Autriche - France (Coupe de Polésie)

La France a quitté Zhlobin, où elle a joué la phase de poules, pour aller disputer ce match pour la troisième place du tournoi à Bobruisk, une ville traversée par la Berezina, signe que l'on espère non prémonitoire pour les héritiers de Napoléon...

Une banderole sur la rue principale de Bobruisk accueille les "stars du hockey européen". Les Bleus ne se vantent pourtant pas d'en être, et les Autrichiens encore moins puisque la moitié de l'équipe a moins de 22 ans. Leur moyenne d'âge est encore descendue puisque leur seul trentenaire Marco Pewal ne joue pas aujourd'hui.

FerhiEddyLes deux équipes sont dans le même cas : elle ont laissé au repos le centre de leur première ligne (Pewal et Hecquefeuille) et ont mis un jeune à sa place (Ulmer et Guttig). La modification se passera mieux pour les Autrichiens, puisque Martin Ulmer marquera son premier but international, que pour les Français puisque le premier trio terminera avec une fiche de -2.

Les Bleus ont pris la mauvaise habitude de prendre des pénalités d'entrée et ne l'ont pas démentie puisque Teddy Da Costa a été sanctionné après vingt secondes seulement pour une charge incorrecte. On en est à la troisième infériorité numérique française lorsque Manuel Latusa ouvre le score pour l'Autriche à la septième minute.

Comme contre la Norvège, les hommes du duo Henderson/Pousse doivent courir après le score. Les Français réussissent cependant une meilleure prestation qu'hier et tiennent mieux le choc face à un adversaire plus jeune et pas supérieur. Ils remontent même deux buts de retard avec un contre en infériorité de Laurent Gras, puis un avantage numérique concrétisé par la quatrième ligne, avec le premier but en sélection de Brian Henderson. Cependant, Antoine Lussier est pénalisé une minute plus tard pour un coup de genou et Nico Toff marque lui aussi son premier but en équipe nationale, mais celui-là donnera la victoire à l'Autriche.

Les Autrichiens creusent même l'écart à 5-2 au dernier tiers-temps. La France n'a pas démérité mais a buté sur un Bernhard Starkbaum qui s'est encore montré solide. Trop d'accrochages ont ruiné les chances tricolores dans ce match haché où ils ont passé trop de temps en prison.

Il est clair - et ce match l'a encore démontré - que l'Autriche dispose de réserves plus importantes que la France. Comme elle dispose d'un championnat plus fort, ses jeunes joueurs évoluent à une intensité supérieure que les tricolores de la Ligue Magnus. Cependant, lorsque les cadres expatriés sont là, ce n'est pas forcément la même histoire. C'est pour cela que les Bleus sont en élite au contraire de l'Autriche, même si cette dernière peut arguer qu'elle n'a pas croisé la France aux derniers Mondiaux et qu'elle a elle aussi battu l'Allemagne (pour rien). Français et Autrichiens se retrouveront en février à Asiago, sans doute avec des effectifs plus étoffés à ce stade avancé de la saison.

Même s'il n'a pas été en réussite sur ce dernier match, Julien Desrosiers se consolera quant à lui avec le titre de meilleur marqueur du tournoi, succédant ainsi à Pierre-Édouard Bellemare qui l'avait été l'an passé. Comme quoi, même sur les rives de la Bérézina, le drapeau français peut flotter un petit peu...

Désignés joueurs du match : Manuel Latusa pour l'Autriche et Yohann Auvitu pour la France.

 

Autriche - France 5-2 (1-0, 2-2, 2-0)
Dimanche 8 novembre 2009 à 13h00 à la Bobruisk-Arena. 4200 spectateurs.
Arbitrage d'Uwe Lutchko (NOR) et Vladimir Poskurov (BLR) assistés d'Ivan Dediulia et Dmitri Golyak (BLR).
Pénalités : Autriche 18' (6', 6', 6'), France 28' (10', 10', 8').
Tirs : Autriche 29 (9, 9, 11), France 33 (9, 11, 13).
Évolution du score :
1-0 à 06'42" : Latusa assisté de Lembacher et Ulmer (sup. num.)
2-0 à 20'24" : Ulmer assisté de Schiechl et Latusa
2-1 à 23'45" : Gras assisté de Lussier (inf. num.)
2-2 à 33'19" : Henderson assisté de Decock (sup. num.)
3-2 à 35'47" : Toff assisté d'Oberkofler (sup. num.)
4-2 à 42'01" : Baumgartner assisté d'Oberkofler
5-2 à 50'39" : Schuller assisté de M. Geier

 

Autriche

Gardien : Bernhard Starkbaum.

Défenseurs : Robert Lembacher (+1) - Patrick Harand (+1, 2') ; Johannes Kirisits (2') - Mario Altmann ; Martin Oraze (+1) - Florian Iberer (+1) ; Gerd Gruber (2') - Martin Schumnig (2').

Attaquants : Michael Schiechl (+1) - Martin Ulmer - Manuel Latusa (+1, 2') ; Manuel Geier - David Schuller (C, 2') - Stefan Geier ; Nico Toff (+1, 2') - Daniel Oberkofler (+1) - Gregor Baumgartner (+1) ; Markus Peintner (4') - Raphael Herburger - Thomas Hundertpfund.

Remplaçant : René Swette (G). Absent : Marco Pewal.

France

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs :  Matthieu Mille (-1, 4') - Nicolas Besch (-1, 4') ; Antonin Manavian (-1, 6') - Yohann Auvitu ; Benoît Quessandier (4') - Teddy Trabichet.

Attaquants : Teddy Da Costa (-2, 6') - Anthony Guttig (-2) - Julien Desrosiers (-2) ; Damien Fleury - Laurent Gras (+1) - Anthoine Lussier (+1, 2') ; Loïc Lampérier (-1) - Damien Raux (-1) - Sacha Treille (-2) ; Erwan Pain (2') - Brian Henderson - Thomas Decock.

Remplaçants : Florian Hardy (G). Absents : Kévin Igier, Kévin Hecquefeuille.