Finlande - Suède

Mattias WeinhandlMatch comptant pour le tournoi Karjala, deuxième manche de l'Euro Hockey Tour.

Giflés jusqu'à l'humiliation

La Finlande sait qu'elle ne gagnera pas son tournoi, la faute à sa défaite aux tirs au but face aux Russes, mais quoi qu'il arrive, sa réussite se mesurera à ce dernier match contre les voisins et rivaux suédois. Le sélectionneur Jukka Jalonen avait déclaré que jusqu'à dix joueurs de cette composition étaient candidats aux Jeux olympiques. Le fait qu'il ait tressé des louanges à sa quatrième ligne à chaque match est peut-être un signe que les trios les plus offensifs ne l'ont encore pas convaincu. L'entraîneur finlandais a d'ailleurs procédé à un remaniement en sortant Kerman de l'alignement et en plaçant Antti Erkinjutti, arrivé comme remplaçant vendredi, en première ligne à la place de Vuotilainen.

Les Suédois ont aussi effectué un changement, et de taille : le passeur Peter Forsberg a enfin un buteur de classe internationale à ses côtés, le meilleur marqueur de la KHL Mattias Weinhandl.

Le match commence par deux supériorités numériques, une pour chaque camp. Elles ne sont pas transformées mais ont permis de lancer la partie sur un bon rythme, avec de l'action sur chaque cage. Revenue au complet, la Finlande passe à l'attaque. Jan Latvala dans l'enclave voit Timander se coucher devant lui et décale alors Jarkko Immonen. L'attaquant de Kazan se retrouve seul face à la cage et marque en deux temps, de la poitrine, en faisant passer le palet en force par-dessus le gardien (1-0).

Weinhandl charge avec la crosse en zone neutre Leo Komarov, toujours spécialiste du drainage de pénalités. La transmission de palet finlandaise est parfaite, de la zone défensive jusque dans le camp adverse, avec un jeu en triangle côté droit entre Markus Seikola à la bleue, Ville Peltonen ligne de fond et Jukka Voutilainen dans le cercle pour conclure (2-0).

La réaction suédoise se fait attendre : dans ce premier tiers, seul Weinhandl lors du premier powerplay aura vraiment essayé d'attaquer proprement le slot. Il est sûr que les joueurs en jaune ne marqueront pas en se contenant de longer les bandes...

La Suède a plusieurs supériorités numériques au début de la deuxième période. Non seulement elle ne les convertit pas, mais en plus, elle se prend un but... Oscar Hedman rate une passe le long de la bleue et le capitaine finlandais Ville Peltonen file en contre-attaque : il déborde Johan Åkerman, repique devant la cage et lève son palet du revers dans le haut du filet (3-0).
Si l'on veut une action suédoise, on sait quels joueurs appeler : passe-abandon de Weinhandl pour Persson, ou encore passe de Forsberg pour Weinhandl entre les cercles, pour un arrêt de Petri Vehanen. Oui, mais les autres lignes ? Occupées... Le numéro que vous avez demandé est injoignable pour le moment, veuillez réessayer ultérieurement...

Jarkko ImmonenLa Finlande s'amuse de la situation. Petri Kontiola se permet même une passe aveugle vers Antti Pihlström dans le slot, qui est contré juste à temps par la crosse du gardien Stefan Liv.

Les supporters finlandais n'ont pas fini de se régaler. Niko Kapanen contre Fernholm à la ligne bleue, est déséquilibré, poursuit son action quand même et est de nouveau fait trébucher par Widing sous les "olé" d'un public chambreur. Deux fautes d'un coup, et deux minutes à 5 contre 3 pour la Finlande. Janne Niskala place un tir à distance au-dessus de la jambière droite de Liv (4-0).

La Suède souffre, surtout Niklas Persson qui prend un lancer de Seikola dans la jambe et sort quelques minutes. Persson est le meilleur centre suédois. Quand il veut gagner à tout prix une mise au jeu, on le voit adopter une prise très basse (plus bas, c'est la palette). Les autres ne mettent pas le même acharnement à l'engagement, et c'est une mise au jeu perdue par Davidsson contre Kontiola qui ouvre la voie au cinquième but d'Antti Pihlström de la bleue (5-0).

Quand Persson revient sur la glace, il passe ses nerfs dans un geste d'humeur après le coup de sifflet : pénalité... et 6-0. Markus Seikola feinte le tir et passe au second poteau à Ville Peltonen qui marque le but le plus facile de sa carrière dans une cage absolument vide. Le gardien Liv s'est très avancé, et la paire Johansson-Hedman a fait preuve d'une incroyable naïveté. Le capitaine Magnus Johansson connaît pourtant très bien Peltionen puisque les deux joueurs ont 36 ans et se sont croisés mille fois. Si même lui craque, la Tre Kronor est vraument au fond...

Linus Omark ne se signale qu'en jouant du poing dans une mêlée devant la cage adverse. On joue donc à 4 contre 4... et Magnus Johansson, pris de vitesse, part en prison six secondes plus tard. La Suède se retrouve à 3 contre 4, et pour tenir le choc, elle compte comme pour le reste sur Forsberg et Weinhandl. Quand ils sont remplacés, la Finlande n'a aucun mal à enfoncer le clou : passe transversale devant le but de Peltonen pour Immonen (7-0).

En tout cas, les joueurs scandinaves restent pros en toute circonstance : Magnus Johansson répond poliment aux questions de la télévision suédoise SVT pendant la pause, tout comme son entraîneur Bengt-Åke Gustafsson.

Johan HarjuEntre-temps, Kaj Kunnas, le chroniqueur finlandais suédophone du plateau de SVT, détaille la sélection olympique que son pays pourrait aligner avec seulement trois joueurs présents ce soir (Väänänen, Kukkonen et Kapanen), histoire ne de pas autoriser la moindre excuse aux Suédois face à cette humiliation.

Sur le chemin des vestiaires, on a vu "BÅG" venir parler à Stefan Liv... pour s'excuser de ne pas l'avoir remplacé plus tôt ? Il y aurait de quoi. Le gardien de HV71 n'est vraiment pas le premier coupable, et est sans doute soulagé d'être relevé par Tellqvist pour le dernier tiers-temps. Le remplaçant aura un seul arrêt important à faire : une parade du bras droit sur un débordement de Tony Salmelainen en infériorité.

Il faut dire que la Suède a trois supériorités numériques pendant le dernier tiers-temps. Peter Forsberg, qui avait très peu de temps de jeu en jeu de puissance en début de tournoi, devient l'organisateur désigné. Mais rien n'y fait, la Tre Kronor ne remportera même pas la dernière période pour l'honneur. Petri Vehanen, très solide dans les cages finlandaises, y veille.

La Finlande ne pouvait rêver meilleure conclusion à ce tournoi qu'infliger une telle gifle à la Suède, la plus grande de l'histoire à égalité avec un 8-1 il y a douze ans. Le capitaine Ville Peltonen, même s'il marque peu cette saison au Dynamo Minsk, s'est transcendé pour l'équipe nationale dont il est redevenu un leader. Jarkko Immonen a été le meneur attendu. La défense emmenée par un excellent Lasse Kukkonen n'a rien à se reprocher et le gardien Petri Vehanen a brillé.

Dans le camp suédois, la ligne Forsberg-Persson-Weinhandl a surnagé, avec Jimmie Ölvestad qui a tenu son rôle en étant un des rares à donner des mises en échec. La débâcle a évidemment concerné en priorité les défenseurs (notamment Åkerman et O. Hedman, dépassés), mais pas uniquement. Les "faux jumeaux" Omark et Harju, qui ont connu une adaptation difficile en Russie, ne se sont pas montrés capables d'élever leur rythme de jeu - surtout Harju très décevant - et les chances de les voir aux JO de Vancouver semblent réduites au minimum à l'issue de ce tournoi. La Tre Kronor aura bien besoin du prochain tournoi russe en décembre pour panser ses plaies...

Désignés joueurs du match : Petri Vehanen pour la Finlande et Peter Forsberg pour la Suède.

 

Commentaires d'après-match

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Je pense que le moment-clé a été le 3-0 en infériorité. Si la Suède avait pu réduire l'écart sur cette supériorité numérique, le match aurait été complètement différent. Nous avons amélioré notre jeu au cours du tournoi. Aujourd'hui, par exemple, nous avons défendu à cinq et nous avons été agressifs en attaque. Bien sûr, tout le staff et sans doute les joueurs ont pensé au blanchissage de Vehanen au troisième tiers. Personne ne l'a dit ouvertement, sinon la lampe rouge se serait allumée immédiatement. Pour qu'un gardien n'encaisse pas de but, il faut du talent et de la chance, et aujourd'hui nous avons eu les deux. [...] Beaucoup de joueurs ont fait de bonnes performances, Marko Antila et Leo Komarov sont les premiers qui me viennent à l'esprit. Pour la sélection olympique, cependant, je vais devoir digérer ce tournoi en paix. Il y a encore bien des matches en club et au tournoi de Moscou."

 

Finlande - Suède 7-0 (2-0, 5-0, 0-0)
Dimanche 8 novembre 2009 à 16h30 à la Hartwall Arena de Helsinki. 10901 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Antonin Jerabek (TCH) assistés de Stefan Fonselius et Juha Suoraniemi (FIN).
Pénalités : Finlande 18' (6', 6', 6'), Suède 18' (6', 12', 0').
Tirs : Finlande 37 (13, 19, 5), Suède 27 (7, 8, 12).
Engagements : Finlande 33, Suède 31.
Évolution du score :
1-0 à 05'07" : Immonen assisté de Latvala et Peltonen
2-0 à 07'41" : Voutilainen assisté de Peltonen et Seikola (sup. num.)
3-0 à 26'08" : Peltonen assisté de Kapanen (inf. num.)
4-0 à 34'17" : Niskala (double sup. num.)
5-0 à 26'26" : Pihlström assisté de Puistola et Kontiola
6-0 à 37'29" : Peltonen assisté de Seikola et Voutilainen (sup. num.)
7-0 à 39'47" : Immonen assisté de Peltonen et Niskala (sup. num.)

 

Finlande (2' pour surnombre)

Gardien : Petri Vehanen.

Défenseurs : Mikko Mäenpää (A, +1, 4') -  Markus Seikola ; Janne Niskala - Lasse Kukkonen (A, 2') ; Ossi Väänänen (+1) - Jan Latvala (+2) ; Pasi Puistola (+2).

Attaquants : Ville Peltonen (C, +2) - Niko Kapanen (A, +1) - Antti Erkinjuntti ; Jukka Voutilainen (+1, 2') - Jarkko Immonen - Tony Salmelainen (2') ; Antti Pihlström (+1) - Petri Kontiola (+1) - Jani Tuppurainen (+2, 4') ; Leo Komarov (2') - Tommi Santala - Marko Anttila.

Remplaçants : Iiro Tarkki (G), Kalle Kerman. Absent : Janne Pesonen (blessé).

Suède

Gardiens : Stefan Liv puis à 40'00" Mikael Tellqvist.

Défenseurs : Christian Bäckman - Johan Åkerman (-2, 2') ; Daniel Fernholm (2') - Magnus Johansson (C, 2') ; Oscar Hedman (-2) - Mattias Timander (-2, 4')

Attaquants : Martin Thörnberg (-2) - Johan Davidsson (A, -2) - Niklas Nordgren (-2) ; Christian Berglund - Johan Harju (-1, 2') - Linus Omark (-1, 2') ; Peter Forsberg - Niklas Persson - Mattias Weinhandl (2') ; Jimmie Ölvestad - Marcus Nilson - Daniel Widing (2').

Absent : Marcus Ragnarsson (blessé).