Finlande - République Tchèque

Match comptant pour le tournoi Karjala, deuxième manche de l'Euro Hockey Tour.

RachunekKarelMalgré leur défaite en Suède, les Tchèques ont conservé la tête de l'Euro Hockey Tour, au bénéfice de leur performance en septembre lors de la manche à domicile. Mais s'ils veulent garder cette première place, ils doivent gagner ce soir face à une équipe de Finlande très motivée à domicile, et frustrée de peu d'une victoire d'éclat contre les Russes.

Pour la République Tchèque, le poste le plus ouvert dans la sélection olympique est celui de gardien. Une place revient sans conteste à Tomas Vokoun, mais les deux autres sont à prendre. L'inclusion de Dominik Hasek (44 ans) dans la liste très élargie (79 noms) avait fait causer, mais l'ex-retraité vient de se blesser pour plusieurs semaines et ses chances olympiques se sont amincies. Soulagement pour Vokoun, qui a déjà souffert de l'ombre de la légende, et motivation supplémentaires pour les autres. Les nombreux autres. Il y a pas moins de huit gardiens dans la liste...

Parmi eux, le meilleur gardien du Mondial junior 2005 Marek Schwarz. Ces deux dernières années en Amérique du nord, il a certes joué quatre matches de NHL avec Saint-Louis, mais il a surtout évolué en AHL et plutôt perdu du temps dans son développement. L'an passé, un gardien du même âge que lui, Jakub Stepanek, s'est révélé avec Vitkovice et imposé en équipe nationale. Stepanek, venu de nulle part, non drafté et pas international junior, n'avait jamais quitté sa Moravie natale... Schwarz a maintenant du retard à rattraper et il le sait. Il a même été très honnête dans ses propos : il a confessé que, en voyant Stepanek se blesser en direct à la télévision dans un match de championnat, il a pensé qu'il pourrait avoir sa chance. Effectivement, cela lui a permis d'être appelé pour ce tournoi et de connaître aujourd'hui sa première sélection.

Les Tchèques avaient reçu comme consigne d'être vigilants défensivement face à la pression initiale des locaux. Ce sont peut-être les Finlandais qui auraient mérité de se méfier des contre-attaques... La première minute n'est pas terminée que le palet ressort vers Jaroslav Bednar, dix mètres derrière le dernier défenseur finlandais ! Un oubli criminel connaissant le talent du buteur de Nijni Novgorod en face-à-face avec le gardien. Le tir sous la barre est imparable (0-1, 00'57").

SantalaTommiLa Finlande semble chercher son rythme, mais quand elle le trouve, elle prend d'assaut la zone offensive. Les Tchèques résistent, portés par un Schwarz qui tient parole en n'étant pas nerveux. Il est cependant masqué sur un tir dans le trafic de Mikko Mäenpää (1-1, 8'49"). Les Finlandais, rapides et agressifs, continuent de se créer des occasions. La principale en fin de tiers est une passe de derrière la cage du capitaine Ville Peltonen pour Niko Kapanen, mais Schwarz s'interpose de la botte droite.

Au cours de la deuxième période, les deux équipes ferment leur ligne bleue. La Finlande croit tenir l'avantage quand un tir de Petri Kontiola touche l'épaule droite de Schwarz et retombe derrière lui. Le gardien essaie de le rattraper avec le gant mais est gêné par Antti Pihlström, les deux patins dans le demi-cercle, qui vient mettre le palet au fond. Le but est logiquement refusé après recours à la vidéo. Chaque équipe aura encore une grande occasion : un poteau de Cervenka, et un breakaway dans la dernière minute de Jukka Voutilainen qui reçoit un long palet à la bleue entre Rachunek et Mojzis. Encore une fois, c'est Marek Schwarz qui sauve son camp.

C'est un but malchanceux qui est fatal aux Tchèques. Servi côté gauche par Immonen en zone neutre, Tony Salmelainen contrôle en patinage arrière, se remet dans le sens de la marche, déborde sur l'aile et centre devant la cage... Le patin ricoche sur le patin de Tomas Mojzis, défenseur malheureux pour sa quatrième sélection (2-1, 44'38"). Des pénalités de Rachunek (pour avoir chargé le provocateur Komarov après le coup de sifflet) et de Bulis n'aideront pas la République Tchèque dans sa volonté d'égaliser, face à une équipe de Finlande qui a bien resserré les boulons en défense maintenant qu'elle mène au score. Elle ne commettra pas deux fois l'erreur de jeudi contre les Russes.

C'est la deuxième défaite de suite pour les Tchèques, qui retournent à l'ordinaire après l'éclaircie de septembre. La Finlande s'impose chez elle, comme d'habitude...

Le résumé vidéo de la rencontre.

Désignés joueurs du match : Tony Salmelainen pour la Finlande et Marek Schwarz pour la République Tchèque.

 

Commentaires d'après-match

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Cela peut être considéré comme un bon résultat compte tenu du talent de l'adversaire, mais il faudrait être plus efficaces devant la cage. Je continue de penser que la ligne la plus équilibrée a été celle de Santala, sûre et digne de confiance. Je suis particulièrement satisfait de la prestation du défenseur Mikko Mäenpää. Il a montré de quoi il est capable en se montrant à son meilleur niveau."

Josef Jandac (entraîneur-adjoint de la République Tchèque) : "Il y a eu beaucoup de buts de chaque côté, mais nous avons perdu sur un but de raccroc. Nous avons beaucoup joué en zone neutre et il nous a manqué de plus tirer à la cage. Schwarz a bien joué, il a eu beaucoup d'interventions difficiles à faire. J'ai regardé les statistiques et je me suis surpris moi-même de notre mauvais bilan. Les Finlandais ont gagné neuf fois le tournoi Karjala, nous jamais. C'est peut-être une coïcidence, mais d'un autre côté, ça fait longtemps. Le mieux que nous ayons fait, c'est cinq points l'an passé. Mais ce n'était pas assez."

 

Finlande - République Tchèque 4-3 (1-1, 3-0, 0-2)
Samedi 7 novembre 2009 à 19h30 à la Hartwall Arena de Helsinki. 11562 spectateurs.
Arbitrage de Marcus Vinnerborg et Christer Lärking (SUE) assistés de Masi Puolakka et Mika Tervo (FIN).
Pénalités : Finlande 6' (2', 2', 2'), République Tchèque 6' (2', 2', 2').
Évolution du score :
0-1 à 04'14" : Bednar assisté de Cervenka et Rolinek
1-1 à 11'13" : Nordgren assisté de Nilson et Berglund
2-1 à 25'35" : Nilson assisté de Johansson et Liv (sup. num.)
3-1 à 28'00" : Weinhandl assisté de Davidsson et Thörnberg
4-1 à 28'59" : Widing assisté d'Omark
4-2 à 41'24" : Bednar assisté de Cervenka
4-3 à 56'59" : Kvapil assisté de Hubacek et Vasicek


 
Finlande

Gardien : Iiro Tarkki.

Défenseurs : Pasi Puistola (+1) - Mikko Mäenpää (+1) ; Janne Niskala - Lasse Kukkonen (A) ; Ossi Väänänen (2') - Jan Latvala ; Markus Seikola.

Attaquants : Ville Peltonen (C, +1) - Niko Kapanen (A, +1) - Jukka Voutilainen ; Kalle Kerman (-1) - Jarkko Immonen - Tony Salmelainen ; Antti Pihlström - Petri Kontiola - Jani Tuppurainen (2') ; Leo Komarov (+1) - Tommi Santala - Marko Anttila (+1) ; Antti Erkinjuntti.

Remplaçant : Petri Vehanen (G). Absent : Janne Pesonen (blessé).

République Tchèque

Gardien : Marek Schwarz [sorti de 59'06"].

Défenseurs : Josef Melichar (+1) - Karel Rachunek (A, 4') ; Miroslav Blatak - Ondrej Nemec ; Tomas Mojzis (-2) - Zdenek Kutlak ; Jakub Cutta - Angel Krstev (-1).

Attaquants : Jan Bulis (-1, 2') - Jiri Hudler (-1) - Petr Kumstat (-1) ; Tomas Rolinek (C, +1) - Roman Cervenka (+1) - Jaroslav Bednar (A, +1) ; Petr Hubacek (2') - Josef Vasicek - Marek Kvapil ; Frantisek Lukes (-1) - Jiri Novotny (-1, 2') - Tomas Kurka (-1).

Remplaçant : Lukas Mensator (G). En réserve : Pavel Brendl.