Norvège - France (Coupe de Polésie)

Anthoine LussierAux prochains championnats du monde, le groupe de la France est composé de deux nations du plus haut niveau mondial, les Suédois et les Tchèques, et d'un seul adversaire abordable, la Norvège. Par conséquent, la moindre confrontation franco-norvégienne sera observée avec soin. Ce sera valable en décembre lorsque les Scandinaves viendront jouer deux rencontres en Alsace, mais c'est déjà le cas aujourd'hui.

Ce deuxième match n'a plus rien voir avec celui contre la "Polésie" pour les tricolores. La Norvège présente en effet sa meilleure équipe. Il ne manque que Tollefsen (NHL), Bastiansen (raisons personnelles), Trygg (grippé), Ask et le deuxième gardien Lysenstøen (blessés).

En fait, la principale absence, c'est celle du... sélectionneur. Non, l'indéboulonnable entraîneur norvégien, Roy Johansen, ne s'est pas fait virer comme Hanlon. Simplement, il a une mononucléose sévère et a même dû faire un séjour à l'hôpital. Les médecins lui ont recommandé de ne pas prendre l'avion et il est donc resté à la maison. C'est son adjoint Knut Stubdal qui a pris les commandes, et qui ne s'en fait pas une montagne : il sait quoi faire puisque ce sont tout le temps les mêmes joueurs et le même système depuis des lustres.

Le match s'ouvre par une pénalité d'Anthoine Lussier après une minute de jeu, exactement comme hier. Mais cette fois l'indiscipline se paye puisque Lars Erik Spets ouvre le score. Les Bleus résisteront ensuiote à une situation de 3 contre 5 de près de deux minutes, mais pas à une obstruction de Kévin Igier qui permet à Mads Hansen de doubler la mise : les cadres norvégiens ont mangé tout cru les jeunes Français.

Le défenseur angevin Igier ne s'en est pas relevé, blessé par une charge contre la bande de Martin Ylven, expulsé. Les Bleus, déjà privés de Trabichet, terminent la partie à cinq défenseurs. Même si Manavian égalise à quatre contre quatre, l'équipe de France est contrainte de courir après le score et pourra simplement lui donner des proportions honorables en revenant de 6-1 à 6-3 avec deux buts tardifs en double supériorité numérique.

Le staff français a été déçu de la prestation de ses jeunes joueurs, qui n'ont pas su rivaliser dans les duels et ont lâché prise face à des Norvégiens plus forts. La rare satisfaction du jour a été Yohann Auvitu : appelé en défense comme chez les juniors même s'il joue en attaque en club depuis trois ans, l'arrière expatrié en Finlande réussit des débuts convaincants en bleu et marque même son premier but grâce à son slap.

Assez logiquement, les deux participants olympiques - le Bélarus et la Norvège - se qualifient donc pour la finale. Autrichiens et Français se contenteront du match pour la troisième place.

Désignés joueurs du match : Mads Hansen pour la Norvège et Laurent Gras pour la France.

 

Norvège - France 6-3 (2-1, 2-0, 2-2)
Samedi 7 novembre 2009 à 17h00 à la Metalurg-Arena de Zhlobin. 600 spectateurs.
Arbitrage de Yaroslav Zavgarodni (BLR) et Jacob Grumsen (DAN) assistés de Vassili Koleda et Andrei Gavrilenko (BLR).
Pénalités : Norvège 51' (4'+5'+20', 6', 16'), France 28' (16', 6', 6').
Tirs : Norvège 37 (13, 16, 8), France 33 (7, 15, 11).
Évolution du score :
1-0 à 01'44" : Spets assisté de Lund et Olimb (sup. num.)
2-0 à 14'25" : Hansen assisté d'Aasen et Lund (sup. num.)
2-1 à 19'20" : Manavian assisté de Desrosiers et Hecquefeuille
3-1 à 29'44" : Østli assisté de Thoresen
4-1 à 31'53" : Hansen assisté de Lund (sup. num.)
5-1 à 48'32" : Skrøder assisté de Bonsaksen et Hansen
6-1 à 52'08" : Skrøder assisté de Bonsaksen
6-2 à 55'58" : Desrosiers assisté de T. Da Costa et Manavian (double sup. num.)
6-3 à 56'38" : Auvitu assisté de Gras et Lussier (double sup. num.)

 

Norvège

Gardien : Pål Grotnes.

Défenseurs : Alexander Bonsaksen (+2, 8') - Juha Kaunismäki (+2, 2') ; Lars Erik Lund - Jonas Holøs (2') ; Lars Løkken Østli - Tommy Jakobsen (C, 2') ; Brede Csiszar.

Attaquants : Martin Røymark (+2, 2') - Tore Vikingstad - Patrick Thoresen ; Marius Holtet (2') - Mathis Olimb - Lars Erik Spets (2') ; Per-Åge Skrøder (+1, 2') - Mads Hansen (+1) - Mats Zuccarello Aasen ; Peter Lorentzen - Kristian Forsberg - Martin Laumann Ylven (4'+5'+20') ; Andreas Martinsen.

Remplaçant : Lars Haugen (G). En réserve : Ruben Smith (G).

France (2' pour surnombre)

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Benoît Quessandier (-1) - Nicolas Besch (-1, 2') ; Antonin Manavian - Kévin Igier (6') ; Yohann Auvitu (-2) - Matthieu Mille (2').

Attaquants : Teddy Da Costa (2') - Kévin Hecquefeuille - Julien Desrosiers (2') ; Damien Fleury (-1) - Laurent Gras (-2) - Anthoine Lussier (-1, 2') ; Loïc Lampérier - Damien Raux (2') - Thomas Decock (4') ; Erwan Pain (-1) - Anthony Guttig (-1, 2') - Brian Henderson.

Remplaçant : Florian Hardy (G). Absents : Teddy Trabichet, Sacha Treille.