Mulhouse - Caen (Division 1, 9e journée)

GadouryKevinPas la peine de présenter indéfiniment ce match : c'est le choc de cette journée, entre la deuxième défense et la deuxième attaque du championnat (les premières places étant prises par Brest), entre le quatrième et le leader ex-aequo. Les deux adversaires sont des prétendants au trône, le gain de ce match préfigure donc les duels de fin de saison.

Pas la peine non plus de tourner autour du pot quant au schéma général du match : c'est Caen qui pousse et Mulhouse qui attend.

Seul hic pour Caen, Mulhouse marque le premier. Ainsi, Tommy Lafontaine vient-il de rentrer en prison pour un "accrocher" que Kevin Gadoury loge de la bleue un tir puissant (1-0 à 3'40''). Voilà les Caennais prévenus : 1 action = 1 but.

Les Bas-Normands ne se découragent pas et repartent à l'assaut de la citadelle alsacienne : ça patine vite et bien, ça passe bien mais la défense locale bloque. Quoique, en cette première période, les locaux laissent assez curieusement approcher les frangins Avenel ou les Lebey & co...  C'est donc l'aîné des Avenel, Jonathan, qui finit par égaliser lors d'une remontée amorcée par son cadet Graham : l'attaquant à mi-distance tente un centre vers son frère, mais le palet dévié surprend le gardien local (1-1 à 11'50''). Caen continue sa domination territoriale. Les locaux sont très sporadiquement devant, exploitant quelques brèches normandes pour tenter de reprendre l'avantage, à l'instar de la doublette Stopar-Gadoury dont l'action est stoppée in-extremis (10'32''). Dans l'ensemble, le résultat à la rentrée aux vestiaires est assez heureux pour Mulhouse qui n'a pas montré grand-chose.

Deuxième hic pour Caen : à peine revenu des vestiaires, Jens Eriksson profite d'une hésitation de la défense caennaise en entrée de zone pour s'infiltrer et adresser un centre pour Olli Ruokamo dont le tir ricoche sur Arnaud Goetz, pas vraiment chanceux sur ce coup-là (2-1 à 22'45'').

De plus, Eriksson (le coach !) a resserré nettement les boulons défensifs en entrée de zone : ce sont maintenant deux vigiles qui contrôlent son accès, si bien que les Drakkars éprouvent un peu plus de difficultés à approcher Mickaël Gasnier. Pas assez cependant pour empêcher Mans Papaux de buter de près face à l'ex-Gapençais (28'43''). Pas assez non plus pour que Jonathan Avenel mystifie son adversaire d'un petit gri-gri et centre impeccable pour Alexis Gomane qui reprend aussitôt : du bel ouvrage (2-2 à 32'48''). Mulhouse campe cependant sur ses positions défensives et s'offre très peu de libertés offensives, ce sont donc les Caennais qui s'occupent du spectacle devant, comme sur cette mitaine de Gasnier face à Slavomir Vorobel (38'15'').

Olli RuokamoTroisième hic pour Caen : Mulhouse marque de nouveau dès le début du dernier tiers ! Cette fois-ci, il faut dire que les normands débutent le tiers par trois mauvaises relances, heureusement pas exploitées par les Scorpions. Il en sera différemment de la quatrième : Domen Vedlin chipe le palet en entrée de zone caennaise et sert son collègue Jure Stopar qui n'en demande pas tant (3-2 à 44'11'').

Comme "coach Eriksson" a resserré encore plus (!) la défense en entrée de zone en s'attachant à couper en plus les nombreuses passes transversales normandes, les raids caennais deviennent un peu plus rares, quoique... On dira que c'est un peu plus difficile d'approcher la cage de Gasnier et que les Drakkars sont un peu plus tentés d'y aller en solo. La partie jusque là très correcte se crispe alors un peu, les esprits s'énervent, en cela aidés par quelques hésitations arbitrales. Caen se déconcentre définitivement, malgré une dernière grosse occasion de près lorsque Jonathan Boutin rate son tir en revers (59'55''). À voir les Scorpions se ruer sur leur gardien, on devine que ce résultat est pour eux un exploit.

La conclusion de cette partie ? La deuxième défense du championnat a bien pris le dessus sur la deuxième attaque.

Pourtant, ça jouait bien chez les Normands : système de jeu très collectif, beaucoup de passes (précises), du patinage, du mouvement, on manie bien la crosse et le palet. Sans doute aurait-il fallu un peu plus de jeu musclé pour se faire plus de place devant la cage mulhousienne. Peut être manquait-il aussi un peu de rigueur derrière, notamment au niveau relances (3e but mulhousien) ou du placement (2e but)... Ceci dit, les Janil, Avenel, Lebey ou Bennett proposent des choses agréables à voir.

Pour Mulhouse : quel changement comparé aux trois dernières saisons. Finies les défenses archi-perméables largement compensées par les joyeuses et bordéliques remontées offensives olé-olé. Finis donc les scores fleuves et les parties à rebondissement. C'est maintenant du bétonnage massif, digne des bâtisseurs Quille (pas étonnant que Mulhouse ait de nouveau la cote avec Monsieur T !).

On ne peut pas non plus tout avoir... Bon, on ne va pas non plus généraliser une tactique et une saison sur un match. Disons que l'ami Christer sait verrouiller une défense, quitte à faire jouer cinq défenseurs, surtout quand son équipe mène, à chaque fois rapidement, face à un leader. Après tout, ce n'était alors plus à Mulhouse de faire le jeu. C'était le cas ce soir, avec un ticket de sortie assez rare pour un attaquant en pointe... De schémas offensifs, il n'y a donc pas eu, hormis le contre. À ce sujet, on aura pu éventuellement noter Jure Stopar, assez souvent bien placé quand il le fallait...

 

Mulhouse - Caen 3-2 (1-1, 1-1, 1-0)

Samedi 14 novembre 2009 à 17h45 à la patinoire de l'Illberg. 1129 spectateurs.

Arbitrage de Jean Catarino assisté de Sueva Torribio et de Matthieu Loos.

Pénalités : Mulhouse 38' (2', 4'+10', 12'+10'), Caen 30' (2', 4'+10', 14').

Tirs : Mulhouse 15 (6, 3, 6), Caen 33 (12, 12, 9).

Évolution du score :
1-0 à 03'40" : Gadoury assisté de Forsberg et Aubry (sup. num.)
1-1 à 11'50" : J. Avenel assisté de G. Avenel et Gomane
2-1 à 22'45" : Ruokamo assisté d'Eriksson
2-2 à 32'48" : Gomane assisté de J. Avenel et G. Avenel
3-2 à 44'11" : Stopar assisté de Vedlin

 

Mulhouse

Gardien : Mickaël Gasnier.

Défenseurs : Domen Vedlin - Markus Forsberg ; Maximilien Tromeur - Roman Jasko (A) ; Yann Marez - François Delisle.

Attaquants : Romain Pierrel - Jens Eriksson - Olli Ruokamo (A) [puis Lucas Tremellat de 32'19'' à 44'19''] ; Julien Aubry (C) - Jure Stopar - Kevin Gadoury ; Vincent Bringuet - Adrien Dufournet - Mathieu Bidoli.

Remplaçants : Marc-André Martel (G), Maxime Loeffel, Anthony Pernot. Absent : Clément Ramos.

Caen

Gardien : Arnaud Goetz.

Défenseurs : Tommy Lafontaine - Jonathan Janil (A) ; Slavomir Vorobel - Olivier Vandecandelaere (C) ; Udo Marie - Alexis Gomane (A).

Attaquants : Jonathan Avenel - David Dostal - Graham Avenel ; Julien Lebey - Kevin Da Costa - Jonathan Boutin ; Tomas Oravec - Pierre Bennett - Mans Papaux.

Remplaçants : Clément Fouquerel (G), Raphaël Mazie. Absent : Charles Geslain.