Rouen 2 - Tours (Division 2, 5e journée)

Rodolphe GoechonDans le duel des extrêmes de la Poule A de Division 2 entre les Diables Noirs de Tours, leader ex-aequo avec Asnières, et les Dragons de Rouen 2, lanterne rouge ex-aequo avec Champigny, la rencontre disputée sur le glaçon haut-normand aura choisi son camp en se peinturlurant aux couleurs de la Touraine avec une victoire des hommes de Millette 4 buts à 0.

Après le revers subi par Rouen quinze jours auparavant à domicile face à Clermont (2-3) conjugué à la pléthorique victoire tourangelle face à Dunkerque (11-4), difficile d'entrevoir un rayon de soleil dans le ciel seino-marin face à une équipe de Tours toujours invaincue à l'effectif large et diversifié et pourtant la première montée du match donnait le ton de la partie. Ainsi, les jeunes Rouennais montraient une manifeste envie en imposant un jeu physique et teinté d'enthousiasme. Contrariant la machine tourangelle si bien huilée, les Dragons faisaient mieux que de la résistance et faisaient même jeu égal avec leurs adversaires du soir en se procurant quelques belles occasions à l'image de Thomas Dreyfus seul devant le portier tourangeau pour un lancer avorté.

Sans doute un peu surpris par l'abnégation rouennaise au travail, les Diables Noirs de Tours ne parviendront à débloquer leur compteur qu'à la mi-temps de la première période. Avec des pistoleros rodés aux joutes en Ligue Magnus, le premier double avantage numérique de la partie s'avèrera payant pour les joueurs de Millette. En effet, parfaitement organisés, les Tourangeaux faisaient virevolter le palet jusqu'à la palette de la crosse de Radek Stepan, bien vissé à la ligne bleue rouennaise. Sentant le bon coup, le défenseur slovaque descendait le morceau de caoutchouc dans le coin pour Philippe Ringuette qui trouvait devant le but Roman Novotny pour l'ouverture du score (0-1 à 09'00).

Si les Diables Noirs en ouvrant le score pensaient être sortis du traquenard rouennais, rapidement ils devaient déchanter. Réagissant par Cédric Custosse sur un acrobatique slalom au milieu de trois Tourangeaux, les Rouennais poursuivaient sur le même ton sur un lancer de Franck Pihan à la bleue qui permettait à Valentin Dumelie et Kévin Marias-Magill de se jeter comme des affamés sur rebond. Solide dans sa cage tout au long de la rencontre, Thomas Sychterz repoussait les tentatives rouennaises et profitait également de la maladresse de ses opposants au moment de conclure. Là où Tours avaient séduit le tableau d'affichage, les Dragons ne parvenaient pas à faire autant en avantage numérique (09'33 & 12'59) à l'instar de Valentin Dumelie qui profitait d'une feinte de lancer d'Aurélien Gréverend pour se retrouver en position idéale.

Le hockey est ainsi fait, les belles intentions ne suffisent pas et les Dragons l'apprendront à leurs dépens sur la fin de la période. Bien que faisant jeu égal voire même se procurant plus d'occasions, les protégés de Julien Guimard devront s'acquitter d'un deuxième but peu avant la première pause. Non pas sur le dernier avantage numérique de la période (15'23) au cours duquel les tourangeaux rivalisaient de la maladresse mais sur un break ou plutôt ses conséquences à l'approche de la dernière minute. Lancé en tête-à-tête avec le gardien rouennais Rodolphe Goechon, Roman Novotny s'embrouillait au moment de cadrer son lancer. Pour autant le danger n'était pas écarté puisque l'infortuné buteur tourangeau faisait l'effort pour couper la sortie de zone rouennaise avec réussite, le palet trouvant refuge dans la crosse de Vladimir Sabol. Un nouveau lancer non cadré, un rebond derrière la cage, un palet qui revient dans la crosse miraculeusement de Brandon Smith avant de se glisser sous le gardien rouennais, un ubuesque scénario qui permettait néanmoins à Tours de mener 2-0 à la première pause.

Avec désormais une marge de deux buts, Tours pouvait son avenir dans cette rencontre sous les meilleurs auspices d'autant plus que dès les premiers coups de patin, Rodolphe Goechon devait s'imposer un premier lancer puis un rebond sur une contre attaque des Diables Noirs. Dans une rencontre où les deux équipes se présentaient particulièrement bien en place défensivement, l'issue ne pouvait être que trouvée dans les détails. Un chat noir par exemple, tendrement blotti sur l'épaule du défenseur rouennais qui au moment d'envoyer le palet au fond voyait sa tentative contrée par un palet tourangeau. Menu détail, lourde conséquence, la rondelle s'en trouvait accaparée par Devon Smith,tout heureux de se retrouver là au bon moment en sortant de prise. En break, le Canado-Irlandais ne tremblait pas et en profitait pour inscrire le 3-0 (26'21).

Forcément touchés moralement, les jeunes Dragons accuseront le coup. D'autant plus que dans la foulée réduits à 4 contre 5 pour deux minutes (27'01), la défense rouennaise pliait sans rompre mais la formation tourangelle devenait très pressante, obligeant le gardien rouennais à sortir quelques précieux arrêts dont un, fort appréciable, de la mitaine sur une sortie d'école des Diables Noirs provoquant un 2 contre 1. rares étaient les occasions pour l'attaque rouennaise de se mettre en valeur tout au plus sur un ou deux contres à l'image de celui mené tambour battant par son capitaine Alexandre Sucré, en deux contres, qui choisissait, fort justement, le lancer plutôt que la passe pour son alter ego Thomas Dreyfus. Au moment où la deuxième sirène retentissait, les deux équipes regagnaient le vestiaire sur ce score efficace de 3-0 à la faveur de Tours.

À l'instar de la deuxième période, le premier coup de poignard du tiers sera assené par les joueurs de Robert Millette. Ainsi, depuis sa ligne bleue, Brandon Smith entrevoyait le trou de souris au sein de la défense rouennaise pour glisser le palet à Philippe Ringuette. Parti à la limite du hors-jeu, l'attaquant canadien profitait du placement défensif jaune et noir hasardeux pour s'octroyer un duel victorieux face à Rodolphe Goechon (0-4 à 43'47) La messe semble-t-il dite et bien dite, la poignée de minutes restantes ne donnera lieu à aucun autre but. Pour la jolie histoire, les Dragons, après une telle débauche d'énergie et une si jolie résistance face à l'ogre tourangeau, auraient sans doute mérité de dépuceler leur compte de but.

Malheureusement pour eux, les Seino-Marins n'y parvenaient pas pourtant ils s'y essayaient à l'image de Thomas Dreyfus en avantage numérique sur un gros lancer plein axe dont le rebond ne trouvait pas preneur et surtout sur cette opportunité d'Alexandre Mulle quelques minutes plus tard, tout seul face au gardien à la réception d'une passe venue de derrière la cage de Thomas Dreyfus. Pour les Diables Noirs, le travail correctement effectué, les dix dernières minutes se résumeront à gérer leur avantage sur l'expérience. Face à un adversaire résigné et émoussé, les joueurs de Robert Millette resteront vigilants jusqu'à la sirène finale, notamment sur plusieurs séquences ennuyeuses en désavantage numérique (50'33, 52'38 & 54'04).

Une situation qui avait le don d'amuser le fantasque Robert Millette au rire tonitruant pour signifier son mécontentement après le corps arbitral. Quoiqu'il en soit, même en situation spéciale, les Dragons ne touchaient pas la cible et au contraire manquaient de peu de payer la note une nouvelle fois sur un break violent à mettre au crédit de Radek Stepan avorté au prix d'une énorme repli défensif de Nicolas Lehéricey et de Thomas Dreyfus. Quelques derniers coups de patin, quelques derniers lancers et les deux équipes pouvaient se serrer la main, les uns victorieux au terme d'une partie sérieuse à défaut d'être géniale, les autres vaincus qui peuvent néanmoins être rassurés après avoir affiché un état d'esprit irréprochable tout au long de la rencontre.

 

Rouen - Tours 0-4 (0-2, 0-1, 0-1)
Samedi 07 novembre 2009 à la patinoire de l'Ile Lacroix. 200 spectateurs.
Arbitrage de Arnaud Bellotte et Jean-Michel Hamont.
Pénalités : Rouen 14' (8', 4', 2'), Tours 20'(4', 4', 12').

Évolution du score :
0-1 à 09'00" : Novotny assisté de Stepan et Ringuette (double sup. num.)
0-2 à 18'48" : B.Smitch assisté de Novotny et Sabol
0-3 à 26'21" : D.Smith assisté de Ringuette et d'Ascanio
0-4 à 43'47" : Ringuette assisté de B.Smith

 

Rouen
Gardien : Rodolphe Goechon (Steew LeGal)
Défenseurs : Aurélien Gréverend, Marc Pihan, Nicolas Lehericey, Mathieu Chevalier, Sébastien Levasseur, Franck Pihan, Clément Hondier, Cédric Custosse
Attaquants : Bryan Ten Braak, Thomas Dreyfus, Maxime Lefebvre, Alexandre Mulle, Anthony Goncalves, Valentin Dumelie, Kévin Marias-Magill, Clément Gaudeaux, Alexandre Sucré, Quentin Berthon, Nordine Madhidi
Tours
Gardien : Thomas Sychterz (Guillaume Papillon)
Défenseurs : Sebastian Wachowski, Christophe Colombel, Antoine Picot, Vladimir Sabol, Radek Stepan, Jason d'Ascanio
Attaquants : Devon Smith, Mickaël Lamothe, Xavier Judicael, Peter Lietava, Brandon Smith, François Gleize, Philippe Ringuette, Mathieu Pasquier