

Attaquants : Martin Thörnberg (-2) - Johan Davidsson (A, -2) - Mattias Weinhandl (-2, 2') ; Peter Forsberg - Patrik Zackrisson - Per-Johan Axelsson ; Marcus Nilson (+1) - Christian Berglund (+1) - Niklas Nordgren (+1) ; Linus Omark (+1, 2') - Johan Harju (+1) - Daniel Widing (+1).

Remplaçants : Mikael Tellqvist (G), Jimmie Ölvestad, Niklas Persson. En réserve : Daniel Tjärnqvist (blessé).

République Tchèque

Gardien : Lukas Mensator [sorti à 58'59"].

Défenseurs : Josef Melichar (2') - Karel Rachunek ; Miroslav Blatak (-1) - Ondrej Nemec ; Tomas Mojzis (+1) - Zdenek Kutlak (2') ; Jakub Cutta - Angel Krstev.

Attaquants : Jiri Hudler - Jan Bulis - Petr Kumstat (2') ; Tomas Rolinek (+1) - Jaroslav Bednar (+1) - Roman Cervenka (+1) ; Petr Hubacek - Josef Vasicek - Pavel Brendl (-1) ; Marek Kvapil - Jiri Novotny (-1) - Tomas Kurka (-1).

Remplaçant : Marek Schwarz (G). En réserve : Frantisek Lukes.